Nouvelle Lune et Kali la noire

 

Je relisais un livre sur Kali pour me remettre dans son sillage, l’invoquer pour de nouvelles oeuvres à venir. Le travail d’illustration ne se contente pas de devoir maitriser les techniques du dessin, dans la forme, la lumière, la couleur, l’anatomie, la perspective et tant de choses qu’une seule vie ne permet pas de gagner totalement. Il faut à l’illustrateur de se nourrir de culture, terme vaste, mais il lui faut aussi la semence qui fasse germer l’idée que lui apporte cette culture.  Cette graine s’exprime par la poésie, la philosophie, la spiritualité et d’autres choses encore.
.
.
Pour que je puisse aimer le travail d’un artiste, et d’un illustrateur en particulier, il faut que je puisse sentir derrière ses lignes une curiosité intellectuelle et culturelle, une maturité esthétique, une pensée dense et palpable, sinon le travail d’une photocopieuse ou de la machine en général peut très bien faire l’affaire. Pour que l’humain ne disparaisse, il ne doit pas laisser la machine le supplanter, c’est pour ça qu’il doit recultiver son âme avant que la machine se développe jusque là, si ce n’est pas déjà en cours. Une personnalité, une intégrité, des émotions, des sensations, voilà le minimum qu’un vrai artiste doit pouvoir accoucher.
.
.
.
lune noire
.
.
Ces derniers temps, je me sens bousculée par les projets, j’en ai déjà parlé et je m’en réjouis plutôt, mais cela condamne certaines choses à être mises de côté. Je suis déjà socialement et familialement totalement dévouée à mon art, dans le sens où j’ai renoncé à partager du temps avec ce qui ne le fait pas fructifier. L’Art demande des sacrifices, et cela, peu de gens peuvent le comprendre…
.
Aujourd’hui se dresse dans le ciel la lune noire, l’absence de lumière dans la nuit. Cette nouvelle lune s’annonce plutôt négative pour moi. C’est drôle car il y a quelques jours je lisais sur des réseaux sociaux les apports bénéfiques des phases de la lune. Tout était si positif, et donc hypocrite et manichéen comme savent le faire les mythomanes new ageux. Il était dit que pendant la nouvelle lune, il fallait commencer de nouveaux projets. Ma croyance et celle de nombreuses traditions pensent l’inverse. La nouvelle lune symbolise souvent la Mort. Et ici, astrologiquement elle ne m’aide pas à rester dans le bien être.
.
.
calendrier lunaire
(les lunes correspondent ici au standard du pacifique, en France par exemple les pleines lunes de janvier et mars sont le 2). Pour les heures précises, vous pouvez consulter ce site.
.
.
.
Je parle de la Lune car je parle de cycle quand je parle de Kali. Le cycle de la Vie, et de la Mort. Et c’est très étrange que je lise des lignes sur elle ce jour. (Même si je fais des recherches depuis quelques jours et que je construis mon projet depuis quelques semaines).
Donc pour que l’artiste puisse mettre de la consistance et de la vie dans son oeuvre, il doit faire aussi des recherches. Et cela, peu le comprennent… « ah, elle s’amuse, elle fait passer le temps,… elle n’est pas sérieuse,… ». Et pourtant il en faut du sérieux pour se remettre à bâcher sur les livres, les conférences, les émissions, prendre des notes, faire des synthèses et laisser l’esprit s’adonner à son intuition pour sélectionner les morceaux les plus germinateurs ».
.
Kali est liée à la Vie, la Création et aussi la Mort. Ainsi il est nécessaire d’avoir des jours d’inertie. Je déteste l’inertie, c’est quelque chose qui m’effraie et que j’évite au plus haut point. Je ne sais pourquoi ça me rend malade. C’est pour ça que j’ai du mal à rester avec des gens, à part si les conversations se font riches et productives, ce qui est rare, mais en même temps je ne cherche pas assez, je n’ai pas le temps, je dois travailler le dessin et penser à l’Art.
Aujourd’hui ne devrait donc pas être un jour pesant mais un jour de « temps mort ». Kali surpasse la notion de temps.
.
« Kâlî détruit Mahâkâla au moment de la grande dissolution; c’est à dire que Kâli, puissance du temps, absorbe Kâla (le temps), le destructeur universel. »
.
L’hindouisme nous apprend a relativiser le temps. Pourquoi ai je si peur du temps qui passe ? Pourquoi me lamente-je de n’avoir que 24h dans une journée ?
Je disais plus bas, qu’un jour je mourrai et n’aurai pu profiter de toutes les oeuvres d’Art incroyables que peut contenir mon coeur. C’est quelque chose de douloureux. Je n’ai pas le temps car j’ai peur du temps qui passe et de l’inertie, comme la Mort, que je crois être mes ennemis. Mais le cycle qu’incarnent les grandes déésses mères fécondantes que sont Kali ou Ishtar ou tant d’autres qui ne sont que plus ou moins la même entité sous des langues et des terroirs différents, s’étant incarnée différemment pour mieux se faire comprendre des différents peuples du monde, ce cycle est vital, il est la Vie.
.
.
Kali
.
.
Pourquoi se soumettre à rendre des comptes à ceux qui nous oppressent ?
Pourquoi courir contre la montre alors qu’on pourrait parfois s’octroyer le temps de souffler, de dormir, de mourir, pour mieux renaître. Cette nouvelle lune, entre deux pleines lunes de janvier m’apprend l’humilité de la mort. J’ai la sensation d’avoir vécu des morts initiatiques, en rêve, sur le Pont du Diable. Je crois en avoir déjà parlé. Ce jour j’ai réalisé combien n’importe qui pouvait (et voulait) me tuer. (Depuis je sens cette sensation chez certaines personnes à mon égard, cela fut nécessaire pour développer mon instinct, à travers mon instinct de survie : devenir l’animal qui sent le prédateur et apprend à développer ses poisons).
.
Il me faut absolument penser à redevenir un être sensible qui ne court pas après la productivité, les expositions, les projets, les contrats, car je n’ai rien à prouver à personne, je n’ai aucun compte à rendre; pour devenir un être complet, il me faut prendre le temps de réaliser mes projets un à un en leur donnant le temps nécessaire. Je dois prendre du temps pour aller au delà de mes problèmes techniques de vidéo, continuer mes peintures à l’huile qui me prennent plusieurs mois, filer et tisser trame par trame pour sentir la matière, crocheter les mètres de fils en motifs. Personne ne m’arrête mais aussi personne ne doit accélérer le rythme nécessaire des cycles de création. Plus de philosophie, d’esthétique, de spiritualité, de pratique magique, d’émotions, d’amour et de temps morts.
.
PS : Rien à voir, mais j’ai testé l’application/le site Canva. Je n’en voyais pas l’utilité car j’utilise Photoshop, mais pour ceux qui ne disposent pas de ce logiciel, cela permet de notamment créer facilement des « panneaux de tendance » ou graphisme élémentaire.

Laisser un commentaire