Holy Mane expose à la Chapelle de la Suche

Holy Mane expose à la Chapelle de la Suche

Je l’ai annoncé depuis plusieurs mois et nous voilà arrivé à la dernière ligne droite :
Mon exposition à la Chapelle de la Suche commence ce vendredi !

.

210610_murmuresdemuses01IG3
.
Vendredi soir, il y a un concert, et le vernissage est samedi matin à 11h !
J’expose du vendredi 6 août au 5 septembre. La Chapelle est ouverte les samedis et dimanches. Si vous passez, n’hésitez pas à m’envoyer un message pour savoir si je suis présente.

2106_expoChapSuche3site

L’exposition a été avancé depuis la première annonce !

J’ai hâte que tout soit installé pour lâcher la pression.

Je suis vraiment très heureuse de pouvoir exposer dans un si beau lieu construit dans les années 50, au milieu de la nature et près de rivières vosgiennes. La forêt est vraiment très belle et je sens toute une atmosphère qui se prête parfaitement bien au titre de cette exposition : « le murmure des Muses ».
En effet, ma démarche artistique est d’être inspirée et connectée à des muses et de transcrire dans la matière leurs enseignements et leurs grâce.

.
210610_murmuresdemuses01IG

.

J’exposerai deux peintures réalisées cette année plus quatre autres plus petites dans un format « fanion ». Vous pourrez en gagner deux lors d’une tombola organisé par l’association qui gère les animations de l’été (expositions et concerts).
Vous pourrez aussi voir des foulards imprimés avec mes motifs répétés disponibles que le site Redbubble.
.

2106_expoChapSuche1

 

.

210610_murmuresdemuses01IG2

.

210610_murmuresdemuses01IG4

Exposition place des Vosges – Ete des artistes 2021 II

Exposition place des Vosges – Ete des artistes 2021 II

J’ai exposé mon stand samedi 10 juillet sur la place des Vosges d’Epinal. Je partage aujourd’hui quelques photos de ce stand.

.

2107_EDA12juillet_177

2107_EDA12juillet_155

 

 

2107_EDA12juillet_197

 

Cela faisait deux ans que je n’y étais pas, alors que c’est un rendez-vous que j’honore depuis 2016.

 

 

.2107_EDA12juillet_162

2107_EDA12juillet_158

2107_EDA12juillet_165

.
Mon prochain marché aura lieu le samedi 31 juillet 2021, toujours sur la place des Vosges d’Epinal de 9h à 18h !
.

2107_EDA12juillet_185

 


2107_EDA12juillet_160

 

2107_EDA12juillet_182

 

En plus des habituels impressions au format poster, ou carte postale, que l’on peut retrouver dans ma boutique, mes bijoux d’art textile, mes estampes, cette année, je présente mes produits imprimés de mes illustrations et plus particulièrement les foulards. Je les adore d’autant plus qu’on peut à la fois les porter sur nous ou s’en servir pour habiller une table ou décorer un mur. J’aime le fait qu’on puisse voir tous les détails de mes dessins grâce à une largeur de 140 cm sur 140 cm.

.

2107_EDA12juillet_175

2107_EDA12juillet_200

2107_EDA12juillet_166

.
Je n’ai pas acheté de stocks que je revends, je propose juste ces foulards (et des mugs) comme foulards de démonstration, permettant à chacun de les voir puis de les acheter sur le site redbubble à partir d’un QR Code qui les envoie directement sur la page du foulard. Apparemment le QR Code est à la mode, alors j’utilise le langage à disposition.
Vous pouvez également découvrir d’autres articles sur mon site Redbubble ou même sur Society6. Je vous ai même fait une vidéo de présentation pour vous guider à naviguer sur le site.

 

 

 

 

 


2107_EDA12juillet_190

2107_EDA12juillet_160_

 

 

 

2107_EDA12juillet_168

2107_EDA12juillet_201

Mon prochain marché aura lieu le samedi 31 juillet 2021, toujours sur la place des Vosges d’Epinal de 9h à 18h !

Exposition place des Vosges – Ete des artistes 2021

Exposition place des Vosges – Ete des artistes 2021

Retrouvez mon stand les samedis 10 juillet et 31 juillet 2021 sur la place des Vosges d’Epinal.
.
1908_eda170

.
2107_EDA

.
Depuis 2016, je participe à l’Eté des Artistes, événement organisé par Pigment’T, mais je n’avais pas participé à celui de l’année dernière.
Retrouvez mes participations de 2016 et 2018 ou les videos de 2016 , juillet 2018 et août 2018.
.
1908_eda146
.
Sur mon stand, vous trouverez mes peintures originales, mais aussi des impressions format poster (A3) et format cartes postales. Il y aura aussi mon livre de coloriage, des bijoux d’art textile et des estampes de gravures. Vous pouvez déjà retrouver toutes ces oeuvres dans la rubrique boutique.
Il y aura des peintures originales mais aussi des foulards en démonstration, c’est à dire que vous pourrez les voir, mais il faudra les acheter sur le site Redbubble. Je vous montre ces foulards ici et vous explique comment aller sur le site ici.
.
1908_eda127
.
Voici des photos de mon stand de l’été des artistes de 2019.
.
J’aurai également un stand le lendemain, le dimanche 11 juillet aux Voivres !
.
1908_eda119

 

 

 

1908_eda141

 

1908_eda153

1908_eda154

 

1908_eda160
1908_eda121

1908_eda162

1908_eda165

1908_eda129

 

 

La solidarité travestie en concours de propagande idéologique.

La solidarité travestie en concours de propagande idéologique.

Coup de communication de l’État en faveur de la Culture, celui-ci annonce un « plan de relance » permettant aux artistes de ne pas trop la ramener concernant leur baisse de revenus pendant les mois d’interdiction de pouvoir travailler.

Ainsi l’annonce d’une commande de 30 millions d’euros aux jeunes artistes montre comment la France ne laisse pas tomber ses artistes.
.

.

mucha

.Alfons Mucha peignant son épopée slave, juste pour mettre une belle image

.

Artistes

Mais qu’est ce qu’un artiste ?

Concrètement (fiscalement dans le cas de la France), il s’agit de tous travailleurs qui vend (donc déclare) des œuvres ou des services artistiques, mais aussi toute la chaîne de travail permettant à ces artistes de proposer leur création. Dans le cas des comédiens et des musiciens, il faut donc compter les techniciens comme les ingénieurs du son, les régisseurs de salles de spectacles, les cameramen de plateaux télévision, etc. Cette catégorie vague peut donc concerner le clown qui propose des animations dans les hôpitaux, comme le présentateur télé, le graphiste qui met en page des menus de restaurant, le correcteur orthographique d’un article sur les verrues plantaires, le dessinateur de bande dessiné ou le peintre du dimanche qui expose à la foire à la saucisse (je parle de moi).
(edit : pendant les régionales, la gauche a présenté un tract journal prenant la défense de la culture en rappelant la nécessité de rouvrir les lieux de culture, notamment « les discothèques ». )

.

clown

.

.

La commande, intitulée « Mondes nouveaux » précise :

« Le présent appel se donne pour objectif de sélectionner des artistes ou collectifs d’artistes, français ou résidents en France, dans les disciplines suivantes : arts visuels, musique, spectacle vivant, écritures, design et arts appliqués. »

Revenus artistiques

Pour la plupart de ces artistes, pouvoir tirer un revenu régulier permettant de subvenir à leurs besoins matériels était déjà une énorme galère bien avant les confinements.

.

disney

.

.

Trouver des clients ou prestataires n’est pas toujours facile, certains artistes dépendent parfois d’un seul client, notamment le parc Disneyland Paris engageant sous des conditions abusives des décorateurs de spectacles et autres comédiens réduits à rembourser leurs cours de théâtre en portant des costumes Mickey Mouse lors des parades. Certains animateurs d’émissions de divertissement ou stars de télé-réalité gagnent très bien leurs vies, (pour relativiser son salaire rapporté par Stéphane Guillon (un contrat de 250 millions pour 5 ans, soit plus de 215 000 € par mois), Cyril Hanouna se défend en indiquant que Claire Chazal gagnait 120 000 € par mois) tandis que des sculpteurs sur pierre tentent de faire valoir leurs qualité face à la mode et l’économie des sculptures en impressions numériques. La précarité des artistes réside aussi dans la nécessité de faire comprendre que l’art est un vrai métier qui mérite une vraie rémunération (et non un affichage « ça te fera de la pub »).

Le cas des illustrateurs de bandes dessinées est assez symptomatique. Le secteur marche très bien, de nombreuses BD sortent chaque année avec des chiffres de vente en expansion, mais certains éditeurs font de moins en moins leur travail de promotion et payent de moins en moins les illustrateurs (environ 8% du prix d’une BD soit moins de 2€ pour un album vendu 20€, pour des mois de travail où il faut bien payer son loyer).

.

?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

.

.

Ce problème est souvent évoqué lors du festival de bande dessiné d’Angoulême sans que des mesures concrètes soient réellement appliquées. La presse aime aussi parler des revendications des « intermittents du spectacle ». Là aussi, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne et une représentation théâtrale ou musicale n’est souvent que la phase qui cache les heures et les heures de répétitions, souvent entendu comme du travail invisible mais pourtant réel. Ceux qui viennent de familles privilégiées en capital économique (les moyens) et social (les relations) auront plus facilement le loisir de travailler dans de bonnes conditions matérielles avec les contacts permettant la tenue d’un spectacle et la garantie d’un public, tandis que ceux qui doivent penser à économiser chaque centime pour continuer de payer leur loyer abandonneront peut être une carrière réservée finalement à un entre soi qui met rarement en avant les classes moins privilégiées.

.

.

Compétition

Heureusement, l’État est là pour montrer son soutien « en même temps » qu’il brandit des barrières créatives, administratives et matérielles à la majorité des artistes.

.

 lemonde

Le journal Le Monde diffuse cette publicité en présentant :

« Cette « grande commande artistique » avait été promise par le gouvernement lors de la présentation, le 3 septembre 2020, du plan de relance, doté de 100 milliards d’euros, dont 2 milliards pour la culture. »

On découvre ensuite qu’il s’agit d’un concours « les candidats doivent soumettre leur projet à un comité artistique ». Les concours sont une méthode bien appréciée des capitalistes. Appliquer la compétition tout en enrobant l’opération d’épithète « solidaire ». Alors que les institutions sont capables de réclamer à chaque artiste les taxes qu’ils doivent payer, celles-ci semblent moins capables de retrouver ces personnes pour vraiment les aider de façon plus équitables. Ainsi, alors que chaque « cotisant » pourrait se voir aidé, il n’y aura en réalité qu’une aide pour quelques personnes sélectionnées. Cela n’a rien d’un plan de relance, cela n’a rien à voir avec de la solidarité. Le capitalisme impose son paradigme du « que le meilleur gagne tout en fournissant les dés pipés », remplaçant les luttes sociales du « donner à ceux qui en ont besoin » sur l’exemple de la sécurité sociale.

Cette logique se retrouve dans les formes de « philanthrocapitalismes » de mentalité américaine qui déverse de l’argent pour contourner les structures démocratiques en place et imposer des contreparties, des idéologies et des idées dignes des pires régimes totalitaires, en ancrant leur puissance et leur monopole, comme l’explique Vandana Shiva à propos des industries agricoles (et le brevetage des semences) notamment. Je parle de l’influence des Etats Unis et des philanthropes comme les Rockefeller dans l’art moderne et contemporain dans mon article « Faut il aimer l’art contemporain », paru dans le numéro 90 de la revue Rébellion.

.

2101_Rebell_AC_109

.

.

Cette commande publique ressemble à la majorité des commandes publiques (1 %, etc.), ateliers ou résidences d’artistes. Ces initiatives devraient être ouvertes, transparentes et accessibles à tous les artistes mais sont en réalité bien souvent un système d’entre soi institutionnel déguisé permettant de distribuer de l’argent public à ses relations et amis qui répètent à loisir les slogans « démocratie » ou « solidarité » (et maintenant « inclusivité ») pour cacher leur clientélisme arriviste, discriminatoire et profondément bourgeois.

.

.

Jeunes

L’article du Monde poursuit en signalant la favorisation des jeunes :

« Dans les faits, aucun critère d’âge n’a été fixé pour répondre à cet « appel à manifestation d’intérêt » du ministère de la culture, même si « une attention particulière » sera portée aux jeunes créateurs, promet-on Rue de Valois. »

En gros on a le droit de participer mais pas de gagner, un peu comme dans la société démocratique capitaliste « parle toujours » plutôt que « ferme ta gueule » en régime de dictature. L’adjectif « jeune » est assez particulier, surtout lorsqu’on sait qu’un artiste qui travaille depuis plus de 15 ans est souvent encore désigné comme un « jeune artiste » ou un « jeune créateur ». Mais il n’a pourtant plus le droit aux aides réservées aux jeunes, car tout d’un coup il n’est plus jeune. Toujours trop jeune pour recevoir une rémunération juste, mais plus assez jeune pour avoir les « aides pour les jeunes ». C’est magique, c’est un peu comme le « face je gagne, pile tu perds ».

.

.

Mondes nouveaux

Le document PDF de présentation de la commande intitulée « Mondes Nouveaux » précise l’orientation artistique demandée.

.

nouveauxmondes

.

.

Sans surprise tout cela devra être progressiste et contre le passé. Cela peut sembler une évidence tant on est baigné dans cette idéologie imposant l’idée que le passé est forcément horrible et le futur forcément radieux, or l’histoire et le présent nous prouvent que les choix capitalistes amènent la planète et les êtres vivants vers la destruction, la dépression, l’accroissement des inégalités entre riches et pauvres, les extinctions de masse des espèces, les catastrophes climatiques, la plastification des océans, la violence, etc…

« Une évidence s’impose à celles et ceux qui s’efforcent d’en dégager la portée historique : tout est à refaire. »

«  pour tâcher de tirer un bilan du passé »

«  Des mondes nouveaux, riches de promesses. Car peut-être a-t-on oublié que les artistes, les créatrices et créateurs étaient les mieux à même de répondre à nos aspirations, les acteurs essentiels de nos transformations, les meilleurs interprètes, aussi, du tremblement du temps. »

« au cœur d’un monde qui a pour mission de se reconstruire. »

Pourtant pour reconstruire, il ne faut pas le faire avec les mêmes logiques capitalistes qui ont mené au chaos actuel.
.
.

daessh

.

.

Désacraliser la Sainte Chapelle

Les artistes sont invités à proposer des projets « en résonance avec un ou des sites du patrimoine architectural, historique et naturel ».

« Afin que ces créations puissent dialoguer avec des espaces emblématiques, les créateurs qui le souhaiteront pourront proposer des projets en résonance avec un ou des sites du patrimoine architectural, historique et naturel relevant du Centre des monuments nationaux (CMN) ou du Conservatoire du Littoral (CdL). « 

La volonté de cette commande est de mettre les œuvres proposées en relation avec des endroits de nature ou des œuvres du passé (églises, châteaux, littoraux,…). On devine clairement la volonté d’insulter ces merveilles pour les réduire à la vision progressiste de l’idéologie souhaitant « déconstruire le passé » (et la nature).

.

.

Jury

Pour être sélectionné, il faudra envoyer un dossier comprenant la formation et le parcours artistique. Comme la plupart des CV, cela permettra de voir par quels entre-sois institutionnels (écoles des Beaux Arts, Fondations privées, musées publiques,…) et idéologiques le candidat a été formaté. Il faudra aussi qu’il rédige une note d’intention de l’œuvre qu’il souhaite réaliser. Le dépôt des dossiers sera disponible le 28 juin (soit la semaine prochaine).

Les candidats sélectionnés pourront recevoir jusque 10 000 € pour créer leur œuvre.

La sélection sera décidé par un comité artistique qui pourra également proposer un accompagnement.

« Celui-ci est composé de neuf professionnels de l’art, parmi lesquels le chorégraphe Noé Soulier, le musicien Bruno Messina, le plasticien Julien Creuzet, le philosophe Ronan de Calan, la directrice de la Villa Gillet, Lucie Campos, la responsable de Lille Design, Caroline Naphegyi, Rebecca Lamarche-Vadel, la directrice de la Fondation d’entreprise Galeries Lafayette, ou encore Chloé Siganos, la directrice des spectacles vivants au Centre Pompidou.«

J’aurai aimé étudier en détail le profil de chaque personne de ce jury (et si vous voulez contribuer à cette analyse n’hésitez pas), mais je vais me pencher sur mon domaine « de compétence », celui des arts plastiques en regardant un peu le parcours de Julien Creuzet.

.

JulCre06_BS-2018-Julien-Creuzet-039

Oeuvre de l’artiste plasticien Julien Creuzet
.

.

Un article de mixtemagazine titre :

« « Exposées à la FIAC et la Frieze de Londres, ses œuvres, chargées d’histoire coloniale, proposent une vision riche et composite du monde qui n’est pas sans confronter l’art et la pensée occidentale à leur ethnocentrisme. »«

On a donc affaire à des œuvres et des démarches dénonçant « l’ethnocentrisme de la pensée occidentale ». Cela ressemble à un dogme à répéter, que je retrouve souvent de la part des artistes, professeurs et intervenants des écoles des Beaux Arts et autre médias dominants.

« il pratique un art hétérogène et réflexif dont les pièces ne sont certes pas systématiquement grandes, mais presque toujours immersives (parfois littéralement : il pratique la VR) »

La technologie est bien évidemment valorisée, les casques de réalité virtuelles s’inscrivant parfaitement dans le monde-machine de smart-cities et économies virtuelles encouragées par le patron de DAVOS favorable au transhumaniste.

«  » Je pense que mon émotion est caribéenne. En même temps, elle est profondément urbaine, dans le sens où j’ai beaucoup d’affection pour le bouillonnement des grandes villes, l’agitation, la diversité, la poussière, les détritus. »

Encore une fois, il ne s’agit pas de promouvoir des cultures autochtones traditionnelles, mais de faire la promotion de l’urbanité, de la ville moderne.

.

Julien-Creuzet-at-High-Art-19

.Oeuvre de l’artiste plasticien Julien Creuzet

.

« M. Est-ce que la reconsidération des œuvres du passé fait partie des missions de la décolonisation de l’art et des esprits ? Que penses-tu, par exemple, des débats sur le corps indigène chez Gauguin ?

J. C. C’est un exemple intéressant. Aujourd’hui, les États-Uniens se posent la question : doit-on montrer les œuvres de Gauguin ? Est-ce que ce n’était pas un pédophile raciste, d’un white male ayant décidé d’abuser de jeunes filles et d’exotisme ? Dans les monuments parisiens, les choses à requestionner sont nombreuses également : la place de la Concorde, les lions comme symboles royaux, ou ne serait-ce que la place de l’or, qui est partout dans l’art hexagonal sans jamais avoir été produit dans des sols purement français. On ne manque pas de choses à requestionner – y compris la restitution des œuvres à l’Afrique. On nous dit qu’il faut des infrastructures, des musées. Mais ces œuvres n’étaient pas non plus faites pour être pérennisées : elles avaient des fonctions, des usages sociaux, que l’on ne pratique voire ne connaît plus. La pérennité des œuvres d’art est purement occidentale. »

On reconnaît ici encore les slogans idéologiques formatés des institutions artistiques qu’on retrouve chez l’intervenant aux Beaux Arts de Cergy, Geoffroy de Lagasnerie, que je critiquais déjà dans un article écrit l’an dernier, puis plus en détails dans l’article publié dans le numéro 90 de la revue Rébellion :

- vision occidentale (donc mauvaise) de la pérennité des œuvres (dogme idéologique que j’ai retrouvé dans le magazine Sciences & Vie consacré au patrimoine),

- diabolisation du passé, de l’histoire, du patrimoine,

- déconstruction des musées,

.

Julien-Creuzet-at-High-Art-17

.Oeuvre de l’artiste plasticien Julien Creuzet

.

« M. Ces questionnements multiples, leur trouves-tu des réponses ? Sur la restitution des œuvres, par exemple ?

J. C. Si on veut y répondre, je crois qu’il faut d’abord qu’on se demande ce qu’est une œuvre d’art aujourd’hui. Quand on considère l’état économique, climatique, humanitaire du monde, faut-il construire des musées qui coûtent de l’argent, prennent beaucoup de place en stockage, sans parler de la spéculation du marché de l’art ? Est-ce qu’il n’y a pas là une forme d’indécence ? Je crois qu’il y a un nouveau format muséal à inventer, que les collections d’art qui ont marqué l’Histoire et sont nourries du pillage, du vol ou de la duperie, doivent être remises en question. Il faudrait trouver de nouvelles modalités muséales. C’est peut-être une pensée utopique, mais un musée du monde, pourquoi pas itinérant, avec une collection à l’échelle internationale et qui voyagerait sans cesse, ce serait intéressant. »

Tout cela s’inscrit dans le projet déjà évoqué dans d’autres articles de la destruction des œuvres du passé, de l’histoire, de l’héritage, de toute chose permettant de comprendre l’humanité, sa filiation… Cette stratégie permet bien évidemment de rendre amnésique les peuples pour les soumettre aux nouvelles dictatures technologiques capitalistes que les entreprises, les banques, le marché spéculatif des crypto-monnaies et des NFT, les élites, « young leaders », chefs d’État et patrons de multinationales du forum économique mondial de Davos dirigé par Klaus Schwab, nous imposent.

.

greatrest

.

.

« La directrice du FMI s’est interrogée : qu’est-ce que « l’histoire retiendra de cette crise ? » Un grand retour en arrière ou cette « grande réinitialisation » ? »

Pour ces « élites » au pouvoir, il faut absolument rejeter son identité, son patrimoine culturel et génétique pour pouvoir mieux consommer les produits biotechnologiques qu’on nous proposera contre rémunération régulière.

Dans un article, Anselm Jappe écrit à propos des techniques de reproduction médicalement assistées :

 « Tout comme Monsanto avait fait sa fortune en stérilisant les semences pour pouvoir les revendre tous les ans, les tentatives de banaliser l’hétéronomie reproductive ressemblent bien à une tentative de nous forcer à devoir acheter nos propres enfants »  à commenté une personne bien avertie. »

C’est pourquoi parler d’art contemporain pourrait sembler un sujet qui n’intéresse que peu de gens, pourtant la propagande qu’il permet s’inscrit dans une logique globale de remplacement de tout ce qui permet aux humains de vivre dans leurs diversités, leurs identités, leurs autonomies et leurs dignités.

.

vandalismemarie

.

.

Toutes ces choses me poussent à vouloir lutter pour la sauvegarde de notre héritage humain, de l’histoire des hommes et des femmes. Cela me force à vouloir protéger les œuvres d’art, les créations et les joyaux architecturaux, témoins d’un savoir faire aujourd’hui oublié, ringardisé, diabolisé. Le Beau n’est pas seulement interdit, il doit être effacé par cette idéologie du progrès, qui n’est que le progrès, à l’instar de la croissance, de la fortune des humains les plus psychopathes sans limite pour l’hubris, se cachant derrière un « philanthropisme » mesquin et destructeur. Aujourd’hui en France, la destruction de l’Histoire, passe notamment par l’égorgement de professeurs d’histoire, avec une soumission ou une complaisance des pouvoirs publiques pour la montée de ces menaces (alors que le pouvoir sait prendre des mesures fortes et inacceptables pour les gilets jaunes réclamant plus de justices sociales).

« . Es-tu satisfait des conditions dans lesquelles il t’est permis de travailler en tant qu’artiste en France aujourd’hui ?

J. C. De nos jours, en France, il est possible en venant de diverses classes sociales, d’économies différentes, d’intégrer une école des Beaux-Arts pour y recevoir un enseignement de niveau master 2, pour très peu d’argent me semble-t-il. »

L’artiste remercie le système qui l’a porté et ses institutions, sauf que ce qu’il avance n’est pas tout à fait vrai. Cette réponse est un peu dans le style du « tout le monde peut participer, mais on ne sélectionnera que les jeunes ». De nombreuses personnes issues des classes défavorisées ne savent pas qu’on peut intégrer les Beaux Arts et ce n’est pas sûr d’être pris sans avoir la culture bourgeoise nécessaire pour la sélection.

Même moi, qui ne me trouve pas totalement inculte et incapable de créer et formuler une pensée critique, je n’ai pas cette culture qui m’a permis d’intégrer ces écoles. L’art est inenvisageable pour les classes « populaires ». Et c’est d’ailleurs pourquoi ma famille m’a renié. Ce rejet du noyau familial est très contraignant et fait que peu de jeunes osent choisir cette voie artistique.

.

victorSchlaecher

.

.

Je tiens à préciser que je n’ai rien contre l’artiste, la personne ou ses œuvres. Chacun a le droit de créer ce qu’il veut mais je critique et dénonce l’idéologie qu’il porte (consciemment ou non). Lui même, dans une de ses réponses semble vouloir s’extraire des cases ou hashtags (« migration », « décoloniaux ») dans lesquelles les médias et les institutions veulent l’assigner.

« M. Ces questions d’histoire et de migrations, de personnes ou de matériaux, sont-elles au centre de ton œuvre ?

J. C. Précisément, le mot que je n’ai pas employé, c’est “migration”. C’est toi qui le dis et qui projettes une vision de ma pratique, ce qui me semble important à soulever. On a parlé d’une certaine idée de la culture, de géographies différentes, mais pas de la migration.

On peut bien sûr en débattre ! Je ne refuse pas le mot, loin de là, mais on m’en parle beaucoup, et je pense que c’est lié au fait que je suis racisé. C’est comme si je parlais de la migration malgré moi.

M. Un autre terme t’a été plusieurs fois associé, c’est “décolonial”. Peux-tu nous en dire plus ? Qu’est-ce que l’art décolonial ?

J. C. Encore une catégorie ! Cela vient des gens qui pensent par le prisme académique et qui créent une nouvelle case. On entend aussi souvent “post-colonial”, comme s’il y avait un après possible à l’histoire coloniale… Décoloniser, ça veut dire décharger, disséquer, décortiquer tout ce qui, dans notre culture, notre langage, a été colonisé. C’est comprendre ce qu’est un individu racisé, et que quelque chose a été transmis – par le sang, par la culture, par d’autres moyens encore. »

Ainsi, cet artiste est lui aussi d’une certaine façon victime de cette dictature idéologique, car on l’enferme dans le cliché tendance du moment (le « décolonialisme ») plutôt que de prendre en compte sa personnalité et sa singularité. Il est peut être conscient qu’il est un kleenex interchangeable par un même « racisé » au discours semblable sortant de l’usine idéologique des institutions artistiques. Pendant des années, j’ai moi même voulu m’exprimer sincèrement sur les combats qui m’animent.

.

JulienC1140x1700_vertical-dans-le-sujet-1

.Oeuvre de l’artiste plasticien Julien Creuzet

.

J’ai toujours essayé de « bien faire », de « faire plaisir », de suivre ce qu’il fallait. J’ai essayé de dessiner des personnages comme il fallait, d’avoir un style plus « commercial », plus souriant, plus coloré, plus familial, plus bourgeois, mais finalement j’ai toujours été exclue de cette « culture », la seule légitime, la seule qui permette d’avoir des clients, d’exposer dans des lieux « prestigieux », qui permet d’avoir des contrats… Je ne suis pas la seule, et finalement nous sommes très nombreux à ne pas être conformes, qu’il s’agisse d’artistes graveurs comme Aude de Kerros, ou d’artistes à la rue, nous sommes la majorité à être exclus des opportunités.

.

audedeK

.

.

Il est alors urgent et nécessaire de construire des cultures alternatives, autonomes qui défendent des valeurs, questionnent le Beau sans le détruire, (contrairement à ceux qui dénoncent le Beau pour cacher leur manque de maîtrise et de goût), il est temps de reconstruire des cultures alternatives où toutes les classes, mêmes les plus populaires peuvent s’exprimer en dehors du rôle dans lesquels les élites financières veulent les réduire. Il est temps de retrouver de la sincérité, de la liberté d’expression, de la diversité d’opinion, de l’authenticité, de l’amour du Beau, de la technique apprise de l’histoire, de la vérité…

//////////

Ma boutique Redbubble

Ma boutique Redbubble

Il y a des nouveautés dans ma boutique Redbubble !

.

redbub_bibliot_pattern

.
Je vous expliquais déjà dernièrement où trouver mes créations. Vous pouvez le faire :

– directement lors d’expositions et de marchés d’art

– dans la rubrique « Boutique » de mon site

– sur différentes boutiques en ligne : Society6 et Redbubble

.

J’ai décidé de mettre plus de nouveaux motifs sur Redbubble, et cela tombe bien, cette semaine il y a des promotions, rendez-vous à la fin de l’article pour plus d’informations !

.

Les nouveautés :

.

« Squeleton fight »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

motif répétés lapins et personnages féminins

.
2120_motifs_patdes_lapins_apercu

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

.

Rosace héraldique avec lapin, personnage féminin et cerf

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Croix doré

.

2120_motifs_croix_patdes01_det

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Serpent Vert Stay Strange
.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Violet_Harenchi

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 


Je le disais déjà, ce que j’apprécie chez Redbubble, ce sont leurs foulards :

.

redbub_foulard_pochette

 

.

Et toujours, bien évidemment les autres motifs répétés, déjà partagés sur ce site.

 

2011_patterndesign_medievalIG2

2011_patterndesign_medievalIG

2011_patterndesign_medieva3_danseIG2

2011_patterndesign_medieva3_danseIG

redbub_carnetmarron

redbub_troussemarron

2011_patterndesign_medieva_thoracIG2

2011_patterndesign_medieva_thoracIG

redbub_motifbleu

redbub_groscoussinbleu

 

En ce moment il y a des promotions de -20% à -60% avec le code promo chacunsontruc

 

2010_foulard_motif_casqueherald2_05

 

Tribute to Martin Gore from Depeche Mode

Tribute to Martin Gore from Depeche Mode
Martin Gore Depeche Mode

Martin Gore Depeche Mode illustration Holy Mane

.

.

1980 et 1990 – Club Dorothée et MTV

Je suis ce genre de personne qui achète « Speak and Spell », le premier album de Depeche Mode sorti en 1981 au sombre automne de 2020. Il m’a beaucoup aidé à surmonter une sorte de morosité hivernale de confinement.

Depeche Mode est un groupe très populaire que j’ai découvert à l’adolescence, notamment avec la sortie de « Barrel of a gun » en 1996. Je trouvais le clip étrange, donc il me plaisait, mais à cette époque j’avais besoin de musique plus « agressive » et américaine. J’écoutais alors « Mellon Collie and The Infinite Sadness » des Smashing Pumpkins avant de plonger vers 1998 dans « Antichrist Superstar » de Marilyn Manson à l’entrée du lycée. (Ces deux groupes ont d’ailleurs fait des reprises de Depeche Mode, « Personnal Jesus» pour Marilyn Manson en 2004 et « Never Let Me Down Again » pour Smashing Pumpkins, présent sur un album tribute a Depeche Mode que j’avais acheté en 1998 à cause de la présence de ce dernier groupe ainsi que Rammstein et Deftones. La reprise des Smashing Pumpkins est assez appréciée par le groupe ainsi que la reprise de Personnal Jesus que Johnny Cash a fait plus tard). Je connaissais le groupe de réputation (j’avais aussi vu le reportage live « 101 » qui était passé sur MCM) sans creuser d’avantage leur discographie. Dans ces années 90, Depeche Mode essayait d’enterrer leur image de groupe lié au style New Wave, en mettant plus de guitares saturées et en usant des claviers de façons plus « subtiles ». C’est un groupe qui préfère aller vers l’avant, vers l’avenir et aime la nouveauté technologique. Ils détestent notamment qu’on les associe au « New Romantics ». Je suis trop jeune pour avoir aimé le groupe à ses débuts, leurs premiers albums correspondent à une époque que je n’ai pas beaucoup vécu si ce n’est « inconsciemment » dans le décor des années d’enfance (à travers des sonorités, des jingles comme celui du Top 50, une esthétique graphique, etc… ) Dans les années 80, je m’intéressais plus aux dessins animés qu’à la musique anglaise et je n’ai pas grandi dans un environnement culturel stimulant. La télévision, comme pour la plupart des enfants de classe populaire était ma seule source de « culture ».

.

.

2000 – dancefloor

J’ai toujours préféré les musiques un peu sombres et tristes (comme les films, la littérature, la peinture et les individus), et c’est tout naturellement que je gravitais autour du mouvement « gothique ». Mon goût s’est alors affiné vers moins de culture de masse américaine, télévisé et à la mode (propulsé par une communication commerciale privilégiée) pour plonger vers la musique anglaise prenant racine dans les années 80, et plus particulièrement après les Sex Pistols de 1975, tout en étant influencée par ce qui existait avant comme le disco ou le glam mais surtout David Bowie. J’ai réécouté avec plaisir les sons de synthétiseurs des années 80, après les avoir fuit dans les années 90 et début 2000. Et ce n’est pas tant la musique pop qui m’a reconnecté à ces sonorités que les premiers morceaux de Death In June comme sur l’album « Nada ! » de 1985 ou « Come Before Christ and Murder Love » sur « The World That Summer » l’année suivante ou d’autres groupes comme Dead Can Dance. Ce qui est pratique quand on cherche des albums rangés par ordre alphabétique dans des magasins est qu’ils sont réunis sous les lettres « De… ».

.

.

2010 – Youtube

J’écoutais de temps en temps Depeche Mode comme une sorte de « easy listening » assez dansant et agréable donc je m’étais familiarisée avec les chansons mais pas avec le visages des musiciens. Ils se sont toujours défendus d’être sombre ou triste et c’est surement pourquoi je ne les écoutais pas souvent. Il y a quelques années, j’avais vu la vidéo de «Shake the Disease», où le groupe Depeche Mode était sur une sorte de péniche. Et j’ai eu une sorte d’attirance pour le blondinet peroxydé en tenue latex et yeux maquillés. C’était comme si je le voyais pour la première fois. Plus exactement je le regardais pour la première fois, car dans les années suivant cette période, son style me laissait plutôt indifférente.

A la fin de l’automne dernier, j’écoutais beaucoup plus cette musique, car je voulais quelque chose sur quoi danser, même si c’était toute seule en pyjama dans ma chambre, il me fallait lutter contre l’enfermement, le manque de soleil, l’addiction aux écrans en restant assise, et le froid humide. J’ai donc regardé plus de vidéos sur Youtube de Depeche Mode et notamment les lives des années 80 et c’est là que je suis devenue accroc.

.

.

.

Devotion

J’avais parallèlement une sorte de saturation de certaines informations d’actualité (que mon esprit a besoin de connaître comme arme de résistance à ce qu’on nous fait subir) et j’avais besoin d’accrocher mon attention vers quelque chose de moins énervant. J’ai une grande capacité à aimer, à adorer, à aimer aimer, tomber amoureuse, être fan, ressentir l’amour des autres pour les autres, etc,… Je suis quelqu’un de très émotionnelle et d’empathique, et j’aime aussi analyser, raisonner et réfléchir. Je ressens très fortement les choses, mon coeur s’emballe très facilement. Comme il sait le faire pour des choses négatives, j’essaie de louer cette capacité d’émotion en le faisant battre pour des choses positives en m’entourant de belles choses, en écoutant de la musique que j’aime, en regardant des œuvres d’art, etc,… Mon coeur d’adolescente n’est pas enterré et je suis très heureuse de pouvoir continuer de ressentir ces choses, avec le recul de l’expérience (qui sait m’apporter la déception).

Ces morceaux de lives m’apportent beaucoup de joie. Puis j’ai regardé de plus en plus d’entretiens et j’ai déterré les Gigaoctects de Youtube au point d’avoir l’impression d’avoir vu toutes les vidéos sur le sujet, donc j’ai commencé à les regarder plusieurs fois, tous les jours. J’ai ensuite regardé sur Pinterest et Tumblr beaucoup de photos, puis j’ai cherché des gifs animés, puis j’ai créé des gifs animés, puis j’ai dessiné un peu, et puis dessiné sérieusement.

.

tumblr_inline_n5176u2vXP1sxp7n3540

.

.

Analyse d’émotion

Je me suis focalisée sur Martin Gore, le compositeur de Depeche Mode. J’ai étudié son thème astrologique. Si quelqu’un connaît son ascendant (ou son heure de naissance) je serai heureuse. Je me nourrissais de son aura en même temps que j’essayais de décortiquer intellectuellement ce que je ressentais, pourquoi je le ressentais, comment ça pouvait m’influencer, me faire avancer etc,…

Martin Gore ne ressemble pas spécialement au type physique qui m’attire, si ce n’est les yeux et les sourcils. J’apprécie généralement les personnes plus sombres, mais à la fois, j’adore son côté « Lion ». Il est à la fois exhibitionniste bronzé et souriant et à la fois très timide. En interview Andy rit parfois sur des anecdotes où Martin se mettait souvent nu. C’est la personne qui souffre de crise d’angoisse et qui aime se mettre plein de paillettes dorées.
.

téléchargement (2)

.
J’ai donc évidemment fait une sorte d’identification, étant moi même introvertie et aimant les paillettes. J’aurai aimé être une femme forte, guerrière, sombre, froide, dure qui ne montre pas ses émotions, une personne qui sait s’imposer, mais c’est complètement raté. J’apprends à m’aimer, à aimer ce que je suis intimement (grâce à l’astrologie) et c’est pour ça que j’ai aimé voir ces éléments (la timidité) chez quelqu’un, pour m’inspirer de son aura, dans le but de m’aimer à travers lui. C’est d’une certaine manière narcissique. Mais en même temps si j’étais narcissique (ce qui est un but – le côté Lion/paillettes), je n’aurai pas besoin de faire ce travail. Martin Gore m’apprend à être plus narcissique et à vivre mon introversion et ma timidité de façon flamboyante et positive. Tout ce que j’écris est l’analyse de mes sentiments, ce n’est pas quelque chose que j’ai décidé en amont, c’est le fruit du décorticage de ce que je ressentais. C’est également une hypothèse, et non une vérité absolue.
.

.

Le style physique de Martin Gore

En regardant les interviews de Martin Gore, je me suis mise progressivement à aimer la moindre de ses expressions, chaque muscle de son visage transmet à mon cerveau une information qui stimule des endorphines. Sa voix est devenue un remède contre le stress. Je m’écoute des podcasts où il parle et cela suffit pour accélérer mon rythme cardiaque et tomber dans une sorte d’extase. Je suis totalement amoureuse de son accent anglais, de sa façon de parler. Son sourire généreux qui semble cacher un mélange de timidité et de provocation mêlé à un côté indolent crée une sorte de joie et de désir. Et tout cela a été amené grâce à son goût, à son style vestimentaire, entre provocation (quand il portait des robes ou des accessoires fétichistes), extravagance, et une touche sombre.
.
2b003c3e10c087d21b81a6bc367b5764
.
Le mauvais « type d’attention » que cela a engendré, m’a pêché comme un poisson. Les entretiens reviennent sur le fait qu’au début, la presse s’est focalisée sur les vêtements de Martin Gore plutôt que sur la musique et que cela nuisait à l’image qu’ils auraient voulu donner. C’est pourquoi ils ont ensuite travaillé avec des personnes, comme Anton Corbijn pour mieux diriger le style visuel du groupe. Je dois dire que le style d’Anton Corbijn ne marche pas du tout sur moi, c’est un peu la raison pour laquelle je ne m’étais pas vraiment intéressée au groupe visuellement. Alors que j’adore le style « communiste/réalisme socialiste » (très présent chez Laibach) de la pochette de « A broken Frame » et « Construction Time Again ». Il marque vraiment le style des années 90, en noir et blanc, plus sobre, que je n’aime pas. Ce style années 90 est aussi très marqué par les publicités noir et blanc de sous vêtements unisexe Calvin Klein. Pourtant Anton Corbijn a réalisé un de mes clips préférés qui est « Heart Shaped Box » de Nirvana.

.

Martin Gore Depeche Mode

Martin Gore, Depeche Mode, illustration Holy Mane

.

Energie créative de l’innocence

C’est pourquoi je reste surtout amoureuse de la période des années 80, qui est une période extrêmement riche. Le côté naïf et juvénile que les musiciens reprochent à cette période est aussi ce qui leur donne une extraordinaire créativité et une volonté d’agir sans peur, grâce à l’ignorance. Signer chez Mute sans contrat, sortir un album chaque année et faire des tournées entre chaque, jusqu’à être parfois 24 mois sur les routes,… J’ai aussi besoin de retrouver cet âge d’insouciance comme une énergie créative qui m’inspire et m’aide à dépasser mes blocages de personne trop raisonnable et donc qui se limite. Pour ma peinture, ma création, j’ai besoin de voir que les choses sont possibles, qu’on s’en fout de rater, que l’acte de faire est ce qui compte, que de créer en « do it yourself » est une belle alternative devant le manque de moyens. Je passe trop de temps à analyser les stratégies de communication permettant de ne pas être noyée dans l’arène de compétition du monde moderne et cela me déprime beaucoup. Je passe trop de temps à faire de la promotion dans le vide plutôt qu’à créer de nouvelles choses. Mais c’est aussi parce que j’ai énormément de créations, de matières et que j’aimerai les faire vivre autrement que dans mes cartons. Toutes ces questions m’éloignent de la création pure et j’ai besoin d’être dans cette spontanéité artistique. C’est pourquoi les albums des années 80 de Depeche Mode sont vraiment une nourriture stimulante.

.

Contrairement à ce qu’on peut imaginer, la presse n’était pas vraiment tendre avec eux au début, cherchant toujours à les réduire à un groupe à filles (expression d’ailleurs misogyne).
.

.

Songs of Faith and Devotion

J’essaie d’analyser mes sentiments, mais aussi ceux des fans. Je ne me sens pas, à ce stade fan. J’ai été fan de Marilyn Manson, je le suis de Death In June, mais pas encore de Depeche Mode. Ce groupe peut compter sur ses fans, qui sont vraiment dans une adoration quasi religieuse qui elle même, inspire le groupe à son tour. Ceux qui se tatouent ou dorment devant l’ouverture des magasins pour acheter en premiers les billets de concert, qui écoutent en boucle un seul morceau pendant toute une journée en pleurant, qui s’évanouissent tellement leurs corps ne peuvent plus supporter tant d’émotion sont très nombreux. On parle souvent d’une de leur session de signature dans un magasin de musique, qui a créé des accidents, tellement il y avait de monde. Les vitres du magasin ont explosé, des personnes ont été blessé,… Martin Gore aime parler de ce sentiment religieux, de l’inspiration du gospel, d’une sorte de sacré qui peut réunir des humains. Il parle de la religion comme de la sexualité, ce sont deux thèmes puissants dans ses textes. « Condemnation », sur l’album « Songs of Faith and Devotion » sorti en 1993 est une de leur chanson préférée pour l’influence gospel.

J’aimerai moi aussi comprendre comment un groupe peut rendre des personnes fanatiques et surtout procurer un amour et une dévotion comme celle ci. Je pense qu’évidemment beaucoup sont nombreux à vouloir comprendre et utiliser « la recette du succès ».

.
Screenshot_2020-12-16-22-30-33

.

.

Composition du son

Concernant les compositions, ce que j’apprécie de façon intense sont les sortes de petites dissonances qu’il glisse dans ses mélodies. Ca me rend vraiment folle et résonne avec des sons que mon corps d’enfant à enregistré au coeur de sa mémoire. Quelques notes peuvent me bouleverser puissamment, notamment dans les notes de clavier de « A question of Lust » (lorsqu’il chante « It is all of these things and more  ») présente sur Black Celebration » de 1986.

J’aime énormément l’introduction (surtout dans les versions live des années 80) de Blasphemous Rumours » sur « Some Great Rewards » de 1984.

.

.

J’aime l ‘energie de la chanson « Tora, Tora, Tora ! De Speak and Spell (1981) ; Pipeline sur « Construction Time Again » ou « Told You so » avec son petit côté oï ! (très lointain, mais je ne sais comment le dire mieux).

Les notes dans la mélodie chantée sont aussi parfois déroutantes (cela dépend évidemment de chaque oreille, de chaque « culture » musicale), la ligne de chant de la chanson « Home » sur l’album Ultra sorti en 1996 me séduit pour son audace d’aller dans les aiguës où on ne l’attend pas malgré un arrangement très années 90.

Martin Gore, lorsqu’il parle a une voix plutôt grave, et lorsqu’il chante, il peut aller vers le ténor et faire des « choeurs d’arrière chant » aiguës. Dave Gahan a une voix profonde et ronde plutôt impressionnante qui ne faiblit pas avec l’âge, contrairement à celle de Martin qui était surtout au sommet au début des années 2000. Il a d’ailleurs sorti un album solo de reprise en 2003, qui s’intitule « Counterfeit² » après un EP nommé « Counterfeit » en 1989. Il a depuis les années 80, pris des cours de chants et perfectionné sa voix et sa musique (abusant peut être des mini vibrato), c’est une des raisons pour laquelle ils voient leurs premiers morceaux avec des oreilles techniques plus sévères. Dave Gahan aussi a beaucoup progressé depuis leurs débuts quand ils avaient 18 ou 19 ans. Martin Gore est né en 1961 et Dave Gahan en 1962. Le premier a commencé un groupe avec leur camarade de lycée Andy Fletcher et Vince Clarcke dans « Composition of Sound » en 1980. Je trouve d’ailleurs le morceau « Ice Machine » vraiment bon.

.

.

Alan Wilder a rejoint Depeche Mode par la suite en 1982, pour partir en 1995 entre « Songs of Faith and Devotion  » en 1993 et « Ultra » en 1996. Bien que les musiciens s’expliquent très peu ou vaguement sur le sens des paroles ou des titres de leurs chansons, préférant laisser chacun interpréter comme il le souhaite, Alan Wilder commente dans une interview que le terme « masses » est employé de façon un peu ironique. Certaines personnes disent que son départ vient aussi du fait que le son qu’il apportait était moins « commercial » et qu’il trouvait qu’on ne lui donnait pas assez de place au sein du groupe. Son départ coïncide avec la décennie qui m’intéresse moins, même si j’adore quelques morceaux, mais c’est surtout l’esprit des années 80 plutôt que le son qui fait appel à des choses profondes et étranges comme, codées en moi, du fait de grandir dans ces années là.

.

.

Fragiles aspérités sensuelles

Il y a trop de morceaux que j’apprécie pour tous les citer (« one Caress » quand même), et l’émotion change et évolue d’écoute en écoute, ce qui est intéressant, notamment par la présence de petits sons subtils qu’on découvre peu à peu. Je suis à la fois mon sujet et mon analyste d’étude. Même si j’aimerai comprendre aussi ce qui se passe dans la tête, le corps et le coeur des autres fans. Quand je vais sur youtube, j’ai le très mauvais besoin de lire les commentaires des vidéos. C’est généralement la voix de la haine et des stupides, mais sous les vidéos de Depeche Mode, il n’est pas rare de lire des témoignages vraiment touchant où l’amour se ressent dans une sorte de possibilité humaine oubliée.

Dans le live « I want you now», je suis capable de pleurer d’émotion , même si la qualité de la vidéo est très mauvaise.

.

.

La voix chantée de Martin Gore devient un vecteur d’émotion incroyable. C’est dans le grain, les petites aspérités que surviennent les pics d’amour. Tout ce qui est considéré comme des défauts, ce qui entrave au lisse, prend de la grâce et du charme. Comme beaucoup de fan, je préfère Martin Gore avec ses dents d’enfant de la working class. Il les a refaite et vit à Santa Barbara, on ne peut que lui souhaiter le meilleur. Chaque expression de moue du visage, tremblement de sourcils, main dans les cheveux, grain de beauté sont autant de marques de dévotion. Oui, je n’ai pas encore parlé de ses cheveux. Je vais donc censurer ce passage pour ne pas glisser dans le fétichisme.

.

.

L’art du portrait

J’adore plus que tout dessiner des portraits. Ce que j’aimerai faire est capter la beauté. Ou capter l’émotion que je ressens devant le visage de certaines personnes et réussir à transmettre ces sensations sur du papier. C’est à la fois difficile et à la fois, je suis encouragée par la beauté et la grâce qui me transportent. Je ne sais pas si c’est vraiment possible qu’un artiste arrive vraiment à faire partager des émotions à la fois intenses et subtiles (dans la subtilité des détails qui provoquent des effets physiques intenses). J’essaie de le faire et en même temps, je crois que je suis poussée par quelque chose, par cet amour, cette dévotion. Je ne sais pas quels sont les mots qui expriment vraiment ce que je ressens. Je ne suis pas amoureuse, je ne suis pas « excitée sexuellement », il y a de l’identification, un besoin d’admiration, de modèle, de moteur, et dans le cas de Martin un besoin de douceur, de fragilité, de tendresse. Il incarne beaucoup cette vulnérabilité tant diabolisée à notre époque. C’est comme si il me rassurait en me disant que j’avais le droit d’être fragile. « Fragile, like a baby in your arms » sont les premières paroles de « A Question Of Lust », on est très loin du guerrier viril et pourtant on a envie d’être cette personne qui va protéger et donner tout son amour à cette créature sensible et pleine de créativité. On n’est plus dans le slogan actuel « prends mon argent », on n’est pas dans le « prends mon corps », mais on est dans le « prends mon amour ». Même si, comme je l’ai écrit plus haut, la sexualité est un des thèmes assumés. Dave Gahan aime également se dandiner sur scène, et cela doit séduire beaucoup de fans. Je crois que personnellement, je préfère le trouble que fait naître la sexualité, comme sur la chanson « A World Full Of Nothing », que le sexe en lui même.

.

.

Le sexe peut être très bien, mais je crois qu’en ce moment dans notre société il est trop présent, trop vulgaire, réduit au corps voire au porno et cela m’ennuie. Je préfère les choses plus contrariées peut être, sans tomber dans la frustration non plus. Je suis quelqu’un qui aime les fioritures et je peux être qualifiée de midinette par ceux qui ne ressentent pas ce qui me rend la vie plus passionnante.

En dessinant le visage de Martin Gore, j’ai essayé de capter ce que j’aimais chez lui, mais je crois que je n’ai pas réussi à mettre suffisamment les mots, il y a une grande part que je n’arrive pas à déchiffrer et je ne sais pas si j’arrive alors à le reproduire sur papier, à faire comprendre la sensation d’un coeur qui saigne d’amour. Je trouve ça toujours un peu kitsch ou ringard de faire des portraits de stars, des « fan arts ». Cela rappelle des dessins d’adolescents et leurs posters de stars dans leurs chambres. Mais j’aimerai rendre hommage à cet état d’esprit. Le style des années 80 a été largement ringardisé, puis remis à la mode en parti, puis re-ringardisé, donc ce portrait pourra être pris de façons différentes selon notre culture et nos goûts. Je suis contente du résultat.

.
Martin Gore Depeche Mode

.

Ecouter le son des années 80 en 2020 me fait beaucoup de bien, cela a peut être un côté réconfortant que certains appellent « l’effet doudou », même si l’esprit de l’époque était tourné vers la nouveauté, les synthétiseurs, les ordinateurs. J’ai une âme nostalgique, pour des musiciens qui, donc ne partagent pas mes goûts, vu qu’ils se tournent vers les expérimentations nouvelles, inspirés par d’autres groupes comme Kraftwerk. Mais c’est la même chose pour beaucoup de personnes qui aiment écouter des musiciens d’avant garde comme Beethoven ou Eric Satie.

.

Martin Gore a aussi sorti des albums instrumentaux, notamment « MG » en 2015, et récemment « The Third Chimpazee » en février 2021 également chez Mute.

 

Art textile inspiré par la Mésopotamie III

Art textile inspiré par la Mésopotamie III

Voici la troisième et dernière partie sur mon travail artistique inspiré de la Mésopotamie.
Retrouvez la première partie ICI et la deuxième ICI.
.
En 2017, je me suis inspirée de la Mésopotamie pour créer une série d’oeuvres d’Art Textile.
Ce projet est né au moment où j’animais des ateliers d’art textile à l’Académie d’Art Plastique d’Epinal, une association locale d’arts plastiques. J’ai eu envie de proposer de travailler autour d’un thème commun qui donnerait sur une exposition, après une première en 2016. Le thème que nous avions choisi était « rêves d’Orient ». J’étais très contente de faire cette exposition, avec l’aide précieuse des participants.
.
.
L’année d’après, j’ai pu faire revivre l’exposition de mon travail grâce à des ateliers d’art textile donnés à des élèves de lycée dans le cadre de cours d’Histoire. Après la présentation de ma démarche, les lycéens étaient invités à s’inspirer d’une oeuvre archéologique antique (par exemple présente sur le site du Louvre) et de créer une interprétation plastique textile, accompagnée d’une démarche écrite.
.
Ecriture et « Oeil pour Oeil ». Cette loi est une des lois que j’applique dans la vie, se référant dans mon histoire personnelle à une « renaissance » ou développement de « l’instinct de survie », mentionné par A. Lavey. Les trente premières années de ma vie, j’étais beaucoup plus dans le fait de pardonner à l’autre et de m’adapter pour son confort. Cela ne m’a conduit qu’à passer à côtés d’opportunités et m’a ralenti vers mes projets personnels artistiques et spirituels, tout en dégradant ma confiance et mon estime de soi. Hélas, les personnes toxiques existent et il faut pouvoir se défendre face à elle, malgré le désir d’être aimable, il faut savoir couper les liens avec toutes personnes qui nous rabaissent.
.
J’utilise encore ces inscriptions dans mes peintures, comme des sortes de mantra.
4_oeilpouroeil_cartels

.

_435

Mes recherches d’écriture sur argile.

.

_434

.

_726

.

Le tissage à la main « do it yourself », en se construisant un métier (la structure de tissage) pour tisser.

.

4_oeilpouroeil

.

IMG_1696

.

J’utilise des grosses aiguilles à tricoter pour soulever quelques fils de chaîne, afin de créer un motif, dont le modèle se trouve imprimé sur papier.

.

4_oeilpouroeil_2det

.

/////////////
Un des sujets que j’aime est ce qui concerne la parure. Aujourd’hui associée à la superficialité ou au capitalisme, une étude plus historique nous renseignera sur le rôle de la parure comme protection magique, marqueur social (la position dans la société ou le métier exercé), identitaire (la famille, le clan), marqueur de rituels (passage à l’âge adulte,…) (pendant longtemps les jeunes filles portaient des nattes alors que les femmes mariées portaient les cheveux longs relevés sur la tête, etc…), coquetterie naturelle, etc,…

.

5_dame-d'ur_cartels

.

_223

Le dessin crayonné sur papier.

.

_852

.

L’aquatinte est une technique de gravure. Ici j’ai masqué les zones (foncées) avec un vernis. J’ai ensuite plongé la plaque de zinc dans de l’acide qui a attaqué les surfaces non masquées. Cela crée une « texture en grain », qui lors de l’impression crée une sorte de « grain ». Ces étapes sont très longues à réalisées. Ensuite j’enlève le vernis avec un solvant.

.

_858

.

Les traits du contour du personnages ont été gravé en premier, en eaux forte (acide).
Cette plaque représente la matrice, qui une fois couverte d’encre, permet d’imprimer sur papier une estampe, ou sur tissu comme ici.

.

_479

.

Le résultat est assez peu visible mais le rendu aérien donne une sensation fantomatique intéressante.

.
Sur papier :

17_puabi345

.

17_puabi345det

 

.

5_dame

.

Légendes des illustrations utilisées.

legende2
.

 

 

Art textile inspiré par la Mésopotamie II – Ishtar

Art textile inspiré par la Mésopotamie II – Ishtar

Voici la deuxième partie concernant mes créations d’art textile inspirées de la Mésopotamie. Contrairement à ce que j’ai écrit, je présente ce travail en trois parties.
(Retrouvez la première partie ici).
.

.
_464

.
En 2017, je me suis inspirée de la Mésopotamie pour créer une série d’oeuvres d’Art Textile.
Ce projet est né au moment où j’animais des ateliers d’art textile à l’Académie d’Art Plastique d’Epinal, une association locale d’arts plastiques. J’ai eu envie de proposer de travailler autour d’un thème commun qui donnerait sur une exposition, après une première en 2016. Le thème que nous avions choisi était « rêves d’Orient ». J’étais très contente de faire cette exposition, avec l’aide précieuse des participants.
.
.
L’année d’après, j’ai pu faire revivre l’exposition de mon travail grâce à des ateliers d’art textile donnés à des élèves de lycée dans le cadre de cours d’Histoire. Après la présentation de ma démarche, les lycéens étaient invités à s’inspirer d’une oeuvre archéologique antique (par exemple présente sur le site du Louvre) et de créer une interprétation plastique textile, accompagnée d’une démarche écrite.
.
180220_lycee373
.

180220_lycee370
.

180220_lycee378

.

Une exposition des travaux des élèves avait été faite. Il y avait même du jus de fruit en guise de vernissage.
.
_401

.
Je pense qu’on est dans une époque où les adolescents ont besoin de prendre confiance dans l’expression de soi. Le but n’est pas de créer une oeuvre magnifique, mais d’arriver à sortir quelque chose de personnel, inspirée par des faits concrets, et le livrer à d’autres personnes.
.
_402
.

_405
.

Pour chercher l’approche de ma démarche artistique, j’aime réaliser une carte heuristique.

.

_224.
.

Ce travail de recherche me plonge dans une période où j’écoutais les cours de Dominique Charpin et lisait quelques livres sur le sujet, tentant d’apprendre l’écriture et de lire les épopées et mythes. Toutes ces recherches résonnent aujourd’hui encore en moi (même si ma mémoire fait que j’ai oublié beaucoup de choses hélas). Ainsi vous trouverez ici surtout les clés des symboles que je mets dans mes peintures plus récentes : Ishtar, Babylone, Hamurabi, Assurbanipal, etc…

.
3_ishtar_cartels
.
.
_472
.

_221.

.

IMG_5471

.

3_Ishtar

.

///////////
.

.

Légendes des illustrations utilisées.

legende2
.

_465

 

 

 

Art textile inspiré par la Mésopotamie I

Art textile inspiré par la Mésopotamie I

En 2017, je me suis inspirée de la Mésopotamie pour créer une série d’oeuvres d’Art Textile.
Ce projet est né au moment où j’animais des ateliers d’art textile à l’Académie d’Art Plastique d’Epinal, une association locale d’arts plastiques. J’ai eu envie de proposer de travailler autour d’un thème commun qui donnerait sur une exposition, après une première en 2016. Le thème que nous avions choisi était « rêves d’Orient ». J’étais très contente de faire cette exposition, avec l’aide précieuse des participants.
Pour mon projet personnel, j’ai choisi d’inviter le public à suivre mon cheminement, à lire sur des cartels explicatifs à côté de mes créations.

.


.
L’année d’après, j’ai pu faire revivre l’exposition de mon travail grâce à des ateliers d’art textile donnés à des élèves de lycée dans le cadre de cours d’Histoire. Après la présentation de ma démarche, les lycéens étaient invités à s’inspirer d’une oeuvre archéologique antique et de créer une interprétation plastique textile, accompagnée d’une démarche écrite.
.

.
.
Dans la première partie, je présenterai deux oeuvres, et dans une seconde note, je présenterai les trois dernières :

Ce thème et ces inspirations sont bien évidemment restés présents dans mon travail.
.

001-expo1
.
.
_495

.
.1-sardanapale_cartels1
.

 

 

01-Sardanapale
.

_498
.

1-sardanapale_cartels2b
.

01-Sardanapale-2det

.

IMG_9199

.

IMG_20170413_190749

.

IMG_20170825_192608

.
_464

.
.
.
2_babylone_cartels
.

 

 

2_babylone

.

.

1703_arttext_tracesur253

 

.

IMG_9197

.

2_babylone_cartels2

.

1703_arttext_tracesur259

.

1703_arttext_tracesur261

 

.

1703_arttext_tracesur262

 

.

1703_arttext_tracesur264

 

.

1703_arttext_tracesur272

 

.

1703_arttext_tracesur275

.

.

.

legende2

 

Holy Mane dans La Voûte en décembre

Holy Mane dans La Voûte en décembre

Comme chacun, nous sommes soumis aux autorisations et interdictions gouvernementales, sans nous laisser le temps de nous adapter comme on le souhaiterait et avec à tout moment la possibilité de changements.
.
2011_LaVoute898
.

Cela me rappelle fortement les témoignages de souffrance au travail (dont une philosophe du travail rappelle qu’il faudrait plutôt appeler cela « maltraitance au travail » ou « harcèlement au travail « car ce n’est pas la faute du travailleur mais du « manager ») orchestrée par le capitalisme actuel. Ce type de management de plus en plus appliqué au secteur public comme la culture, l’éducation, la santé, se généralise maintenant à toute la population avec les ravages ( les employés d’Orange France Télécom) que nous connaissons pourtant…

.

2011_LaVoute877

Comme je le dis souvent, je pense que notre société doit plutôt non pas s’adapter et faire résilience pour continuer à aller droit dans le mur, pour la Croissance des plus riches, mais plutôt ralentir et prendre soin de soi et des autres. Nous visons une époque de pandémie et personne ne parle réellement de prendre soin des corps et du vivant (la nature, les animaux, les végétaux,…) si ce n’est nous imposer un scientisme déraciné (la science profane comme religion comme l’explique René Guénon en 1927 dans la crise du monde moderne) à travers une course absurde (dans le sens de la précipitation plus que la qualité) pour un vaccin.

.

2011_LaVoute882
.
Les humains sont réduits à des chiffres, des statistiques, des courbes de croissance et non plus à des individus avec des corps sensibles. Comment pouvons nous construire un futur sain avec ce genre de mentalité ? Il y a quelques années quand Staline parlait des morts comme des statistiques tout le monde trouvait ça horrible et maintenant c’est devenu la nouvelle norme.
.

2011_LaVoute903
.
2011_LaVoute878
.
Fin octobre, j’avais donc prévu mon exposition et « marché » (vente d’impressions et de mes bijoux d’art textile) à la Voûte, située dans un petit village des Vosges. Cela a été entravé par la règle de l’ouverture des lieux seulement « essentiels ». Mon exposition chez le fleuriste a également été fermé.
Maintenant que les vacances de Noël arrivent, de nouvelles « adaptations » pour les commerces sont mises en place (laissant les restaurateurs et les bars à leur confinement). C’est ainsi que la Voûte peut réouvrir. En effet cette association, comme une maison d’artisans et d’artistes permet de s’acheter des créations artisanales faits mains. C’est aussi un lieu où se retrouver, où se poser, prendre son temps et regarder. Le lien humain est plus important que « l’obligation d’achat ». La Voûte est un beau lieu gardant une structure architecturale d’ancienne ferme, modernisée permettant à chacun de garder les « distanciations physiques » de rigueur. Elle est idéalement placée au centre du village près du clocher de l’église et profitant même d’un restaurant à côté qui permet de livrer des pizzas à défaut d’ouvrir ses portes, et d’un petit terrain adapté aux voitures (qu’on appelle « parking » dans le monde civilisé).

.

2011_LaVoute893
.
Me voila donc installée à la Voûte, à une place d’honneur depuis dimanche 29 octobre et pour tous le mois de décembre (selon les changements de plan du manager de l’Etat). La voûte est ouverte du mercredi au dimanche de 13h30 à 18h30.

Ce qui m’intéresse est sa position dans le monde rural et les échanges possibles avec d’autres créateurs, et c’est encore plus stimulant si certains partagent certaines de mes idées, notamment le besoin de nature et de « spirituel » (que j’appelle « animisme », mais sans vraiment le nommer car il ne s’agit ni de dogme ni d’orthodoxie et encore moins de morale). Dans mes réflexions, en perpétuelles constructions, analyses, nourritures, je réfléchis à la manière de construire une société plus idéale, sans oublier que mon idéal n’est pas l’idéal de mon voisin, mais c’est important d’observer tous les possibles. Dans mon idéal, il faudrait des plus petits groupes d’humains autonomes dont le pouvoir n’est pas centralisé par une capitale comme Paris ou pire, Bruxelles qu’on appelle aussi New York.
.
2011_LaVoute881

.
J’ai une amie qui habite une île au Japon est cela dessine bien les contours de mon idéal : quelque chose de traditionnel, sans être ni xénophobe ni sexiste pour autant, qui conserve un culte des anciens, un culte des lieux, des pierres, des rivières, des esprits (un mélange de croyance local et de shintoïsme), vénéré lors de fêtes traditionnelles, où musiques, costumes, contes, danses conservent un lien social intergénérationnel et remémorant le passé et les mythes fondateurs. L’entraide y est très présent, les gens ont tous un potager et partagent leurs légumes avec les voisins, ils viennent chez vous sans non plus s’imposer, ce qui me rappelle ma grand mère picarde qui avait toujours du café pour les visiteurs. Il y avait vraiment une solidarité et même si les réseaux sociaux numériques n’existaient pas, les gens ne souffraient pas comme aujourd’hui de solitude. La nature a une place importante mais pour autant ils vivent dans le présent, avec la technologie associée. Quand les gens font des choses pour toi, c’est moins difficile de faire des choses pour eux (sans être exploités par eux). C’est ce que les petites communautés, au contraire des grandes villes peut enseigner.
.

 

2011_LaVoute880

2011_LaVoute900
Je pense que la ruralité peut prendre cette voie. Les parisiens aiment représenter les vosgiens comme des arriérés, des chasseurs et des consanguins. Mais ce n’est pourtant pas ce que j’ai rencontré (même s’il y en a sûrement, comme partout en fait). J’étais même plutôt ravie de rencontrer des personnes sensibles et cultivés. Ici, les gens ont plus un goût de la nature, et on peut parler astrologie, magnétisme et fantômes sans passer pour des gens bizarres ou naïfs (ce qui est le cas dans les « villes civilisées »). Le capitalisme et l’idéologie ont récupéré l’astrologie et le tarot pour faire des guidances et du coaching teinté de morale « woke », ce qui dénature terriblement cette science sacrée en partie oubliée (voir encore le chapitre sciences sacrées sciences profanes de René Guénon dans la crise du monde moderne de 1927). Je n’angélise pas le monde rural qui a de nombreux défauts, j’essaie d’observer et de construire dans ma tête un idéal. Ce que j’ai manqué pendant mon adolescence en Seine et Marne était de culture. Aujourd’hui, je souffre de ne pouvoir aisément aller à une exposition sur les Hittites au Louvre ou sur William Blake à Londres. Bien sûr, nous sommes plus mobiles qu’auparavant (quoiqu’avant il existait plus de lignes de train, notamment une ligne sous Napoléon III qui reliait Paris à Plombières les Bains). L’idéal serait d’avoir des lieux artistiques en zone rurale. Pourquoi pas. Alors bien sûr il en existe, comme ici à la Voûte, il y a aussi des squatts (mais la politique tue l’art, même si je suis profondément politique) mais si je poursuis mon idéal, on pourrait voir une exposition comme celle sur Mucha ou sur les préraphaélites par exemple. A Epinal, on a bien le Musée de l’Image et le Musée d’art ancien et contemporain qui accueillent de grands artistes reconnus. A Plombières ils voulaient réouvrir un musée avant le confinement.
.

2011_LaVoute879
.
Selon moi, le problème ou le défi comme disent les bien pensants capitalistes, c’est le public. C’est vraiment un problème, et en fait, cela ne touche pas que les campagnes, car j’ai habité longtemps en région parisienne et j’ai pu voir que les gens n’étaient plus sensibles comme avant. Selon ma théorie, les gens ont trop bouffé de culture de masse et n’ont plus de goût pour les belles choses, ils ne se déplacent qu’en troupeau, mais ne prennent plus le temps de flirter individuellement et intimement avec l’art, ils sont dans la représentation de goûts et non plus dans l’émotion et la sensation, à cause de la société du spectacle actuelle qui t’indique quoi consommer, quoi penser, contre quoi t’indigner selon les hashtags à la mode.
.
tumblr_on11f8IH6P1ufi02po1_1280
.
En ce moment, j’écoute Martin Gore et les titres de Depeche Mode des années d’avant la chute du mur de Berlin, une période très riche musicalement (Martin Gore y habitait un peu). Honnêtement j’ai des coups de mou et cette musique m’a vraiment aidé à me concentrer sur la joie de danser plutôt que sur le prix du panier de course, les factures à payer et l’administratif à gérer. Dans mon idéal, j’aimerai des clubs de musique avec des punk romantiques venant danser sur de la synth pop comme à Londres au début des années 80. Mais aujourd’hui, même à Paris, on ne peut pas dire qu’il y ait foule. J’ai déjà écrit mes notes désespérées sur ce que la gestion sanitaire a tué dans la culture artistique, notamment les artistes les plus précarisés, et je sais que malgré les bonnes intentions des gens, ça ne sera plus comme avant, on ne pourra plus danser. Car je ne veux pas d’un vaccin ARN qui modifie mon ADN, car mon corps a besoin de ce corps non génétiquement modifié pour m’approcher de William Blake et de sa capacité créative à avoir des visions. Le bruit des voitures, l’électricité et la technologie altèrent déjà mon corps (insomnie,…), alors comment pourrais je avoir foi en pire ?
.
2011_LaVoute901
.
En tout cas il est important de « rêver », d’imaginer, pour ensuite construire des idées et proposer des alternatives, car il y a vraiment trop de choses qui ne vont pas. C’est pourquoi rencontrer des gens « en vrai », est important. Je continue de réfléchir à tout ça, il y a tant de propositions, j’ai vraiment besoin d’une énergie créative pour m’ouvrir de nouvelles portes. Il faut trouver des manières à l’art de s’exprimer et permettre de retrouver du lien social et faire naître des oeuvres de génies telles que les chansons de Martin Gore. A la Voûte on réfléchit à d’autres projets et événements possibles, c’est très stimulant !
.
2011_LaVoute897

.

J’expose :

Ou ? :

La Voute, 36 Le Village, 88240 Les Voivres, France

Quand ? :

Du 29 novembre au 29 décembre :  Mercredi à Dimanche, de 13h30 à 18h30
(Je ne serai pas présente toujours)

Combien ? :

Entrée libre et entrez libres

 

Motifs répétés en vente sur Society6 et Redbubble

Motifs répétés en vente sur Society6 et Redbubble

Vous pouvez déjà acheter mes créations en ligne dans la partie « boutique » de mon site. En espérant que les marchés et salon d’artistes physiques puissent reprendre un jour.

Vous pouvez aussi acheter l’exploitation de certains de mes motifs répétés, imprimés sur des objets (que je ne fabrique pas moi même). Cet article vous explique tout :

.

2010_foulard_motif_casqueherald4

.

.

Une des choses que j’adore faire sont les motifs répétés. Vous pouvez en voir de nombreux sur mon site depuis plusieurs années . On me pose souvent la question de leur utilité. Une des applications possibles est l’impression sur divers types d’objets. Ca tombe bien il existe de nombreux sites s’occupant de ces impressions. On peut trouver mes créations sur trois plateformes :

.

.

- Spoonflower

./edit : en ce moment ce site me demande un document de taxe depuis leurs nouvelles mises à jours et je ne sais pas comment leur envoyer (puisqu’il ne faut pas l’envoyer par mail), du coup toute vente est en suspens//

spoonf_bibliothe

.

.

Pour les tissus, les papiers cadeaux et papiers peints (en rouleau).

Je propose des illustrations sur Spoonflower depuis 2014. La contrainte de mon côté est que je dois acheter mes propres créations pour pouvoir les mettre en vente au public. Ils ont un large choix de tissu et gèrent très bien le « all over » et la répétition des motifs, permettant de créer des rouleaux de papier cadeaux.

.

spoonf_tissu

.

.

Le site est traduit en français et bien qu’américain ils se sont développés pour avoir une antenne en Europe pour garantir des livraisons plus économiques et rapides. Les créateurs gagnent 10% du prix d’achat du produit. Si vous voulez me soutenir, le mieux est de m’acheter des peintures originales lors de mes expositions, de m’acheter les droits d’exploitation d’une illustration ou de m’inviter à faire un atelier artistique rémunéré.

.

.

- Society 6

.

societ_trousse_papiercadeau

.

.

societ_mask_carnet

.

.

Pour les papiers cadeaux (par feuilles), coussins, carnets, trousses, masques, …

J’ai commencé à proposer des illustrations sur ce site en 2011. A ce moment là, j’avais déjà testé d’autres plateformes (Spreadshirt, A little Market, Etsy,…). Il faut faire énormément de promotions, passant par des jeux, des concours, des partages, des « vote for me », des promotions suivant les fêtes, et les marges sont assez faibles (l’artiste reçoit en moyenne 10% du prix de l’article acheté, soit beaucoup moins que les frais de port). Du coup je n’ai pas été active sur ce site.

.

societ_trousse_eroslilas

.

Mais depuis que je fais beaucoup de « pattern design » (motifs textiles ou motifs répétés), j’avais vraiment envie de les voir sur des objets. J’ai aussi eu des demandes dans ce sens.

.

societ_tasse_coussin

.

.

societ_papiercadeau_alloverrose

.

.

Le site s’est vraiment très bien développé ces dernières années, il y a beaucoup de personnes et il est très dynamique. Les objets proposés sont très variés, il y a même des meubles, et la mise en page est claire, en revanche j’ai eu des retours qu’il y avait quelques bugs (les pages d’articles qui ne s’affichaient pas) et moi aussi j’ai eu des difficultés à charger un motif. Le site semble seulement en anglais (à vérifier). Je trouve que les articles sont un peu chers, mais ils ont l’air et la réputation d’être de bonnes qualités. J’étais surtout intéressée par le papier cadeau en feuille, peut être moins chers que sur Spoonflower. Il faut comparer, ces sites font souvent des promotions.

.

societ_tasse_plateau

.

.

societ_groscoussin2

.

.

societ_coussin_eroslilas

.

.

 

- Redbubble

.

redbub_foulard_pochette

.

.

Pour les foulards, coussins, carnets, trousses, masques, …

Je me suis inscrite récemment sur ce site, en 2020 parce qu’il était en français (anglais et allemand) et les prix sont plus intéressants que sur Society6. Le créateur peut moduler sa marge, ce qui est donc plus intéressant pour lui.

.

redbub_bibliot_pattern

.

.

C’est surtout les foulards que je trouve parfaits pour les récents motifs circulaires que j’ai dessiné. Il y a aussi des masques, ils sont différents de ceux proposés par Society6. En revanche je trouve l’interface moins intuitive que celle de Society6. Je n’arrive pas à faire apparaitre tous mes articles sur ma page « boutique » par exemple, le client doit aller dans « explorer les oeuvres », puis cliquer pour chaque nouveau motif.

.

redbub_motifbleu

.

.

Dans ces deux derniers sites, sont affichés mes motifs dans leurs ensembles et non dans leurs détails, or l’intérêt de ces motifs est qu’ils fonctionnent de loin mais aussi de près, les détails sont intéressants.

.

redbub_carnetmarron

.

.

///

Ces sites gèrent tout (présentation et interface du site, messagerie, impression des produits, vente, envoi,…), ainsi le créateur peut consacrer son temps à son métier : créer (et non vendre). En revanche ce dernier doit quand même faire sa promotion (hélas). Si la poste perd un courrier, si le site ne prend pas en compte la carte bleue, c’est avec eux qu’il faut gérer, le créateur n’est pas responsable. Mais ce sont des sites qui font ça très bien, ils ont une grande clientèle et expérience de la vente en ligne.

Chacun des ces trois sites possèdent leurs caractéristiques propres, et j’ai voulu tester différentes plateformes car rien ne vaut l’expérience pour voir ce qui nous correspond le mieux.

 

//////////

 

Question : Pourquoi ne pas fabriquer moi-même des produits comme des trousses ou des masques, pour recevoir 100% du prix ?

 

Concernant les prix, si je faisais moi même ces produits, il faudrait que j’achète les matières premières (par exemple le tissu sur Spoonflower donc compter une vingtaine d’euros avec les frais d’envoi), le fil, les élastiques, les fermetures à glissières, ensuite que je réfléchisse au plan de montage du produit et qu’enfin je passe à la réalisation de celui-ci me prenant sûrement un ou deux jours. Et cela c’est à supposer que je dispose du matériel, d’un local, de l’électricité, d’outils informatiques, d’emballage, etc,… Ensuite il me faudra encore mettre en place un site internet (ce que j’ai déjà mais cela ne se fait pas tout seul ou gratuitement), un système de paiement , puis que j’envoie la marchandise emballée en m’assurant de sa réception. Le prix serait beaucoup plus élevé que sur le site parce qu’en tant qu’indépendante qui paye des charges, je ne détiens pas des moyens de productions (machines industrielles, travailleurs et ouvriers à la chaine, bureau ou bâtiment,…). Pour rentrer dans mes frais je devrais vendre un masque à 200 €.
Pour Society6, je trouve néanmoins que les tarifs (en rapport avec leurs moyens de productions) sont un peu élevés. Bien que l’artiste (moi même) soit à l’origine de l’illustration, l’entreprise (Society6), garde 90% du prix des produits.
Je propose mes illustrations sur ce site, pour les personnes qui aimeraient avoir ces illustrations.
.
.
Plutôt que vendeuse ou artisane (produisant des produits en séries), je suis avant tout illustratrice, c’est à dire que vous pouvez me commander des illustrations et je vends les « droits d’exploitation » pour être utilisés sur ce que vous voulez (disque, livre, magazine, T shirt, logo,…). C’est un peu compliqué les statuts en France, mais c’était à la base pour répondre à des besoins spécifiques, hélas le statut d’artiste est de plus en plus rogné (malgré ceux qui disent avoir confiance au gouvernement…).
////
Depuis le début de l’automne j’ai entamé deux séries de motifs répétés. Une série en « all over » (répété à l’infini) et une série en répétition circulaire (qu’on appelle parfois aussi en forme de mandala ou de rosace).
Dans la première série, j’ai mis en vente 2 motifs sur Society6.
.
societ_pattern
.
J’ai réalisé plusieurs « all over » avec des personnages féminins, des éléments végétaux et j’ai aussi appris à pratiquer « le dessin automatique », c’est à dire à me laisser aller en dessinant (ce que je ne sais pas vraiment faire). Ce motif s’appelle « motif 05″
.
 201001_mandala_05_zoom
.
societ_groscoussin
.
201001_mandala_05_3
.
201001_mandala_05_
.
.
Ensuite j’ai trouvé que ce serait amusant de créer un motif avec des corps en positions sexuelles. J’ai fait un premier motif et puis celui ci avec des formes plus linéaires rappelant éventuellement l’art nouveau ou le psychédélisme des années 60. (Il s’appelle « motif 09″)
.
.
201001_mandala_09_sex3
.
societ_papiercadeau
.
.
201001_mandala_09_sex2
.
societ_groscoussin2det
.
.
201001_mandala_09_sex4
.
.
Dans la deuxième série, il s’agit de motifs plus inspirés de thème du moyen-âge et de la Renaissance. Cela fait un moment que je voulais travailler ce style que j’adore. J’ai bien évidemment associé des thèmes plus personnels, c’est pourquoi on retrouve souvent des lapins. J’ai créé deux motifs dont le sens (bas haut) va vers l’extérieur du cercle. Puis d’autres dans le sens opposé.
.
Le motif « rose pastel » et casque :
.
2010_foulard_motif_casqueherald2
.
societ_trousse_medrosepastel
.
2010_foulard_motif_casqueherald5

.

.

Ce motif bleu vert est le dernier que j’ai dessiné. Il s’inspire de mes précédents motifs. Ici, il y a plutôt une seule ligne rappelant un défilé militaire.

.

Motif vert d’eau défilé militaire :

2011_patterndesign_med_cheval_IG2

 

.

2011_patterndesign_med_cheval_IG

 

Voici maintenant les motifs mis sur Redbubble.

J’ai mis d’autres motifs circulaires. Il en existe d’autres, que je partagerai dans une autre note, et de nombreux qui sont encore dans ma tête.

.

Motif bleu et renard :

.

2011_patterndesign_medieva_thoracIG

 

.

.

redbub_groscoussinbleu

.

.

2011_patterndesign_medieva_thoracIG2

.

.

Motif « chocolat » danse macabre :

.

2011_patterndesign_medieva3_danseIG2

 

.

.

2011_patterndesign_medieva3_danseIG

 

.

redbub_troussemarron

.

.

Motif « menthe » et squelette :

.

2011_patterndesign_medievalIG

2011_patterndesign_medievalIG2

Joyeuses Fêtes de Samhain, Halloween, de la Toussaint et des morts

Joyeuses Fêtes de Samhain, Halloween, de la Toussaint et des morts

J’ai creusé deux potimarrons et un navet pour Samhain/Halloween, pour faire des lanternes et garder l’esprit des fêtes traditionnelles.
.
2010_Halloween448
.
Avant je n’aimais pas Halloween, déjà parce qu’en tant qu’amatrice de la culture « gothique » chaque jour on nous dit « c’est pas Halloween aujourd’hui », parce que je m’étais arrêtée à une fête commerciale (qui l’est devenue mais qui permet de garder un petit quelque chose de la tradition), et parce que je suis une fille du printemps et de Walpurgis.

.

2010_Halloween446

.

Mais maintenant que nos fêtes sont menacées, je trouve qu’il est important de garder une filiation avec notre héritage, c’est pourquoi j’ai creusé un navet, qui parfois est aussi une betterave (tradition de Moselle de la Rommelbootzennaat « La nuit des betteraves grimaçantes »), tradition qui se trouve en France avant l’importation américaine d’Halloween (qui vient des immigrés irlandais, important aux Etats Unis leurs traditions celtes de Samhain). J’ai cuisiné et mangé en soupe les « restes » des légumes pour encore plus imprégner mon intention vers ces fêtes. J’ai fait cette petite vidéo pour vous montrer le résultat et vous encourager à laisser entrer chez vous un peu de merveilleux, d’imaginaire, de tradition et de magie.

 

 

.
En cette période sombre, je souhaite que les esprits des morts errants, retrouvent le chemin leur permettant de gagner l’au delà. Les romains les appelaient les « Larve », nom donné par les allemands à ses esprits, qui signifie également « masques », comme ceux que l’on porte lors des rites dont les traces perdurent dans nos fêtes traditionnelles pour s’approprier ou s’allier avec certains morts, esprits ou divinités-démons. Je pense notamment aux récentes victimes de l’islamisme, au professeur d’histoire Samuel Paty, aux fidèles égorgés dans l’église de Nice, à toutes les victimes qu’on refuse de nommer, et aussi aux victimes du virus et de toutes ces maladies du monde moderne. Que les victimes innocentes et les belles âmes puissent trouver la paix. Que les humains mauvais, prétentieux, menteurs, matérialistes et égoïstes, vivants ou morts, soient tourmentés par les entités du monde invisible.
.
2010_Halloween492
.
.
///
Frederique Jacobs propose aux Belges de reporter les fêtes de fin d’années pour l’été. C’est une idée, pourquoi ne pas reporter la naissance de Jésus au 15 mars, le solstice d’hiver au 1 novembre et le début de l’année au 3 mai ? Pourquoi ne pas décaler Halloween et la fête des Morts le 12 juin ? On commence déjà à décaler le 21 juin (le solstice d’été pas la Fête de la Musique) les week end ou les mois suivants. Après tout, « il n’y a plus de saison », le climat se dérègle, « chouette » comme dirait Julie Graziani on va pouvoir récupérer des hydrocarbures sous la banquise qui fond, donc pourquoi respecter le calendrier qui garde le rythme de nos fêtes et de nos traditions qu’elles soient chrétiennes, celtes, d’inspiration greco-romaine, mithraïste, agricole ou animiste ?
.
2010_Halloween479
.
Depuis des millénaires l’homme a ritualisé les changements de saisons, les rythmes de la nature, les rites de passages de l’humain par des fêtes, des célébrations en invitant ou sous le patronage d’esprits, dieux, saints ou esprits d’animaux. Les diverses croyances ou religions ont syncrétisé une tradition primordiale permettant à l’homme de se connecter aux forces supérieures lui permettant une intelligence et une intuition « magique ».
.
.
La Saint Nicolas le 6 décembre représente la lumière prenant le dessus sur l’obscurité du Père Fouettard, elle amorce la fête de l’arrivée de l’hiver, c’est à dire le retour du soleil, le moment de l’année où la nuit est la plus longue mais où les jours commencent à devenir ensuite plus longs. Dans les lieux montagneux, on défile costumés en prenant l’apparence des esprits obscures pour les chasser (chasser l’obscurité) et réveiller la nature au son du tintement de cloches. A l’arrivée du printemps, on commence à faire des fêtes de semence au nom de la Fertilité, en été, on espère de bonnes récoltes, que l’on demande lors dès feux de la Saint Jean. Il serait tout à fait idiot de faire des récoltes de moisson le 2 décembre.
.
2010_Halloween478
.
Pendant des millénaires, les fêtes et les célébrations ont permis aux paysans de retrouver un peu de merveilleux dans leur quotidien parfois rude et laborieux. Des contes, des danses, des musiques, des costumes de fêtes et des masques, des plats, des gâteaux ont permis de garder contact avec la Source, le sacré, le divin, le spirituel peu importe comment on l’appelle. Ces croyances ont permis aux humains de ne pas sombrer dans le matérialisme qui n’apporte que tricherie, violence, compétition, perte de respect pour les humains et la nature.
.
2010_Halloween461
.
Autrefois on disait que faire le mal était puni par les esprits. Cela semble naïf aux scientistes mais au moins cela permettait de réguler les crimes et offrait un ordre et une harmonie sociale qu’on n’a plus vu depuis longtemps. Il est urgent, et c’est une de mes missions sur Terre, de réinjecter du merveilleux et du fantastique dans le réel, non comme forme de divertissement (ce qui est la réappropriation marchande capitaliste), mais pour remettre du sacré dans le coeur des humains, pour les reconnecter à la Source, leur réapprendre à voir comme lorsqu’ils étaient des enfants qui se racontaient des histoires, permettre aux petits peuples des forêt de repeupler les arbres et les sources, pour que l’humain respecte de nouveau la Nature, le vivant et le spirituel.
.
.

.

Confinement, Noël et Capitalisme.
.
Durant le premier confinement d’avril, les grosses entreprises et notamment Jeff Bezos le patron d’Amazon ont vu leurs richesses considérablement augmenter, tandis que les travailleurs ont vu leur difficultés financières s’aggraver. Le modèle de société capitaliste nous impose ces écarts indécents de richesse et continue de nous imposer une vie derrière les écrans (télétravail, vie sociale, distraction, achat,…), qui engraisse ceux qui ont déjà trop d’argent (en exploitant leurs travailleurs et la nature).
Nous entrons dans une époque de préparatifs de fêtes. Pour beaucoup cela signifie achat de cadeaux.
.
2010_champignons412
.
Faites quelque chose pour la société et essayer au minimum de ne pas donner d’argent à ceux qui sont responsables de la catastrophe dans laquelle nous vivons, c’est à dire les commerces en ligne. Essayons de donner notre argent aux librairies indépendantes, offrez des petits livres, même des livres d’images ou de photos; achetez des biscuits ou des condiments locaux, de l’alcool fin; offrez vous si vous aimez des objets faits mains par des artisans locaux, visitez les marchés de Noël (s’ils ne sont pas annulés), baladez vous dans les campagnes , trouvez des petites brocantes, fabriquez, cuisinez, créer,… Et essayez de ne pas faire la tête si on ne vous a pas offert le dernier smartphone ou le dernier skin Fortnite.
.
2010_champignons421
.
///////////
.
Selon moi, dans ces fêtes traditionnelles, qui trouvent leurs sources dans des rites néolithiques permettant aux humains de s’allier avec les forces bénéfiques ou maléfiques à travers des rites, comme sorte de « pactes avec la nature », on retrouve un peu de ce que Guénon appelle la Tradition Primordiale.
.
2010_Halloween444
.
J’ai lu la crise du monde moderne de René Guénon vers 2005. A part quelques aspects intéressants, j’ai retenu des choses plutôt négatives dans le style  et prétentieux  » (« D’ailleurs, bien que cela nous oblige à parler de nous, ce qui est peu dans nos habitudes, nous devons déclarer formellement ceci : il n’y a, à notre connaissance, personne qui ait exposé en Occident des idées orientales authentiques, sauf nous-même »). Mais passons. Un livre, une lecture ou une pensée n’est pas comprise de la même façon par tout le monde, ni par la même personne selon l’état de son corps (fatigue,…), son esprit, sa sensibilité, sa culture, son expérience. Il peut relire ce livre un mois ou 15 ans plus tard et pourra y voir des choses différentes.
Il y a 15 ans je n’avais pas « autant » lu et étudié la Mésopotamie, le capitalisme, le socialisme et l’écologie et surtout je ne savais pas qu’on pouvait parler aux esprits.
.
2010_champignons430
.
.
Pour ma part, je crois aux synchronicités, qui sont les signes des entités supérieures. Je parle rarement de mes croyances sur facebook car les gens y sont généralement au degré ultime du matérialisme et de la superficialité imposés par la technique du site, décourageant les rapports plus profonds.
Bref, le début du Kali Yuga et de l’âge de Fer il y a plus de 6000 ans ou 5000 ans (à plusieurs milliers d’années près selon les endroits certes) peut aussi correspondre à l’utilisation de l’écriture (-3400), mais plus logiquement devrait remonter avant, au début du néolithique et de l’agriculture (-10 000), époque « primitiviste » à laquelle certains écologistes « radicaux » se réfèrent (on est très loin de la lampe à huile des amish). Certains disent que l’écriture sumérienne, qui au départ servait à compter le nombre de bœufs pour des transactions marchandes incarne une sorte de technique très matérialiste, qui s’éloignait donc du spirituel, ou de la Tradition. Si des civilisations comme les Celtes par exemple n’utilisaient pas l’écriture, ce n’était pas parce qu’ils étaient bêtes mais au contraire parce qu’ils étaient moins « matérialistes » et que leur « croyances spirituelles » leur permettaient de se passer de l’écriture, qui selon Platon, faisait perdre la capacité mnémotechnique de ses utilisateurs. Et c’est là que Guénon rappelle tout ce qu’on a potentiellement perdu à cause du progrès technique .
.
2010_Halloween474
.
.
Récemment en forêt j’ai reçu (grâce aux capacités médiumniques de mon maître en magie) des réponses d’une entité m’expliquant les « ravages du fer », que représente la société industrielle du XVIIIème siècle comme monstre dominant, mais dont les germes ont commencé au début de l’âge de fer. Tolkien le représente dans le Seigneur des Anneaux, a t’il lu Guénon dont « la crise du monde moderne » sorti en 1927 ? Il n’y a pas que Guénon qui critique les ravages du monde moderne, même si aujourd’hui le système dominant capitaliste veut nous faire croire que cette critique est une opinion minoritaire divergente et subversive, alors qu’elle n’est que le socle commun de tous les peuples « premiers » traditionnels multimillénaires que les colons occidentaux ont décimé, mais plus grave encore continuent de décimer via leurs entreprises industrielles (Total etc…) pour fabriquer des smartphones, forger du pétrole, cultiver de la viande de synthèse (en Australie, Brésil, Afrique,…) dans l’indifférence générale, malgré les slogans antiracistes et anticoloniaux des bourgeois qui préfèrent défendre le capitalisme plutôt que l’exploitation et la destruction des peuples autochtones tués sous leurs yeux.
.
2010_champi_foret418
.
.
Tout cela est lié, il y avait des choses, des connaissances « intuitives » nées de l’animisme (mes croyances) et de l’enracinement dans la terre, la consultation des étoiles, le rythme des saisons, le refus des germes du monstre que constitue le progrès technique qui asservi les peuples pour la richesse d’une minorité de sociopathes qui veulent bombarder Mars et forer la Lune sans que ça ne choque personne. Cette période préhistorique, que le système capitaliste détruit et occulte volontairement (toutes les études sur les Celtes et ce qui les précèdent sont bâclées, détournées par les idéologies intersectionnelles ou censurées. On trouve plus de documentations sur notre histoire locale chez les études anglaises ou russes,…) recèle un moment important qu’il faut retrouver.
.
2010_champi_foret417
.
.
J’aurai aimé retrouver les personnes qui sont sur la même voie que nous, les personnes exclues de cette société, car trop sensibles, pas assez rentables, pas assez conforme aux idéologies capitalistes, qui cherchent à retrouver la vraie voie sombre du chamanisme, personnage qui discute avec les morts, les anciens, les esprits. Ceux qui ne « croient » pas aux esprits, mais qui communiquent et interagissent avec eux pour retrouver ce que l’humain a perdu : sa capacité sensible, son intelligence primordiale.
.
2010_champi_foret409
.
.
////////////
« En admettant que le développement matériel ait quelques avantages, d’ailleurs à un point de vue très relatif, on peut se demander si ces avantages ne sont pas dépassés de beaucoup par les inconvénients.
.
.
>>Nous ne parlons même pas de tout ce qui a été sacrifié à ce développement exclusif, et qui valait incomparablement plus ; nous ne parlons pas des connaissances supérieures oubliées, de l’intellectualité détruite, de la spiritualité disparue ; nous prenons simplement la civilisation moderne en elle-même, et nous disons que, si l’on mettait en parallèle les avantages et les inconvénients de ce qu’elle a produit, le résultat risquerait fort d’être négatif. <<
.
.
Les inventions qui vont en se multipliant actuellement avec une rapidité toujours croissante sont d’autant plus dangereuses qu’elles mettent en jeu des forces dont la véritable nature est entièrement inconnue de ceux mêmes qui les utilisent; et cette ignorance est la meilleure preuve de la nullité de la science moderne sous le rapport de la valeur explicative, donc en tant que connaissance, même bornée au seul domaine physique ; en même temps, le fait que les applications pratiques ne sont nullement empêchées par là montre que cette science est bien orientée uniquement dans un sens intéressé, que c’est l’industrie qui est le seul but réel de toutes ses recherches. Comme le danger des inventions, même de celles qui ne sont pas expressément destinées à jouer un rôle funeste à l’humanité, et qui n’en causent pas moins tant de catastrophes, sans parler des troubles insoupçonnés qu ‘elles provoquent dans l’ambiance terrestre, comme ce danger, disons-nous, ne fera sans doute qu’augmenter encore dans des proportions difficiles à déterminer, il est permis de penser, sans trop d’invraisemblance, ainsi que nous l’indiquions déjà précédemment, que c’est peut-être par là que le monde moderne en arrivera à se détruire lui-même, s’il est incapable de s’arrêter dans cette voie pendant qu’il en est encore temps. »
.
2010_Halloween473
.

///////
« Quand on voit une science exclusivement matérielle se présenter comme la seule science possible, quand les hommes sont habitués à admettre comme une vérité indiscutable qu’il ne peut y avoir de connaissance valable en dehors de celle-là, quand toute l’éducation qui leur est donnée tend à leur inculquer la superstition de cette science, ce qui est proprement le « scientisme », comment ces hommes pourraient-ils ne pas être pratiquement matérialistes, c’est-à-dire ne pas avoir toutes leurs préoccupations tournées du côté de la matière ? « 

.
2010_champignons413
.
.
//
.
« Les modernes, en général, ne conçoivent pas d’autre science que celle des choses qui se mesurent, se comptent et se pèsent, c’est à dire encore, en somme, des choses matérielles, car c’est à celles-ci seulement que peut s’appliquer le point de vue quantitatif ; et la prétention de réduire la qualité à la quantité est très caractéristique de la science moderne. On en est arrivé, dans ce sens, à croire qu’il n’y a pas de science proprement dite là où il n’est pas possible d’introduire la mesure, et qu’il n’y a de lois scientifiques que celles qui expriment des relations quantitatives « 
.
2010_champi_foret424
.
//
.
« L’Occident moderne ne peut tolérer que des hommes préfèrent travailler moins et se contenter de peu pour vivre; comme la quantité seule compte, et comme ce qui ne tombe pas sous les sens est d’ailleurs tenu pour inexistant, il est admis que celui qui ne s’agite pas et qui ne produit pas matériellement ne peut être qu’un « paresseux » ; sans même parler à cet égard des appréciations portées couramment sur les peuples orientaux, il n’y a qu’à voir comment sont jugés les ordres contemplatifs, et cela jusque dans des milieux soi-disant religieux. Dans un tel monde, il n’y a plus aucune place pour l’intelligence ni pour tout ce qui est purement intérieur, car ce sont là des choses qui ne se voient ni ne se touchent, qui ne se comptent ni ne se pèsent; il n’y a de place que pour l’action extérieure sous toutes ses formes, y compris les plus dépourvues de toute signification. « 
.
René Guénon, La crise du monde moderne, chapitre : Une civilisation matérielle.
.
2010_champignons420