Exposition de deux peintures de Holy Mane – mars 2019

Exposition de deux peintures de Holy Mane – mars 2019

J’expose deux peintures au Centre Culturel d’Epinal du lundi 18 au samedi 23 mars 2019 en compagnie du collectif Pigment’T.

Retrouvez nous chaque jour ou lors du vernissage qui aura lieu mardi à 18h30 !

 

1903_liliesCC

 

***

 

Lilies : aquarelle, gouache, feuille d’or sur papier d’Arches. 60 x 80 cm

 

 

180704_lilies628

***

 

Naïades, broderie et acrylique sur toile. 73 x 100 cm

 

1902_naiade87

 

Centre Culturel d’Epinal

4 rue Claude Gellée

Entrée libre

peinture – Serpette

peinture – Serpette

Je vous présente une peinture à l’huile sur châssis entoilé, réalisée entre mars et novembre 2016.

.

.

171007_peint_serpette-det

.

.J’aime utiliser la peinture à l’huile pour réaliser de nombreux détails, mais cela prend beaucoup de temps pour finir une toile. C’est pourquoi j’en réalise deux à trois par an à un rythme d’une heure et demi par semaine, en espérant que je termine celle en cours pour entrer dans mon quota de deux par an.

.

.

peinture à l'huile pas à pas

 

.

.

Je l’avais exposé à la galerie du Bailli en novembre 2016 à l’occasion de l’exposition et du marché de Noël. Elle était au côté de mes autres peintures  « Lune Noire » et « jeune fille et montagne. »

.

.

171007_peint_serpette_expo1

 

.

.

171007_peint_serpette_inspiration

.

.

Voilà quelques images de références pour ma peinture. On me demande souvent si je me peins, mais j’utilise plutôt des images de références venant de visages qui me plaisent, généralement des mannequins de mode. Je ne trouve absolument pas que je leur ressemble, mais si on a l’illusion que c’est le cas, tant mieux pour moi.

.

.

171007_peint_serpette_expo2

 

.

.

Je vous montre en photos, les étapes de la réalisation de cette peinture. J’aime bien utiliser la spirale d’or pour construire mon dessin.

Je débute assez grossièrement pour placer les traits principaux, voire les masses de couleurs quand c’est nécessaire. A ce stade, on me dit souvent « mais tu as changé de style ! » avec joie (autour de moi les gens préfèrent les styles un peu naïf et expressif voire abstrait à la mode chez les peintres amateurs dans les années 60 à 80, alors que j’aime les détails et le réalisme fantastique pour ne pas dire le pop surréalisme émergent des années 2000). On peut voir un petit croquis annonçant l’intention de la composition, même si celle ci reste « simple ».

.

.

171007_peint_serpette_WIP1

171007_peint_serpette_WIP2

 

.

.

Je ne peins pas avec de la nourriture, mais j’aime bien manger des gâteaux, c’est je pense le secret ultime d’une peinture réussie.

J’avais commencé par l’arrière plan, en voulant créer une zone de profondeur en utilisant du flou de perspective.

C’est assez intéressant de voir comme le visage change d’expression et prend vie selon qu’il évolue.

J’utilise très peu de noir, j’aime ajouter des ombres avec des mélanges de bleu outremer.

.

.

171007_peint_serpette_WIP3

 

.

.

.

On me demande souvent pourquoi je ne commence pas par les yeux ou si j’oublie de mettre des cils ou des cheveux, mais c’est parce que je place les détails en derniers.

J’avais une idée de fleurs au début, mais entre temps, je crois que j’ai oublié ou j’ai changé d’humeur pour faire des fleurs à pétales plus bombées, comme des roses ou des pivoines. J’aime bien  ce thème de la nature, des prairies printanières et également le thème plus sec de la serpette, de la faucheuse sévère et effrayante.

.

.

171007_peint_serpette_WIP4

.

.

J’aime bien cette couleur de cheveux, qui me rappelle certains films des années 60-70. J’aime de manière général l’ocre, mais plutôt par touches qu’en applat.

.

.

serpetteWIP.

.

.

Voici un gif de l’évolution de la peinture :

.

.peinture à l'huile pas à pas

 

 

Peinture : Esturgeon

Peinture : Esturgeon

 

Voici une peinture à la gouache sur carton entoilé réalisée en août 2015.

Je voulais représenter certains poissons comme l’esturgeon et la murène suite à une conversation avec mon conseiller occulte.

 

 

peinture esturgeon

J’avais envie d’utiliser une pâte de relief pour créer quelques textures sur la toile. Cela reste subtil en photo, mais se dévoile lorsqu’on observe cette peinture devant soi de plus près.

On voit notamment mon logo Holy Mane, tamponné dans la matière créant quelques motifs subtils.

 

15_08_esturgeon_wip1

Pour cette peinture, j’ai avant tout voulu partir d’une palette de couleurs bien définie, un exercice intéressant dont voici le moodboard.

 

2015-08_roseblushmauve

 

Ensuite, sans trop savoir pourquoi j’ai dessiné ce squelette de cerf.

 

15_08_esturgeon_wip2

 

 

 

15_08_esturgeon_1

 

Voici quelques étapes de la peinture :

 

15_08_esturgeon_wip3

 

J’utilise peu la gouache sur toile ces derniers temps, j’utilise plutôt la peinture à l’huile, mais je voulais faire une peinture qui me prenne moins de temps. (Ma peinture « Lune noire » m’avait pris par exemple 40 heures).

 

 

 

15_08_esturgeon_2

 

J’ai aimé peindre ces poissons dans une palette choisie, mais ce n’était pas si facile et j’ai du faire preuve de grande patience et de persévérance.

 

 

15_08_esturgeon_det

 

J’ai présenté plusieurs fois cette peinture au public, notamment pour l’été des artistes en août 2016.

1608_etedesartistes625

Peinture aquarelle – « Marre »

Peinture aquarelle – « Marre »

 

Voici une aquarelle réalisée l’automne dernier.

marre232

Je me suis inspirée d’une personne dans une marre menaçante.

La nature m’inspire beaucoup notamment une petite marre près de chez moi à qui je rends visite quelque fois. Il semble y voler quelques créatures invisibles et cela donne naissance à des herbes hautes, des feuillages et des fleurs harmonieusement mis ensemble.

marre112

marre_162828

Je regarde l’environnement aussi avec des yeux de pattern designer, je chasse le motif, le dissèque et m’en inspire ouvertement. Rien de mieux qu’une balade pour voir toutes les textures, les matières et les couleurs nous donner envie de les imiter.

Voici donc quelques photos de la marre, qui inspire fortement pour des motifs camouflages.

 

marre

marre_162345marre_162403marre_162418

 

Voici des étapes du dessin.

 

 

marre16-16.09

 

J’ai filmé un court instant du dessin au pinceau et à l’encre :

 

 

 

 

 

 

 

 

.

marre091marre095marre096

 

Un détail

15-09_aqua-marre-det

marre114marre156marre456marre

 

15-09_aqua-marre_1

Peinture à l’huile – Kupala

Peinture à l’huile – Kupala
Pour cette peinture à l’huile, j’avais envie de peindre un endroit près d’une marre. Peindre le paysage et la nature est un exercice et je voulais m’y atteler dans le but de repousser mes limites. Cela fait plus d’un an que le paysage est devenu un sujet pour moi, même s’il n’apparaît souvent qu’en arrière plan d’un personnage. 
.
2015_kupala
.
.
J’avais envie de douceur dans le sujet et d’une saison plein de lumière. J’ai commencé cette peinture en novembre 2015 pour la terminer en février 2016 et l’hiver n’est pas la période la plus agréable alors il me fallait une saison et des couleurs plus douces.
Je n’ai pas eu un parti pris relativement « réaliste » dans le sens où les couleurs ne correspondent pas à la réalité du sujet. Je les ai posé ainsi, au fur et à mesure selon mon « inspiration ». J’aime avoir des relations et des émotions avec des couleurs de tubes de peinture. Je pense que si on enregistrait l’activité de mon cerveau on y verrai des impulsions électriques, il se passe une réelle communication invisible rien qu’à ce stade.
Dans le traitement des herbes, je n’ai pas été « réaliste » non plus c’est à dire que j’aurai peint quelques aplats avec des ombres et des lumières pour un rendu plus « photographique » et atmosphérique, j’ai plutôt quasiment peint les herbes une à une à l’instar des tapisseries mille fleurs médiévales que j’aime beaucoup, telle la Dame à la Licorne.
.
Cluny, Dame à la Licorne, HD
.
.
J’ai glissé quelques cubes sombres pour continuer mes séries de cubes, et y mettre des références alchimiques sur la matière première, même si les cubes sont bien plus que cela.
J’ai composé le personnage en me prenant en photo pour étudier les plis en peinture, dans la video que je partage ici, il s’agit de la peinture du détail des plis de la robe. Le visage n’est pas le mien mais un visage que j’ai trouvé beau, en accentuant le côté juvénile. La faon symbolise ici encore des éléments relatifs à la forêt, l’innocence.
.

.
.
On peut voir différentes étapes de la peinture. Je commence par peindre grossièrement les formes et ensuite je reviens en couches sur elles. Peindre l’ensemble de la toile permet d’avoir une meilleure idée du rapport des couleurs entre elles. Je commence ensuite par le fond et notamment le ciel (quand il y en a un). Après je continue l’arrière plan en descendant. Je peins ensuite le personnage en commençant parfois par le vêtement, ensuite le visage. je fais les yeux et les détails en dernier et ensuite les cheveux dans lesquelles on peut voir des fleurs bleues.
.
16_02_peint_kupala_wipgif
.
.
J’ai toujours un peu de mal à trouver des titres pour mes peintures, autant je peux m’épancher dans de longues explications, autant résumer avec un minimum de mot est parfois difficile.
Alors que j’avais terminé ma peinture mon copain l’a regardé comme si elle lui parlait. Il a « entendu » dans sa tête le mot « Kupala« , non pas qu’il soit schizophrène, mais dans notre approche artistique respective, nous travaillons à développer notre sensibilité, ce qui est souvent confondu dans notre société par les émotions ou encore la « sensiblerie ». La sensibilité est relative aux sens, la vue, l’odorat, etc… Il y a moins la notion de jugement ou d’ego que pour les émotions.
.
16_02_peint_kupala_wip
.
.
On parle parfois de sixième sens qui serait en rapport avec l’intuition. En gros nous cherchons à développer notre intuition par des exercices comme s’il s’agissait de faire des exercices de dessin. Concrètement il peut s’agir pour moi de phases de méditation qui accompagne ma pratique de yoga en me concentrant sur les moindres informations, images, sons qu’on peut avoir. Beaucoup de gens ont des images qui leur apparaissent quand ils ferment les yeux, certaines personnes ont également des sons, moi j’ai aussi des « goûts » étant très portée sur la nourriture. Ce ne sont pas des hallucinations, c’est comme ces images qu’on peut avoir dans la tête. Si vous fermez les yeux et qu’on vous suggère de penser à un tigre, vous aurez surement une image mentale, bref, on peut développer notre esprit à aiguiser nos sens en partant de là. 
Notre société fait totalement l’impasse sur cela alors que le corps et l’esprit humain est capable de tout cela, rien à voir avec des croyances ou de la spiritualité, c’est physique. A partir de ces outils physiques, on en fait ce qu’on veut et c’est là qu’on peut parler de croyances.
.
2016_02_kupala_deco
.
.
Après des recherches, il s’est avéré que Kupala était une déesse slave de la nature. Il n’en avait jamais entendu parlé et ce n’était pas dans ses centres d’intérêts, ils préfèrent faire des recherche sur les démons mais c’est une autre histoire.
Quand je crée, il se passe des choses invisibles tout à fait fascinantes selon moi. Je me sens connectée à quelque chose et poussée par quelque chose, seulement je n’arrive pas encore à comprendre exactement et précisément ce qu’il se passe. Avant Leonard de Vinci me semble t’il, on parlait d’inspiration venant de dieu.
Une théorie discutable serait que j’entre en connexion avec des égrégores (créés par des gens qui « prient » une entité ou l’entité elle même) qui me commandent telle ou telle peinture, dans le but d’avoir des formes matérielles dans ce monde causal. Ayant constaté que cela se passe souvent, je commence à croire en cela. Ca a notamment été très fort quand je faisais mon oeuvre « Kybele« , comme une certitude et quelque chose qui ne vient pas de moi mais qui passe par moi qui me pousse à faire telle chose d’artistique. Beaucoup d’écrivains ont des propos similaires, en peinture on parle d’artistes visionnaires à l’instar de William Blake, mais le terme me gène encore.
Ensuite je pense que si je travaille sur un thème sincèrement (ce que je fais tout le temps), que je m’entoure de lui, que je m’ouvre et me connecte, il se passe quelque chose. Pour ceux qui travaille en magie, en travaillant avec une entité, par exemple une déesse des eaux et de la nature, que l’on s’entoure de ses attributs, symboles etc, si celle ci accepte de travailler avec toi c’est à dire d’établir un échange, elle peut t’offrir sa protection et ses « pouvoirs ». Par pouvoir j’entends des choses probables comme être plus sensible avec le symbole de la lune, être plus guerrière avec le symbole de mars, être plus sévère avec le symbole de saturne etc, il ne s’agit pas – malheureusement – de pouvoir projeter des boules de feu mais d’agir sur des choses déjà présentes en nous. Du coup si vous détestez la nature, je doute qu’il faille choisir de s’associer avec des entités qui l’habite.
.
2016_02_kupala_det
.
.
Evidemment je peux contrôler et refuser cela, je ne suis pas dans le cas de voix que j’entendrai qui me demanderai de tuer des gens, mais j’essaie de m’ouvrir au maximum et laisser mon esprit se faire envahir par des choses proches de ma personnalité, c’est à dire la nature, ou des puissances féminines créatrices. Mais généralement quand on me demande de faire quelque chose que je ne veux pas, je ne le fais pas et les ennemis sont le prix de l’insoumission. Ses ennemis sont alors accueillis par les dieux anciens qui leur chuchotent leurs terreurs dans leurs rêves.

Peinture – Little horses

Peinture – Little horses

Toujours légèrement en retard pour présenter sur mon blogue mes illustrations. J’ai réalisé celle ci l’année dernière et je l’aime beaucoup.

.

 

peinture little horses

 

 

.

.

J’aimerai continuer à aller dans ce sens et mêler la précision des traits du visage et la stylisation plus libre de celle des cheveux tout en ajoutant un fond inspiré de mes recherches en pattern design.

Je l’ai réalisé à la peinture à l’eau, aquarelle principalement et reprend un peu le principe de « Serpentine » dans les lignes claires au pinceau, la palette de couleur restreinte, l’aquarelle et le fond décoratif.

——

 

J’ai inclus un motif de cheval, pour cela je l’ai gravé dans une gomme et imprimé sur le papier.

 

2015_08_littlehorses_wip

.

.

On retrouve également des motifs récurrents comme le cube, les cristaux et des symboles plus ou moins astrologiques. Le cheval a ici un symbole de protection et rappelle le signe du sagittaire, sensé m’encourager à aller vers mes projets.

.

2015_08_littlehorses_det

.

.

On peut dire que cela a plutôt bien marché car j’ai exposé cette peinture récemment au marché couvert d’Epinal avec d’autres artistes illustres locaux. Cette exposition fait d’ailleurs parti d’une longue liste qui s’est écrite cette année. J’en reparlerai prochainement.

.

 

exposition marché couvert Epinal

.

2015_littlehorses_deco

peinture à l’huile – Lune noire

peinture à l’huile – Lune noire

 

En actualisant mon book (celui que je transporte avec moi), je me suis rendue compte que je n’avais pas montré en détail ma peinture à l’huile « Lune noire ». Je suis très contente de cette peinture, elle représente beaucoup de choses et j’ai passé un temps considérable dessus (une quarantaine d’heure). Je l’avais préparé l’année dernière, et je l’ai fini en mars-avril 2015.

 

LuneNoire16

 

Pour préparer une peinture, je ne commence jamais avec une toile blanche et un pinceau couvert de peinture, je crois bien que c’est un cliché qui existe rarement quand on peint à la manière réaliste comme je le fais. Je fais beaucoup de recherches, je réunis des idées et ensuite je recherche des documents visuels de référence qui m’inspire et correspond à mon idée. Quand je n’ai pas de personnage, je prends la pose et fait une photo de moi.

 

lunenoire_1303

 

Le visage vient d’un mannequin de défilé haute couture, on me demande souvent si je ne me suis pas représentée, j’aimerai bien être aussi jolie que les visages qui m’inspire et ceux qui travaillent dans la mode et le monde de la beauté (maquillage, cosmétique,…). Le pendentif avec mon logo existe réellement et la robe aussi, mais en noir. Je suis loin de savoir dessiner ou peindre des loups de mémoire, on s’imagine que c’est facile, mais pas du tout. Je fais ensuite un photomontage assez grossier grâce à photoshop et l’imprime sur papier. Maintenant j’utilise une tablette, ça me convient aussi.

 

LuneNoire-detail2

J’ai pu présenter cette peinture durant mon exposition à l’hotel Kyriad en mai 2015, j’étais plutôt assez fière.

 

exposition Holy Mane Hotel Kyriad

 

15-05_kyriad3

 

Kyriad_journal

Cette peinture représente l’arcane majeure XVIII du Tarot : La lune. Ce n’est pas spécialement une carte de bon augure, car elle peut signifier l‘illusion, le mensonge, le rêve, quelque chose de flou. Pour moi la Lune est très importante, elle est une de mes dominante planétaire comme beaucoup d’artistes. Une planète n’est jamais que positive ou négative, elle a des aspects variées et parfois certains prennent le pas sur d’autres.

lune noire peinture à l'huile

 

On m’a longtemps reproché mon côté « lunaire », mais je n’ai jamais compris ce qu’il signifiait vraiment jusqu’à ce que je comprenne que les autres n’étaient pas comme moi. C’est un peu comme si des aveugles me reprochaient de voir des choses et d’y prêter attention. Je choisi volontairement un sens, car la lune représente la sensibilité, celle ci est assez mal vu dans nos sociétés basés sur le productivisme, le capitalisme, les loisirs rapides, pourtant c’est pour moi une grande chance et un don magnifique que d’être sensible, évidemment, beaucoup de gens aiment jouer avec notre sensibilité, c’est pourquoi il est important d’apprendre à se protéger. La carte de la lune nous indique qu’on peut se protéger grâce à la carapace de l’écrevisse, lié au signe du cancer. Le crabe peut se protéger avec sa carapace mais aussi pincer, à nous d’apprendre à développer cet aspect.

 

 

lunenoire_WIP1

Cette carte peut aussi représenter la magie, l’eau reflète comme un miroir un monde parallèle, c’est pour cela qu’on peut parler d’illusions, de choses qui ne sont pas celles qu’elles paraissent. La sensibilité de la lune permet de voir à travers les reflets, et à travers les rêves. Je fais très attention à mes rêves et mes visions et je travaille à développer cette sensibilité encore et encore.

J’ai figuré différentes étapes de ma peinture, on ne le sait pas, mais à chaque fois que je devais me lancer sur l’une d’elle, j’étais terrifiée et me demandais comme j’allai y arriver, c’est un peu la première fois que je peignais des paysages, puis des éléments architecturaux, puis de l’eau, le détail du visage, les cheveux, les plis de la robes, etc,… En revanche même si le ciel a été une étape effrayante, j’ai bien aimé le faire.

 

 

lunenoire_WIP2

 

La lune a un pouvoir attractif, on le voit plus clairement avec les marées, cette attraction est comme un pouvoir absorbant, celui permettant une grande empathie, en prenant les émotions alentours et bien plus (les traces liées à des lieux ou des objets). C’est pour ça que j’ai compris que je devais m’éloigner de la foule, du métro, j’ai tendance à absorber sans m’en rendre compte les émotions et celles ci sont rarement positives, ce qui affecte mon morale et de là je passe d’un état neutre à un état de tristesse d’où l’appellation de lunatique. Or je ne change jamais d’humeur sans raison, mais certaines personnes n’ont pas la capacité de ressentir ou de comprendre ce mécanisme, parfois je me demande si certaines personnes ressentent des choses, est ce agréable, ennuyeux, pratique ?

Parfois quand les gens savent que je fais une exposition, ils me demandent si « ça marche », si j’ai bien vendu etc,… Je suis toujours un peu gênée car j’ai l’impression qu’on me parle de mes enfants. Se séparer d’un travail aussi important est toujours particulier. Je sais que je fais mal ma commerciale sur ce coup, mais je suis un peu sentimental de mes peintures.

 

 

 

lunenoire_WIP3

peinture à l’huile « Fille et montagne »

peinture à l’huile « Fille et montagne »

Depuis quelques temps, j’essaie de plus travailler les couleurs. Il y a vraiment des teintes qui me donnent des émotions vibrantes et l’association de couleurs est comme un langage particulier.

2015-fillemontagne_vue2

2015-fillemontagne_det1

2015-fillemontagne_vue4

J’observe donc encore plus tout ce qui m’entoure (c’est pourquoi les intérieurs unis blancs ou gris m’ennuie). En ce moment j’adore observer le ciel et les variations du soleil dans les nuages, je réfléchis à la manière d’enregistrer cela. Je regarde ces teintes discrètement pour ne pas alimenter le cliché des « artistes déconnectés de la terre », qui ont « la tête dans les nuages », alors que justement mon cerveau capte un maximum d’informations, mes yeux analysent les couleurs et les formes dans le but de pouvoir retranscrire cela sur papier ou toile tellement cela me parait plus excitant que le dernier buzz à la mode sur facebook.

peinture huile fille montagne    2015-fillemontagne_vue3

 

 

Work in progress

Etapes de créations :

2015-05_fillemontagneWIP

2015-05_fillemontagneWIP2

 

2015-fillemontagne_vue1

A la fin de l’hiver dernier, je suis passée en Suisse et j’ai observé avec attention les montagnes. Elles me paraissaient également fascinantes et c’est pour cela que j’ai voulu en peindre. Cette peinture à l’huile sur carton entoilé et encadré a été exposé lors des Imaginales à l’hôtel Kyriad d’Epinal en mai 2015, je n’avais pas encore pris le temps de le montrer plus en détail.

 

exposition Holy Mane Hotel Kyriad

Peinture à l’huile – « Cavalière »

Peinture à l’huile – « Cavalière »

Je n’avais pas encore publié ici ma peinture à l’huile nommée « cavalière ».

.

cavalière peinture à l'huile

.
.
Elle m’est chère car c’est la première peinture que j’ai réalisé l’année dernière, ma reprise de l’huile après plusieurs années de pause. Pour certains la pratique de la peinture est une évidence, une facilité, mais pour moi chaque chose que je fais est soumis à de grandes réflexions et hésitations. Je me disais qu’il fallait que je produise plutôt des objets d’arts appliqués que des objets d’arts plastiques, car je n’osais pas m’affirmer en tant qu’artiste plasticienne (alors qu’il y a quelque chose de moins prétentieux de se définir en tant que technicien du design).
C’est aussi mon milieu social plutôt populaire et très peu réceptif à l’art qui m’a mis en tête que l’art n’était pas un vrai métier, à peine une occupation qui en vaut la peine. Il a été très difficile pour moi de m’autoriser à écouter qui j’étais, c’est à dire une créatrice. L’étiquette d’artiste est également floue, remplie de préjugés et d’amalgames, et c’est finalement en observant la place que les artistes occupaient dans d’autres pays que je me suis dit qu’il ne fallait pas que je me soucie trop de ces « on dit » typiques à la France et d’autres pays qui délaissent leur histoire et leur civilisation.
.
.
cavalière peinture à l'huile
.
.
La pratique d’un art est autant difficile dans sa technique, son sujet que dans sa réception dans une société matérialiste.
J’ai donc réussi à me libérer de certaines censures en me lançant de nouveau dans la peinture à l’huile, qui demande une quantité d’heures de travail pour un résultat souvent incertain. (Comme la broderie d’ailleurs).
J’ai ici débuté par l’exercice de reproduire un paysage de forêt d’automne. Le paysage est souvent un sujet mineur, mais c’est important de le maitriser un minimum. J’ai réussi à laisser le pinceau improviser le feuillage, je suis passée par le couteau pour tenter des effets plus graphiques, puis je suis revenue au pinceau. J’ai également suivi les conseils d’une artiste peintre de la région.
.
.
.
cavalière peinture à l'huile forêt automne
.
.
Quand cette forêt était terminée je n’ai pas pu m’empêcher de lui ajouter un personnage, que j’ai voulu quelque peu mystérieux. Je travaillais déjà sur une gravure à la pointe sèche de cavalière, exposée en décembre dernier et j’ai voulu la représenter ici dans une toute autre technique. Je lui ai ajouté un halo rouge pour faire ressortir ce côté étrange et fantomatique.
.
.
.
cavalière gravure
.
.
.
J’ai terminée cette peinture en hiver et je l’ai présenté à l’exposition de la Maison des Associations d’Epinal à la place de « Dendrobate » car celle ci était encore trop fraiche pour être exposée dans un lieu où je ne pouvais maitriser la qualité et le soin de l’accrochage et du déroulement de l’exposition. (Le professionnalisme et le soin des expositions est un vaste sujet auquel j’ai malheureusement du faire face pour une exposition à Paris).
.
.
cavalière peinture à l'huile forêt automne
.
Cavalière, 2014.
Peinture à l’huile
29cm x 39 cm.

Ambassadrice Tombow et Edding

Ambassadrice Tombow et Edding

J’ai le plaisir d’être ambassadrice pour des feutres de la marque Tombow et Edding pour une journée de démonstration.

Pour cela j’ai réalisé toute sorte de décorations et d’illustrations sur différents supports.

 

 

IMG_5584

 

1912_Edding586

 

Pour me voir, essayer ou me poser des questions sur ses feutres, ça se passe demain samedi 7 décembre de 9h à 12h et de 14h 19h dans le magasin Bureau Vallée de Saint-Nabord.

 

 

1912_Edding545

 

1912_Edding581

 

1912_Edding585

 

La marque Tombow est une marque japonaise de feutres aquarellables. J’utilise beaucoup l’aquarelle, mais je n’avais pas encore testé en dehors des godets de peinture. Il se trouve que c’est également très beau et unique car les « pigments » sont beaucoup plus fins, ce qui permet une belle luminosité aux couleurs. Les amateurs de couleurs pastels comme moi seront ravis.

 

1912_Edding587

 

1912_Edding588

 

La marque Edding offre plusieurs types de feutres selon les supports choisis :

1- Des feutres pour textile, et vous savez comment le textile est très important pour moi. Vous pouvez customiser des tote bag, des trousses, des T shirts ou tout type de tissus clairs. Une fois repassé, le tissu peut être lavé sans que le dessin ne disparaisse. Je ferai une démonstration de ces feutres.

 

2- Des feutres pour porcelaine. Cela permet de personnaliser sa vaisselle ou autres objets en porcelaine ou en verre. Une fois dessiné, il suffit de les cuire au four à 150° et ça résiste au lave-vaisselle. Pour ma part, j’ai testé avec des tasses, un petit pot de lait et un vase et je pense que 140° aurait été mieux pour le vase. On peut dessiner à main levé, si on se trompe, on peut essuyer le feutre quand il n’est pas encore sec. J’adore dessiner des éléments décoratifs sur des supports en volume, j’adore dessiner des motifs répétés ou pattern design.

 

1912_Edding568

 

1912_Edding570

 

1912_Edding562

 

1912_Edding565

 

1912_Edding583

 

1912_Edding560

Dans le four.

 

1912_Edding579

J’ai dessiné des arcanes de Tarot.

1912_Edding578

 

1912_Edding593

 

1912_Edding595

 

 

3 – Des feutres pour surfaces lisses comme le verre, le plastique, le métal,… J’ai décoré des pots en verre et j’aime beaucoup la texture glissante contre le verre. La texture est plus épaisse qu’avec les feutres précédents. Ils sont différents et complémentaires. J’ai dessiné des petites runes sur des éléments décoratifs en verre et le résultat est très bien (les runes peuvent être utilisées pour la décoration, le tirage divinatoire, la méditation ou comme accessoire pour du Jeu de Rôle par exemple). La texture épaisse permet de faire sortir des couleurs pastels sur des supports sombres, ce qui est très intéressant. J’ai aussi testé sur des plumes que je ramasse lors de mes balades en forêt et le résultat est très bien aussi !

 

1912_Edding574

 

1912_Edding576

 

1912_Edding577

 

1912_Edding529

 

1912_Edding502

 

1912_Edding510

 

1912_Edding538

 

1912_Edding550

 

Honnêtement, je recommande ces feutres pour l’usage indiqué, ils sont très pratiques et de bonnes qualités. (Ceci est mon avis personnel, je ne suis pas payée pour le dire).

A demain !

Holy Mane au marché d’automne

Holy Mane au marché d’automne

Comme l’année dernière, je serai présente pour le Marché d’Automne qui se tiendra le week end prochain !

 

visuelsalondautomne_270

Je présenterai de nombreuses cartes postales, (comme celles sur les signes astrologiques) et cartes de voeux pour les fêtes. J’exposerai également quelques peintures nouvelles et des livres de coloriage qui peuvent être de bons cadeaux pour les achats de fin d’années !

Ou ? : 

Centre Culturel d’Epinal

4 rue claude gellée 88000

Quand ? :

samedi 9 Novembre de 9 h à 19 h
et dimanche 10 Novembre de 11 h à 17 h 00

 

Voici comment cela se passait l’an dernier :

 

salondautomne_243

 

salondautomne_270

salondautomne_244

 

salondautomne_264

salondautomne_245

salondautomne_249

 

 

salondautomne_278

 

 

Stand Holy Mane pour l’été des artistes

Stand Holy Mane pour l’été des artistes

Voici l’été qui s’affirme et comme chaque année depuis 2016, je participe à animer le quartier de la vieille ville d’Epinal et sa magnifique place des Vosges avec l’association d’artistes Pigment’ T.

Voici quelques photos de l’été dernier :

.

1807_eda771

 

exposition Holy Mane

1807_eda773

.

Cette année vous pourrez retrouver mon stand avec mes peintures, mes illustrations, mes posters, mes cartes, mes bijoux,… ce samedi 6 et 27 juillet, et 24 août. Nos stands vous attendent de 9h à 18h !

.

.

 

.

1807_eda778

.

1807_eda761

.

1807_eda779

 

.

.

L’année dernière j’avais commencé à faire des démonstrations de peinture en public ! Les réactions étaient positives et je le referai le 27 juillet ! J’hésite encore à le faire ce samedi car la canicule ne facilite pas la démonstration.

.

.

1807_eda792

1807_eda757

 

1807_eda794

 

.

.

Vous pourrez découvrir cette démonstration dans une prochaine petite vidéo !

 

Exposition Holy Mane aux Imaginales 2019

Exposition Holy Mane aux Imaginales 2019

Cette année, vous pourrez me retrouver aux Imaginales 2019 !

J’expose au Centre Culturel, rue Claude Gellée près de la Basilique du 14 au 27 mai 2019.

Je partage le lieu avec Manu’Art, grand amateur de pop culture un brin nostalgique.

 

ExpoCCul_imaginalesWeb

Le vernissage devrait être, après divers changements, le samedi matin à 10h. Serez-vous disponible ?

Cela ne m’arrange pas car je devrais participer à la Fashion Night la veille, un événement dans la ville d’Epinal de 17h à minuit.

Ce n’est pas non plus vraiment une heure pour un vernissage festif, mais on m’a dit de façon définitive :  » Nous devons néanmoins respecter l’agenda de Monsieur le Maire. » (Ce qui me fait un peu me sentir dindon de la farce tant je déteste la subordination non rémunérée. )

Monsieur le maire qui était présent ainsi que toute l’équipe du festival pendant la conférence de presse dans la jolie salle de la BMI.

 

IMG_3397

 

A cette occasion, nous avons reçu les magazines de communication du festival :

 

IMG_3411

Voici donc mon exposition annoncée et intitulée « De Natures fantastiques », pour reprendre le thème des Imaginales qui est « Natures », et y ajouter ma participation au Fantastique. La nature et le fantastique sont omniprésents dans mon travail.

 

IMG_3425

 

Je présenterai ce texte expliquant un peu mon parcours, mon travail et ma démarche artistique.

 

1905_presa_CCul_Imaginales

 

L’exposition est également annoncé dans ce journal :

 

IMG_3413

 

IMG_3416

 

 

J’y présenterai 29 oeuvres, dont mes plus grands formats (73 x 100 cm), ce qui en fait ma plus grande exposition personnelle pour le moment.

Cela représente un travail énorme et j’espère que vous serez nombreux à découvrir en vrai et de plus près mes peintures !

 

 

 

Exposition « Pléiades » au Bailli

Exposition « Pléiades » au Bailli

Je vous invite à une nouvelle exposition qui aura lieu du 22 au 27 février 2019 à la Maison du Bailli à Epinal.

 

190211_expos2019PigV1

.

.

 

J’expose quatre oeuvres originales avec le collectif Pigment’ T. N’hésitez pas à venir au vernissage qui aura lieu vendredi à partir de 18h30 !

 

Je serai par ailleurs présente à la galerie dimanche après midi !

.

.

IMG_20190216_125617

 

 

.

Dernièrement, je suis passée par différents états émotionnels et de réflexion qui se sont concrétisés par une petite série d’illustrations. Je les ai partagé sur les réseaux antisociaux et je vais tenter de résumer les idées ici.

.

« Je voulais juste à la base des dessins en tant que supports d estampes (imprimer une plaque gravée et encrée) puis finalement elles existent pour elles mêmes, comme des particules de vie, comme des amas d étoiles. Je les ai nommé Pléiades, ces étoiles proche de la constellation du Taureau qui m est cher, plus nombreuses que les sept soeurs grecques. Certaines semblent avoir eu des mains ou des yeux emportés par des grenades des forces de l ordre capitaliste, mais ce n est qu un pur hasard »

.

.

IMG_20190215_150142

 

 

.

Cet été, j’étais dans un besoin de couleurs pastels, notamment du fait de son impopularité auprès de certains préjugés anti féminin, autant de la part de certains phallocrates que chez certaines féministes et autres moralistes new ageux (prônant le capitalisme « naturel » et vert et préjugeant les femmes coquettes de superficielles sans jamais leur donner la parole). Le rose pastel est notamment une de mes couleurs préférés, qui m’apporte beaucoup de bonheur quand je la vois, notamment lorsqu’elle prend possession des nuages. Elle porte le stigmate d’une féminité niaise qu’il faudrait dépasser. La seule chose qu’il faille dépasser est ce qu’on nous impose qui ne nous correspond pas, et en l’occurrence on nous impose de la rejeter. Même si ces cinq dernières années elle revient beaucoup dans la mode, certaines personnes y restent allergiques pour ces préjugés. J’ai déjà parlé du rose pastel et de son association au bébé féminin au début du XXème siècle, je comprends combien il peut constituer un symbole genré à combattre, mais je trouve que c’est un cliché ringard. C’est plus souvent de la part des hommes, que je ressens (et non le ressenti n’est pas moins vrai que n’importe quelle injonction médiatique) un besoin de combattre un corps assumant son féminin sensible et maniéré (un corps de femme comme un corps d’homme d’ailleurs), ou ont ils plutôt l’impression d’une légitimation à laisser s’exprimer leurs pulsions de domination.

.

.

IMG_20190215_125847

 

 

.

Ensuite, l’automne m’a donné envie de me protéger du froid et j’ai eu besoin de rechausser mes rangers et porter mes manteaux noirs. La gravure me manquait, j’avais besoin de retrouver la texture et la matière de l’aquatinte. Le noir revenait dans mes dessins. Cela s’est superposé à une pression sociale qui trouvait un moment de respiration dans la crise des Gilets Jaunes. Je relisais et écoutais des podcasts critiquant le monde moderne et le capitalisme matérialiste, cherchait des alternatives écologiques au désastre de la terre sans cesse souillée, qui est une chose qui me rend très souvent triste. William Morris, Jean-Claude Michéa, Henri GuilleminFrançois Jarriges, Bernard Stiegler, les techno-critiques romantiques, Deep Green Resistance et les éco-féministes m’ont consolé de mes tourments.

.

.

IMG_20190219_185008

 

.

Le jeu de rôle que je repratique depuis près de deux ans me mène vers le théâtre, la performance, le rituel, le shamanisme, la danse, la musique et l’expression physique et orale. Il m’aide à « invoquer » les esprits m’aidant à me déconstruire des normes sociétales et me guider vers ce à quoi j’aspire : une certaine spiritualité, un état de reconnexion avec le monde sensible et les esprits invisibles. Les théâtreux parlent des « ghosts » invoqués par Shakerpeare, lorsqu’ils incarnent un personnage. La musique dark folk Sturmpecht m’inspire beaucoup.

.

J’ai eu ensuite une phase photographique, d’abord pour travailler sur ma perception de la lumière, afin de mieux la représenter en peinture, d’où le fait aussi que je peignais des néons roses. Cela m’a apporté une certaine délivrance, je me suis sentie « inspirée » (possédée) lors d’un de mes shooting et c’était très agréable, j’avais l’impression d’accéder à quelque chose de différent, de m’élever de la matière (que je ne rejette pas par ailleurs). Et j’avais aussi le plaisir intellectuel de me rendre compte que j’avais accéder à un de mes objectifs. J’avais envie de me replonger dans Current 93, Coil et surtout John Balance et la Chaos Magick.

.

.

IMG_20190219_180839

.

.

Cet état de lâcher prise m’a amené vers la création de dessins quasi automatiques, à la manière de Austin Osman Spare. Je voulais revenir à la gravure, à la texture sombre et donc créer des supports à imprimer, mais finalement je les laisse ainsi, prêt à être exposés.

.

Hier la mort de Karl Lagerfeld, dont j’aime et respecte l’érudition et l’amour des belles choses m’a fait reconsidérer ma démarche. J’aime la discipline et la rigueur et le lâché prise n’est peut être qu’une injonction à laquelle je ne devrais pas me normer. Du coup je pense que c’était plutôt un état émotionnel et de sensibilité (permettant le contact avec le monde sensible) qui m’a conduit à ce résultat plus fluide, plus « poissons ». Car au fond de moi je trouve la discipline plus sexy que la négligence et mon but est de travailler sur mon être intérieur et authentique. Et je ne suis pas la personne détendue qu’on aime, que la société valide et encourage mais tant pis car je garde en mémoire la citation de Jean Cocteau comme une maxime : « Ce que le public te reproche, cultives le, c’est toi. »