Exposition Holy Mane à Bourbonne

Après 6 ans déjà, j’expose de nouveau des peintures à l’office du tourisme de Bourbonne-les-Bains.

C’est une exposition collective qui se déroule du 3 au 30 juin 2022.

.
.

2204_Minotaure_1543
.

Ce sera l’occasion d’exposer mes dernières peintures réalisées ces derniers mois.

.

  • Oeuf et serpent, 21 x 29,7 cm
  • Minotaure surréaliste et centaure pasolinien, 21 x 29 cm
  • Etoile du Matin, 50 x 61 cm
  • Fleur bleue Novalis, 50 x 61 cm

.

2204_Minotaure_1547

 

 

 

 

 

Ces derniers temps, je me suis concentrée sur l’inspiration. Suite à une méditation guidée, j’ai voulu développer le symbole du serpent qui se mange la queue (Ourobouros). Son message était l’idée de retrouver son cerveau reptilien, c’est à dire les réflexes, les pulsions, l’instinct animal, en plongeant dans une mémoire atavique très très ancienne, qui remonte avant la naissance de l’homme.

.

Parallèlement à cela, je me suis replongée dans les artistes surréalistes, en écoutant des interviews des intéressés plutôt que des rapports de journalistes et critiques d’art. Il faut remonter à la source. Le surréalisme est multiple car il englobe de nombreux artistes et poètes, pas toujours d’accord entre eux, et qui ont tous évolué durant leurs vies et l’actualité de la société (notamment les guerres mondiales).

 

2204_Minotaure_1546

A la base, je recherchais des techniques d’inspiration, comme le dessin libre, les cadavres exquis, l’analyse des rêves etc,… J’ai été agréablement surprise d’entendre quelqu’un mettre des mots à des choses que je faisais également, notamment quand Duchamp (?) parle du moment avant le sommeil où l’esprit capte des mots et entend ou restitue des choses. Je me suis toujours demandée si c’était un phénomène partagé, si j’entendais des voix, etc… Le genre de message que j’entends est parfois très étrange et souvent comique, par exemple « il faut aller dans la prairie pour sortir des saucisses ». Autre exercice important que je pratique en me demandant si je suis la seule à le faire est ce qu’on peut appeler des « méditations guidées ». Avec mon ami, on appelle cela des « régressions », car les techniques se rapprochent de celles des personnes cherchant à « remonter dans leurs vies antérieures ». Je ne crois ni ne crois pas aux vies antérieures, je laisse chacun croire ce qu’il veut, mais ces exercices sont intéressants tant ils sont riches en symboles. Les surréalistes les faisaient également, et les appelaient des « rêves éveillés guidés« , donc j’aime utiliser leurs mots.

2204_Minotaure_1548
A la base, c’est un constat sur ma voix. J’aimerai la travailler pour créer des podcasts ou entretiens, mais j’ai beaucoup d’exercices de diction, de respiration à faire. Parfois découragée et sévère, je me disais que ma voix n’arrivait pas à être dynamique, mais qu’elle avait un côté soporifique. De ce fait, j’ai pris le taureau par les cornes en me disant, quitte à avoir une voix faible, autant en faire quelque chose, et j’ai voulu développer quelque chose que j’aimerai un jour mieux développer : le soin et le bien être pour les autres. J’ai donc cherché à faire de la méditation guidée pour les autres et de « l’art thérapie », afin de développer son intuition. Finalement, j’ai utilisé ces recherches pour mon propre travail d’inspiration et je suis arrivée à des résultats intéressants. Il s’agit d’une sorte de dialogue intérieur, ou de dialogue avec son inconscient. On pourrait aussi penser à des dialogues avec des entités. Chacun ses croyances, pour moi, l’idée est de recréer ce lien entre moi et l’Invisible. C’est la quête principal de mon activité artistique, qui est aussi ma pratique spirituelle ou religieuse.

.

2204_Minotaure_1550

Les surréalistes puisent dans leurs rêves et dans l’inconscient et contrairement avec ce qui a l’air de se faire en « art thérapie » actuel (domaine que j’aimerai creuser pour proposer des ateliers), les surréalistes ne mettaient pas de morale et n’hésitaient pas à explorer les aspects sombres, inquiétants, sexuels ou tabous. Pour ma part, je souhaite surtout travailler de cette façon, sans morale, et ne pas essayer de faire coller le praticien d’art thérapie à des cases de « positivités ». Evidemment, chaque personne choisit son chemin, il n’existe pas de méthode universelle applicable à tous. Pour ma part, j’ai toujours aimé le côté obscur.

2204_Minotaure_1544

C’est ainsi que les surréalistes ont également exploré des mythes anciens, greco-romains, mais aussi tout ce qu’on appelait au début du XXème siècle « Art nègre » (nom qui a donné une revue), qu’on a appelé par la suite, arts primitifs, et qui ne se limitaient pas à l’Afrique, mais allait chercher du côté des traditions et peuples de tous les continents. Ces objets d’arts primitifs sont un témoignage important de la manière dont les peuples vivaient de façon traditionnelle, c’est à dire, en lien avec le sacré dans leurs quotidiens. Les modes de vies traditionnels sont des sources d’inspirations pour moi, tant le monde moderne me semble violent, mensonger, corrompu, malsain, capitaliste, etc… Le mythe du minotaure vibrait en moi depuis que je suis enfant. Je me souviens vers mes 10 ans lire le « livre dont vous êtes le héros » avec le minotaure. C’est une figure qu’on retrouve aussi chez Picasso, il me parle pour son côté lié au symbole de la Terre. Il y avait aussi un côté sexuel et puissant qui intéressaient les surréalistes. J’aime également tout ce qui concerne les dédales crétois (j’y ai pris le symbole du double labrys, que j’ai brodé sur de nombreux travaux).


.

Le centaure est également un personnage mythologique que j’aime. Une analyse du film Médée de Pier Paolo Pasolini m’avait notamment intéressée sur le personnage du centaure (Chiron ?) incarné par Laurent Terzief. Cette analyse disait en quelque sorte qu’il représentait un lien entre le monde moderne (humain) et le monde primitif (animal). Il y a aussi ce rapport entre monde profane (moderne) et monde sacré. Pasolini y ajoute une note politique et social, critique du capitalisme et de la société bourgeoise qui entre parfaitement avec mes idéaux. J’avais déjà dessiné une sorte de centaure dans des linogravures repris dans certaines de mes cartes de voeux.

.

.

.

J’ai donc nommé cette petite ( 21 x 29 cm) peinture acrylique Minotaure surréaliste et centaure pasolinien.

 

Dans la continuité de mes autres peintures, j’ai ajouté de la texture, celle-ci apporte un côté primitif et brut qu’inspirent les deux créatures mythologiques. Il y a également un motif de labyrinthe, celui-ci, en plus de se référer une nouvelle fois aux dédales minoens dont le Taureau est une figure importante et dont le mot labrys reprend la racine, symbolise dans cette peinture, la quête vers son Soi profond, (la quête initiatique, quête du Graal, de la pierre philosophale changée en or,…), ou vers son inconscient. L’idée est de revenir une fois encore à son être primitif, primordial, sacré, anti-moderne, d’une tradition primordiale guénonienne. Le labyrinthe est celui du dallage de la cathédrale de Chartres qui a un côté ésotérique et appelle l’homme à faire le chemin, le pèlerinage, la pérégrination, (thème romantique que Lord Byron a remis au goût du jour au début du XIXème siècle) vers le sacré, vers le monde Invisible.

.

Par la suite, j’ai créé une gouache sur papier (21 x 29,7 cm) que j’ai appelé Oeuf et serpent.

.

2204_oeufserpent_1530

On y trouve encore une créature mi humaine-mi animale, mais un peu plus féminine. Elle évoque les anges de part ses ailes, mais aussi des créatures plus ambiguës comme des Liliths hébraïques ou des Mélusine médiévales. L’oeuf et le serpent sont des thèmes qui me reviennent souvent, mais je ne sais pas vraiment pourquoi. Ce que j’interprète après avoir peint cette image est la phase de gestation dans laquelle j’étais.

2204_oeufserpent_1537

Je souhaitais me replonger en moi-même, être fécondée d’esprit invisible et renaître sous une forme symbolique nouvelle, être enfin cette personne de nouveau capable d’entendre les esprits et de voir l’Invisible tant la société des humains faits de mensonges, de faussetés et de laideur me donne envie de la quitter. Pour cette gouache, j’ai joué les superpositions de textures dans des expérimentations de peintures « libres », à la manière surréalistes.

2204_oeufserpent_1535

Le fond est chargé de moments de lâcher-prise, état dans lequel j’ai beaucoup de mal à me mettre. Je suis d’ailleurs rarement détendue, et c’est cet état, ce chemin que j’ai du faire pour accoucher de ces peintures qui me sont précieuses.
.
J’expose également deux autres peintures acrylique sur toile déjà exposées, elles parlent également de romantisme, d’inspiration et d’anciens mythes qui sont les thèmes de ma vie.

 

  • Etoile du Matin, 50 x 61 cm

2005_Ishtar

 

 

 

.

.

2 thoughts on “Exposition Holy Mane à Bourbonne

  • 13 juin 2022 at 7 h 19 min
    Permalink

    Merci Holymane pour ton article, et le partage de tes démarches artistiques! ça me parle beaucoup évidemment et notamment l’image du serpent et toutes les symboliques liées à la Terre, que je croise également souvent dans mon parcours artistique personnel
    !C’est toujours très riche de te lire !

    Reply
    • 19 juin 2022 at 17 h 02 min
      Permalink

      Merci Claire ! Ton commentaire compte beaucoup pour moi. Je suis contente de voir que des personnes aient un rapport privilégié avec la terre et la nature et que ce chemin de vie, spirituel et artistique soit emprunté par de nombreuses personnes. Contente que ce que je raconte soit compris de façon positive. J’ai conscience que je peux passer pour une illuminée pour les personnes un peu trop conformistes.

      Reply