Holy Mane dans La Voûte en décembre

Holy Mane dans La Voûte en décembre

Comme chacun, nous sommes soumis aux autorisations et interdictions gouvernementales, sans nous laisser le temps de nous adapter comme on le souhaiterait et avec à tout moment la possibilité de changements.
.
2011_LaVoute898
.

Cela me rappelle fortement les témoignages de souffrance au travail (dont une philosophe du travail rappelle qu’il faudrait plutôt appeler cela « maltraitance au travail » ou « harcèlement au travail « car ce n’est pas la faute du travailleur mais du « manager ») orchestrée par le capitalisme actuel. Ce type de management de plus en plus appliqué au secteur public comme la culture, l’éducation, la santé, se généralise maintenant à toute la population avec les ravages ( les employés d’Orange France Télécom) que nous connaissons pourtant…

.

2011_LaVoute877

Comme je le dis souvent, je pense que notre société doit plutôt non pas s’adapter et faire résilience pour continuer à aller droit dans le mur, pour la Croissance des plus riches, mais plutôt ralentir et prendre soin de soi et des autres. Nous visons une époque de pandémie et personne ne parle réellement de prendre soin des corps et du vivant (la nature, les animaux, les végétaux,…) si ce n’est nous imposer un scientisme déraciné (la science profane comme religion comme l’explique René Guénon en 1927 dans la crise du monde moderne) à travers une course absurde (dans le sens de la précipitation plus que la qualité) pour un vaccin.

.

2011_LaVoute882
.
Les humains sont réduits à des chiffres, des statistiques, des courbes de croissance et non plus à des individus avec des corps sensibles. Comment pouvons nous construire un futur sain avec ce genre de mentalité ? Il y a quelques années quand Staline parlait des morts comme des statistiques tout le monde trouvait ça horrible et maintenant c’est devenu la nouvelle norme.
.

2011_LaVoute903
.
2011_LaVoute878
.
Fin octobre, j’avais donc prévu mon exposition et « marché » (vente d’impressions et de mes bijoux d’art textile) à la Voûte, située dans un petit village des Vosges. Cela a été entravé par la règle de l’ouverture des lieux seulement « essentiels ». Mon exposition chez le fleuriste a également été fermé.
Maintenant que les vacances de Noël arrivent, de nouvelles « adaptations » pour les commerces sont mises en place (laissant les restaurateurs et les bars à leur confinement). C’est ainsi que la Voûte peut réouvrir. En effet cette association, comme une maison d’artisans et d’artistes permet de s’acheter des créations artisanales faits mains. C’est aussi un lieu où se retrouver, où se poser, prendre son temps et regarder. Le lien humain est plus important que « l’obligation d’achat ». La Voûte est un beau lieu gardant une structure architecturale d’ancienne ferme, modernisée permettant à chacun de garder les « distanciations physiques » de rigueur. Elle est idéalement placée au centre du village près du clocher de l’église et profitant même d’un restaurant à côté qui permet de livrer des pizzas à défaut d’ouvrir ses portes, et d’un petit terrain adapté aux voitures (qu’on appelle « parking » dans le monde civilisé).

.

2011_LaVoute893
.
Me voila donc installée à la Voûte, à une place d’honneur depuis dimanche 29 octobre et pour tous le mois de décembre (selon les changements de plan du manager de l’Etat). La voûte est ouverte du mercredi au dimanche de 13h30 à 18h30.

Ce qui m’intéresse est sa position dans le monde rural et les échanges possibles avec d’autres créateurs, et c’est encore plus stimulant si certains partagent certaines de mes idées, notamment le besoin de nature et de « spirituel » (que j’appelle « animisme », mais sans vraiment le nommer car il ne s’agit ni de dogme ni d’orthodoxie et encore moins de morale). Dans mes réflexions, en perpétuelles constructions, analyses, nourritures, je réfléchis à la manière de construire une société plus idéale, sans oublier que mon idéal n’est pas l’idéal de mon voisin, mais c’est important d’observer tous les possibles. Dans mon idéal, il faudrait des plus petits groupes d’humains autonomes dont le pouvoir n’est pas centralisé par une capitale comme Paris ou pire, Bruxelles qu’on appelle aussi New York.
.
2011_LaVoute881

.
J’ai une amie qui habite une île au Japon est cela dessine bien les contours de mon idéal : quelque chose de traditionnel, sans être ni xénophobe ni sexiste pour autant, qui conserve un culte des anciens, un culte des lieux, des pierres, des rivières, des esprits (un mélange de croyance local et de shintoïsme), vénéré lors de fêtes traditionnelles, où musiques, costumes, contes, danses conservent un lien social intergénérationnel et remémorant le passé et les mythes fondateurs. L’entraide y est très présent, les gens ont tous un potager et partagent leurs légumes avec les voisins, ils viennent chez vous sans non plus s’imposer, ce qui me rappelle ma grand mère picarde qui avait toujours du café pour les visiteurs. Il y avait vraiment une solidarité et même si les réseaux sociaux numériques n’existaient pas, les gens ne souffraient pas comme aujourd’hui de solitude. La nature a une place importante mais pour autant ils vivent dans le présent, avec la technologie associée. Quand les gens font des choses pour toi, c’est moins difficile de faire des choses pour eux (sans être exploités par eux). C’est ce que les petites communautés, au contraire des grandes villes peut enseigner.
.

 

2011_LaVoute880

2011_LaVoute900
Je pense que la ruralité peut prendre cette voie. Les parisiens aiment représenter les vosgiens comme des arriérés, des chasseurs et des consanguins. Mais ce n’est pourtant pas ce que j’ai rencontré (même s’il y en a sûrement, comme partout en fait). J’étais même plutôt ravie de rencontrer des personnes sensibles et cultivés. Ici, les gens ont plus un goût de la nature, et on peut parler astrologie, magnétisme et fantômes sans passer pour des gens bizarres ou naïfs (ce qui est le cas dans les « villes civilisées »). Le capitalisme et l’idéologie ont récupéré l’astrologie et le tarot pour faire des guidances et du coaching teinté de morale « woke », ce qui dénature terriblement cette science sacrée en partie oubliée (voir encore le chapitre sciences sacrées sciences profanes de René Guénon dans la crise du monde moderne de 1927). Je n’angélise pas le monde rural qui a de nombreux défauts, j’essaie d’observer et de construire dans ma tête un idéal. Ce que j’ai manqué pendant mon adolescence en Seine et Marne était de culture. Aujourd’hui, je souffre de ne pouvoir aisément aller à une exposition sur les Hittites au Louvre ou sur William Blake à Londres. Bien sûr, nous sommes plus mobiles qu’auparavant (quoiqu’avant il existait plus de lignes de train, notamment une ligne sous Napoléon III qui reliait Paris à Plombières les Bains). L’idéal serait d’avoir des lieux artistiques en zone rurale. Pourquoi pas. Alors bien sûr il en existe, comme ici à la Voûte, il y a aussi des squatts (mais la politique tue l’art, même si je suis profondément politique) mais si je poursuis mon idéal, on pourrait voir une exposition comme celle sur Mucha ou sur les préraphaélites par exemple. A Epinal, on a bien le Musée de l’Image et le Musée d’art ancien et contemporain qui accueillent de grands artistes reconnus. A Plombières ils voulaient réouvrir un musée avant le confinement.
.

2011_LaVoute879
.
Selon moi, le problème ou le défi comme disent les bien pensants capitalistes, c’est le public. C’est vraiment un problème, et en fait, cela ne touche pas que les campagnes, car j’ai habité longtemps en région parisienne et j’ai pu voir que les gens n’étaient plus sensibles comme avant. Selon ma théorie, les gens ont trop bouffé de culture de masse et n’ont plus de goût pour les belles choses, ils ne se déplacent qu’en troupeau, mais ne prennent plus le temps de flirter individuellement et intimement avec l’art, ils sont dans la représentation de goûts et non plus dans l’émotion et la sensation, à cause de la société du spectacle actuelle qui t’indique quoi consommer, quoi penser, contre quoi t’indigner selon les hashtags à la mode.
.
tumblr_on11f8IH6P1ufi02po1_1280
.
En ce moment, j’écoute Martin Gore et les titres de Depeche Mode des années d’avant la chute du mur de Berlin, une période très riche musicalement (Martin Gore y habitait un peu). Honnêtement j’ai des coups de mou et cette musique m’a vraiment aidé à me concentrer sur la joie de danser plutôt que sur le prix du panier de course, les factures à payer et l’administratif à gérer. Dans mon idéal, j’aimerai des clubs de musique avec des punk romantiques venant danser sur de la synth pop comme à Londres au début des années 80. Mais aujourd’hui, même à Paris, on ne peut pas dire qu’il y ait foule. J’ai déjà écrit mes notes désespérées sur ce que la gestion sanitaire a tué dans la culture artistique, notamment les artistes les plus précarisés, et je sais que malgré les bonnes intentions des gens, ça ne sera plus comme avant, on ne pourra plus danser. Car je ne veux pas d’un vaccin ARN qui modifie mon ADN, car mon corps a besoin de ce corps non génétiquement modifié pour m’approcher de William Blake et de sa capacité créative à avoir des visions. Le bruit des voitures, l’électricité et la technologie altèrent déjà mon corps (insomnie,…), alors comment pourrais je avoir foi en pire ?
.
2011_LaVoute901
.
En tout cas il est important de « rêver », d’imaginer, pour ensuite construire des idées et proposer des alternatives, car il y a vraiment trop de choses qui ne vont pas. C’est pourquoi rencontrer des gens « en vrai », est important. Je continue de réfléchir à tout ça, il y a tant de propositions, j’ai vraiment besoin d’une énergie créative pour m’ouvrir de nouvelles portes. Il faut trouver des manières à l’art de s’exprimer et permettre de retrouver du lien social et faire naître des oeuvres de génies telles que les chansons de Martin Gore. A la Voûte on réfléchit à d’autres projets et événements possibles, c’est très stimulant !
.
2011_LaVoute897

.

J’expose :

Ou ? :

La Voute, 36 Le Village, 88240 Les Voivres, France

Quand ? :

Du 29 novembre au 29 décembre :  Mercredi à Dimanche, de 13h30 à 18h30
(Je ne serai pas présente toujours)

Combien ? :

Entrée libre et entrez libres

 

Expositions d’Octobre – La Voute

Expositions d’Octobre – La Voute

Pour être honnête, je suis assez triste de la plupart des mesures sanitaires imposée liée au virus. Je fais partie des personnes qui le prend très au sérieux et qui pense que le masque est une bonne chose, même si je sais que pour certains travailleurs c’est très difficile à supporter toute la journée. Depuis toujours je suis pour le fait de prendre soin de son corps et de celui des autres. Je pense que pour se sentir bien dans sa tête, il faut pouvoir se sentir bien dans son corps, et tout le monde n’a pas la chance d’avoir une santé parfaite. Et c’est pour ça qu’il ne faut pas ajouter à ça des difficultés que la vie moderne nous impose (pollution, alimentation industrielle, addiction d’écrans, etc…).
.
.
2010_santamuerte02
.
.
Quand je parle de mesures sanitaires, je ne parle pas des masques, mais je parle des interdictions de rassemblements. Je ne suis pas en mesure de dire que c’est « bien ou mal », je dis simplement que cela à des conséquences sur le lien social, important pour l’individu comme pour le groupe et la société toute entière. Les interdictions portent à la fois sur les moments de détente ou de festivités, comme les bars, les restaurants, mais aussi sur les concerts, le théâtre, les marchés en plein air (au même moment où les supermarchés n’avaient pas les mêmes restrictions,…), les salons, les festivals (comme le festival Les Imaginales auquel je participe avec mon association de Jeux de Rôle « Le Signe Jaune »), mais aussi les expositions,… Cet été je me suis rendue à des salons ou des expositions en visiteur, et malgré tout l’immense travail des organisateurs, le fait de devoir patienter devant les entrées pour pénétrer une salle, ou devoir réserver sur Internet rend le moment moins agréable. Il y a ceux qui s’adaptent, et ceux comme moi qui voient la détérioration de certaines choses de façon amère.
.

.
.
2010_santamuerte06
.

.
Les professionnels (restaurateurs, musiciens, …) perdent leur travail, mais la société perd aussi beaucoup, sans s’en rendre compte à se conformer à une vie en partie rivée devant les écrans pour le télétravail et toute autre interaction. Déracinée de culture populaire et classique, déconnectée de la « vraie vie » se référant à des représentations stéréotypées de la culture de masse (télé réalité, influenceurs,…) de ce que devraient être les choses pour être acceptées socialement peut amener à des souffrances pathologiques (isolement, dépression, obésité, anorexie, phobie, troubles obsessionnels, addictions, etc…). Le lien social est quelque chose de très important, non seulement chez les seniors que cette société moderne délaisse (tout en leur prenant un maximum d’argent), mais aussi pour les jeunes et pour tout le monde.
.
118863303_10220845523821092_6392609409151719082_n
.
.
2010_santamuerte05
.
.

Malgré mon amertume face à ce constat qu’il ne faut surtout pas ignorer (le choix de fermer les yeux est une défaite), je pense qu’il faut tenter de rester debout. Je n’aime ni la fatalité ni le nihilisme et j’ai besoin d’actions. Mon action a toujours été de tenter d’informer sur les menaces de nos libertés et notamment sur la manière dont le capitalisme gouverne nos vies au travers du marketing, de la publicité, de l’injonction à la productivité, de l’exploitation des humains, de la terre et du vivant, du formatage à la concurrence, de la performance (« à s’imposer »), de la mentalité du management, de la société du spectacle Debordienne, etc,… Mon deuxième axe est celui de la création, qui intègre une partie de « spiritualité » (c’est à dire de rapport aux mondes du sensibles, des symboles, des mythes, etc…) et de recherches, informations ou culture.
Evidemment, j’essaie de penser non pas à m’adapter (et encore moins de faire « résilience »), mais à des pistes alternatives, marginales, excentriques et je pense que finalement, se placer en dehors des institutions (censeurs et diffuseurs de la pensée unique capitaliste) peut être une bonne chose.

C’est donc avec le risque permanent que des interdictions nous menacent que je vous fais part de deux expositions ce mois-ci.

.

2010_santamuerte08
.
.

 I – Centre Culturel d’Epinal

.

Je souhaite continuer de m’engager et à participer à la vie locale et je fais partie d’une association intitulée Pigment’T qui présente une exposition collective au Centre Culturel d’Epinal du 19 au 24 octobre 2020. Il n’y aura donc pas de vernissage (ni de repas entre artistes qui demeurent dans mon souvenir de bons moments de convivialité, pas étonnant que le partage de nourriture est le socle commun de bien des civilisations, autre chose que du fast food livré par des auto entrepreneurs exploités (sans protections sociales) par des sociétés « french-tech » comme Uber ou Deliveroo).

.

Ou ? : Centre Culturel, 4 rue Claude Gellée, Epinal, France

Quand ? : 19 au 24 octobre 2020
9h-12h et 14h-18h

(selon les heures d’ouverture vosgienne et tout ce que ça signifie)

Combien ? : Entrée libre

.

J’exposerai une oeuvre : Santa Muerte.

.

2010_santamuerte03

.

L’exposition parle de rêves d’artistes et le Mexique me fait rêver pas seulement pour son climat, (sans ignorer les problèmes de criminalités présents), mais pour sa culture de mélanges syncrétiques qui a su garder une grande part de « magie » et de liens aux mythes, croyances et divinités anciennes.
.
2010_santamuerte04
.

.

Santa Muerte représente la Mort, mais on lui rend hommage pour lui demander protection et guérison (un peu comme si on essayait de soudoyer la Mort pour qu’elle ne nous emporte pas tout de suite). Tout cela dans un esprit festif et coloré, assez éloigné de la culture occidentale moderne qui rejette les représentations de la mort et tout ce qui y fait penser. Santa Muerte a aussi un lien avec les nombreuses personnes marginalisées et populaires (les pauvres, les autochtones) qui ont inspiré et modifié des croyances et des rites déjà présents (cultes indigènes antérieurs à la colonisation espagnoles catholiques). La fête des Morts mexicaine se mélange et se poursuit de la fête anglo-saxonne d’Halloween du 31 octobre jusque la Toussaint chrétienne du 2 novembre, on y construit des autels et on donne des offrandes (nourriture, bougies, fleurs, tabac,…). Aujourd’hui, il n’est pas rare que les personnes se costument ou se déguisent selon ces inspirations. La tête de mort décorée d’éléments floraux est devenue un motif très populaire. C’est ce qui a en partie inspirée ma peinture.

Il s’agit d’un sergé de coton sans châssis peint à la peinture acrylique.
.
2010_santamuerte07

.

.

.
.

II-La fête pour Halloween à La Voute

 

lavoute2

.

Je suis très contente de participer à une association située aux Vouivres pour leur fête d’Halloween.
Il s’agit d’un collectif d’artistes et d’artisans qui travaillent et exposent dans une ancienne maison rénovée : « la Voûte ». Ce que j’aime particulièrement, si ce n’est le fait de rencontrer d’autres artistes et artisans, et de participer (modestement) à tisser du lien social et associatif local est de sentir chez la plupart d’entre eux une certaine sensibilité proche de la mienne où la nature et son environnement sensible et animiste influencent le lieu. Je trouve que ce petit village vosgien est très inspirant. Ses énergies sont propices à la création et la connexion. La présence de la forêt est une grande richesse. La première fois où je suis venue ici, j’ai reçu le message que j’y reviendrai et que ce serait important. Le message s’est révélé juste.

La soirée d’Halloween sera un événement avec plusieurs activités et pour un public familial. Respect des mesures sanitaires demandé : masques et gel hydroalcoolique, distance physique.

.

laVouteHallow

.

A cette occasion j’exposerai plusieurs toiles et quelques cartes de voeux pour préparer les fêtes de fin d’année. Vous pourrez les retrouver du 31 octobre au 30 novembre 2020.

.
2010_santamuerte01

Je pense que pour le mois d’octobre et le thème d’Halloween, et sa symbolique de la fête des morts, pour prendre soin de nos anciens est une bonne occasion pour la présenter.

.

.

Ou ? : La Voute, 36 Le Village, 88240 Les Voivres, France

Quand ? : samedi 31 octobre de 16h à minuit.

Du 4 au 29 novembre :  Mercredi à Dimanche, de 13h30 à 18h30

Combien ? : Entrée libre

 

 

 

Exposition Holy Mane au Casino de Plombières

Exposition Holy Mane au Casino de Plombières

Après les expositions Erotic Art, les stands « Plomb’art« , la manifestation « les peintres dans la rue« , et l’exposition » chez Achille Créations,…

.

1809_affiche_casinoWEB

.

.

j’ai la très grande joie de vous annoncer le début de mon exposition personnelle au Casino de Plombières-les-Bains !

.

41707442_10155987471809217_1944040393037316096_n

.

.

Elle se déroule du 12 septembre au 2 novembre 2018.

.

1809_affiche_casino_banniFB

.

.

L’entrée du Casino est libre et gratuite et ouverte de 10h à 2h du matin. Vous aurez la possibilité d’accéder à la salle de spectacle, au restaurant ou aux salles de jeux, mais vous pouvez aussi simplement admirer mes oeuvres dans le bel écrin luxueux du Casino.

.

.

41721437_10155987483974217_5582167727595847680_n

.

Mes peintures sont visibles de l’extérieur via ces grandes fenêtres situées derrières moi.

.

41521032_10155987471749217_7896682473348661248_n

.

41575487_10155987483769217_652893599461015552_n

.

41702446_10155987483904217_5204982316681658368_n

.

.

Ce Casino prend position dans l’ancien bâtiment rénové de la gare de Plombières-les-bains qui amenait autrefois des passages venu de Paris, pour leur offrir les joies du thermalisme, de la beauté des Vosges et des nombreuses manifestations fastueuses d’alors. Il a conservé cet esprit du voyage et du siècle dernier, le restaurant a notamment le style des anciens wagons.

.

.

17155709_1403571652996449_2062792474657487104_n

.

.

17155870_14035732PhilippeHeulluy01_n

.

photos partagées par Philippe Heulluy

.

Restau_Casino096

.

.

Restau_Casino105

.

Testé et approuvé !

.

.

nuitplombi_115

.

.

Napoléon III a fait beaucoup pour rendre populaire cette ville en s’intéressant aux anciens thermes romains. Il a construit de nouveaux thermes pour les curistes et autres amateurs de sources chaudes. J’aime personnellement ces villes thermales, où semblent danser des fantômes riches et des artistes du passé.

.

.

 

 

 

180220_plomb_243

.

.

1808plomb113

.

.

Plombières-les-Bains

.

.

La ville de Plombières a une aura magique et romantique, avec ses anciens immeubles tombant malheureusement en ruines et sa nature vosgienne particulière. Les saisons et la nature colorent cette ville de façon remarquables, que ce soit le soleil ou la neige, il y a un charme particulier. Cette ville a été nominé « village préférée des français » pour la célèbre émission télévisée de Stéphane Bern.

.

.

180730_plombiere808

.

Pendant la manifestation « les peintres dans la rue ».

.

180730_plombiere852

.

J’avais choisi de peindre l’élgise.

.

180730_plombiere912

.

La peinture est le seul paysage que l’on retrouve dans mon exposition au Casino.

.

.

J’expose toujours quelques oeuvres dans la boutique Achille Créations au 14b rue Lietard au milieu de plusieurs autres artistes et d’un … cartomancien. N’hésitez pas à me contacter si vous y venez, j’aurai le plaisir de vous faire visiter mon exposition.

.

.

180827_achille782

 

.

.

eroti_095

.

Exposition Erotic Art, février 2018 au Clos des Augustins.

.

170709_plombart540

.

Manifestation « Plomb’art » avec mon stand devant l’espace Berlioz, juillet 2017

.

.

170211_eroticart2

.

Exposition Erotic Art, février 2017 à l’espace Stanislas.

.

170211_eroticart495

.

Devant le clos des Augustins, à l’arrière de l’église, février 2017.

.

.

 

exposition Plombières

 

.

plombiere449

.

plombiere439

.

Plombière

.

Le marché de Noël est un moment fort de l’année à Plombières.

.

Le couloir du Casino avec la vitrine de mes bijoux d’art.

.

41626281_10155987483839217_8774011418518224896_n

.

.

41549982_10155987483939217_1650255520365281280_n

.

.

Plombiere365t

 

 

.

Le Casino de Plombères-les-Bains où j’expose jusqu’au 2 novembre 2018.

 

 

Actualité : été des artistes et peintres dans la rue à Plombières

Actualité : été des artistes et peintres dans la rue à Plombières

>>>> Comme chaque année, je serai ce samedi 28 juillet 2018 sur la place des Vosges d’Epinal.

 

.

1807_eda463

(j’essaie de nouvelles poses, qu’en pensez vous ?)

.

.

Vous y retrouverez un stand avec mes peintures, mes illustrations et autres créations textiles. Cet événement s’appelle « l’été des artistes » et est présenté par Pigment’T.

J’y serai de nouveau le samedi 11 Août 2018. De 9h à 18h. Epinal, place des Vosges..

.

.

>>>> Cette année je participe à l’événement intitulé « les peintres dans la rue » organisé par la ville de Plombières-les-Bains.

.

180724_plombi618-com

.

.

Plombières-les-Bains

.

.

180724_plombi605

 

 

.

.

180724_plombi675

.

.

180724_plombi618

.

.

A partir de 10h et cela jusque (peut être) 18h, vous pourrez me trouver en train de peindre la ville. Je ne sais pas encore quelle partie je vais choisir car le choix est difficile parmi tous ces chefs-d’oeuvres d’architecture de thermes, d’hôtels ou de boutiques,…

Rendez-vous dimanche 28 juillet. De 10h à 18h (suivi d’un pot). Plombières-les-Bain, vers l’église.

.

.

.

>>>> Cet été Epinal organise un événement autour du cylco tourisme et accueille de nombreux participants. Pour l’occasion, je serai avec les membres de Pigment’T sur la place Pinau, présentant un stand de mes peintures.

Les lundi 6 et mercredi 8 août . De 16h  21h. Epinal, place Pinau.

Holy Mane dans la boutique Achille de Plombières

Holy Mane dans la boutique Achille de Plombières

 

 

180425_achilles467

.

.

Depuis le mois d’avril, j’ai le très grand plaisir de voir mes illustrations dans une boutique de Plombières-les-Bains.

.

.

180425_achilles476

 

 

.

.

Gun and girl

.

.

180425_achilles477

 

 

.

.

Il s’agit de la boutique d’un tourneur sur bois qui offre une production artisanale tout à fait originale, située dans la rue principale au 14bis rue Lietard .
.

.

180425_achilles546

).

.

Venez découvrir Achille créations, une très belle boutique, pour les amateurs de beaux objets faits mains et les amateurs de bois.

.

.

180425_achilles512

.

.

boutique Plombieres les Bains

.

.

Vous  y découvrirez quatorze de mes illustrations, réparties partout et même dans la vitrine.

.

.

180425_achilles478

 

.

.

180425_achilles480

 

 

.

Aquarelle "Laou Haraou"

.

.

180425_achilles483_

.

Vous pouviez déjà voir ces photos, partagées sur ma page facebook. N’hésitez pas à partager si vous aimez.

.

180425_achilles509

.

fiberart_326

.

.

180425_achilles485

 

.

.

oilpainting dendrobate

.

.

180425_achilles523

.

.

Dans les Vosges, nous avons des pins de Douglas, vous savez les arbres qui viennent d’Amériques et qui ont une odeur si particulière que remarquait l’agent Dale Cooper. Ambiance Twin Peaks de Lynch made in France.

.


.

.

180425_achilles487

 

.

.

180425_achilles519

 

 

.

 

Fille Lys Crane

Fille Lys Crane

.

.

180425_achilles522

 

.

.

180425_achilles503

.

.

Fille Lys Ciseaux

Fille Lys Ciseaux

.

Retrouvez la plupart de mes illustrations dans la rubrique portfolio et n’hésitez pas à m’écrire si vous êtes intéressez par certaines peintures ou si tout simplement vous voulez me commander une illustration.

.

.

Exposition à Raon-l’Etape

Exposition à Raon-l’Etape
Hier avait lieu l’inauguration à l’espace Emile Gallée de Raon l’Etape (Vosges) de l’exposition « les jardins décalés ». Une exposition sur le thème de l’Asie et du Japon en particulier.
.
.
180427_Raon701
.
.
180429_raon867
.
.
J’avais donc travaillé sur le thème du Japon et de l’érotisme pour également présenter mon oeuvre textile « La jeune fille et le spectre » à l’exposition Erotic Art de Plombières-les-Bains. Je suis replongée dans mes vieilles amours à travers les ambiances erotique-grotesque de Suehiro Maruo et de l’angura de Shuji Terayama, j’y ai ajouté une dose de fantômes inquiétants dont raffolent les japonais pour créer cette oeuvre que j’aime beaucoup. Le photographe Laurent Braun exposait quant à lui un travail tout aussi fantomatique ou chamanique s’inspirant des ombres du butô.
.
.
180429_raon_878
.
.
180429_raon887
.
.
Un texte explique ma démarche, que j’accompagne de cartes de visites et de brochures expliquant mes services d’illustratrice et d’artiste textile. Ces brochures sont bien parties. Sous mon oeuvre, j’ai posé un katana et deux (fausses) chrysanthèmes. J’étais habillée le jour de l’inauguration d’un kimono offert il y a une dizaine d’années par une amie japonaise.
 .
Lors de l’inauguration j’ai expliqué ma démarche aux élus présents pour l’événement : le maire de Raon-L’Etape et ses adjoints, le maire de Saint Dié et président de cette communauté d’agglomération,… Je ne m’étais pas du tout préparé à cela mais ma tenue m’a donné confiance pour leur parler de cette oeuvre qui repousse mes petites limites de ma triste auto-censure. Erotisme, mort, esprit fantôme, guerre, nationalisme. A notre époque où les préraphaélites choquent, je me dis que je m’expose aux premières lignes, sans vouloir m’octroyer la position d’avant-garde. Plus personne ne s’y ose aujourd’hui et cela trahit le démantèlement du rayonnement artistique français.
.
.
180429_raon913
.
.
180429_raon917
.
.
Ces dernières semaines je suis très occupée et les expositions s’enchainent pour mon plus grand plaisir. Les efforts à nouer des liens et des contacts  les années précédentes sont enfin récompensés. Ma stratégie est de promouvoir mon travail au niveau local, pour mes illustrations ou mes créations textiles il est important de pouvoir les voir en vrai. Une exposition ne s’improvise pas, c’est un long travail sur plusieurs mois voire années qui parfois n’aboutit pas. Pour beaucoup, les artistes sont des bohèmes qui attendent que les choses leur tombent dessus, (en tout cas c’est comme ça que certains me décrivent) mais cela est bien loin de la réalité (en tout cas pour la plupart). Ce qui ne se voit pas, n’est pas pour autant une absence de travail ou de la détente. Ainsi le travail de recherche et de réflexion, les longs mois passés sur une oeuvre détail par détail, pratiquer ses gammes c’est à dire son oeil, sa main, son trait, le travail administratif et la lecture des livres sur la gestion de son entreprise, les rendez vous dans les administrations kafkaïennes, trouver des prestataires sérieux (je cherche toujours l’imprimeur de mes rêves), rencontrer les professionnels ou les responsables culturels sont bien plus le quotidien des artistes professionnels. Par professionnel, j’entends le fait de reverser une partie de notre chiffre d’affaire à l’Etat et à un organisme tel la MDA quand on réussit à vendre le fruit de notre travail. C’est bien évidemment une obligation juridique dont on se passerait bien, mais c’est la réglementation.
.
.
180429_raon_907
.
.
180429_raon872*
.
.
J’ai conscience que mon travail ne s’adresse pas à tout le monde, en marketing on parle de cible. Un produit est mieux vendu quand on le construit à travers une réflexion liée à une catégorie d’individus. Le message et donc les moyens de communication seront différents si on vend des couches ou des marteaux. Pour ma part, mon travail s’adresse à un public plutôt cultivé et raffiné, ou qui a déjà fréquenté un musée ou ouvert un livre d’art de son propre choix. Ce qui réduit finalement considérablement la population. Ce n’est pas un jugement de valeur, mais une observation objective et je croise très souvent des personnes fières de ne pas fréquenter ces ennuyants musées. Ensuite, j’aime les détails et cela ravit une portion encore plus réduite, et pour finir j’aime le côté romantique sombre, ce qui est bien plus souvent un frein à beaucoup de monde, effrayé par je ne sais quoi ou superstitieux que de voir du sombre va rendre leur vie (plus) déprimante. J’aime les films, la littérature, la musique romantique et sombre mais ce qui rend ma vie déprimante n’est pas l’art, mais plutôt les obligations du quotidien comme faire mes courses dans un hypermarché (et pourtant si on écoutait ce qui attire le plus grand nombre, ce serait de dessiner des produits de consommation avec des couleurs primaires et secondaires présentés par des filles à la peau lisse et souriante).
.
.
180429_raon933
.
.
180429_raon939
.
.
Dans mon travail, ou dans celui de créer un objet, on apprend très vite que le beau universel n’est pas spécifiquement la meilleure chose à rechercher. Dans ma formation de stylisme, on nous forme à créer des objets pour une gamme, que ce soit grandes distribution ou Haute Couture, et cela en dehors de tout affect personnel. Bien sur il faut faire des choses que l’on aime, mais ce n’est pas du tout un problème qu’une partie du public n’aime pas notre travail. Ainsi quand Karl Lagerfeld fait du Chanel, ou du Fendi ou du Lagerfeld, les vêtements sont assez différents, même s’ils restent à l’intérieur de la gamme luxe. Mais c’est tout à fait normal si chacun préfère ceci ou cela.
.
.
180429_raon923
.
.
J’explique cela car parfois les visiteurs ont envie de dire qu’ils n’aiment pas ce qu’ils voient. Quand on est professionnel comme moi, dans le sens où l’on a suivit une formation dans ce secteur, c’est tout a fait normal qu’il y ait des personnes qui n’aiment pas et cela ne me touche pas. Après, quand on crée pour un client et que celui ci n’aime pas, c’est qu’il y a eu un problème de brief dans le procédé créatif mais c’est autre chose.
Je vois souvent de vieilles dames vouloir insister pour me dire qu’elles n’aiment pas ce que je fais. C’est quelque chose que je comprends sans la moindre sensiblerie car mon travail n’avait pas choisi de plaire à cette cible. En fait, ça m’amuse de connaître les commentaires de chacun, et c’est hélas parfois très prévisible.
Bien évidemment toutes les vieilles dames n’ont pas toutes les mêmes goûts, celles qui osent avoir le leur, et s’affranchir de ce que la société choisit pour elles sont souvent très intéressantes et j’apprécie discuter avec elles. Mais celles qui ont pourtant connus les années 70 et se choquent de voir un sein nu peint, je me demande ce qu’elles faisaient à cette époque.
.
.
180429_raon944
.
.
L’exposition a lieu jusqu’au 13 mai 2018.
Espace Emile Gallée de Raon l’Etape.
les samedis 10h-12h 15h-19h
dimanches et mardi 15h-19h
.
.
Si vous passez à Raon l’Etape, prenez le temps d’admirer ces architectures de 1968 par Haüserman, le museumhotel situé sur une petite île (elles ne sont plus visitables mais elles sont à vendre)
.
.
180426_Raon731
.
.
180426_Raon733
.
.
180426_Raon751
.
.
Et si vous aimez les belles choses comme des murs en marbres et de la ferronnerie et des vitraux Art Déco, profitez d’un séjour au château-Robert.
.
.
180426_Raon833
.
.
180426_Raon850
.
.
exposition art textile Raon l'Etape

Atelier tissage végétal

Atelier tissage végétal
Retour sur un atelier sur le tissage que j’avais animé avec la Maison de l’Environnement d’Epinal le 2 novembre 2016.
Cet atelier s’inscrivait dans le cadre d’une semaine sur la réduction des déchets. La préservation de la nature et les questions environnementales sont des sujets qui me tiennent à coeur.
.
.

atelier tissage

 

.

.

.

.

 

Epinal est une ville très fleurie qui détient une bonne note au label de qualité de vie, Villes et Villages Fleuris.
J’avais donc proposé de venir récupérer des fleurs et des branches jetées mais encore jolies et présentables pour en faire des tissages à la main. A savoir que dans tous les cas ces matières végétales sont compostées sur le site des serres de la Ville. Rien ne se perd, tout se transforme.
.
.
La Maison de l’Environnement, soucieuse de sensibiliser la population à ces sujets avait donc proposé un atelier ouvert à tous, de tout niveau manuel. Cela permet aussi de participer au lien social de manière local.
.
.
180226_temp_arttex_4
.
.
L’atelier consistait à présenter la technique du tissage à la main dans sa forme la plus simple, accessible, économique et ré-utilisant des matériaux de récupération (carton, ficelle,…). Le matériel était mis à disposition mais chaque participant se devait de fabriquer son propre métier à tisser, c’est à dire la structure permettant de tendre des fils verticaux (les fils de chaine), pour pouvoir ensuite insérer des fils, fibres ou végétaux entre les fils de cette chaine.
.
.
fiberArt_957
.
.
Ainsi en levant un fil de chaine sur deux, on peut insérer ce qu’on appelle le fil de trame. Cela crée ce qu’on appelle une armure toile. On peut complexifier le tissage en levant un fil sur trois, par exemple et on obtient une armure différente (sergé). Mais l’armure toile est la simple et la plus solide.
Dans le tissage on peut toujours faire plus compliqué, mais il est nécessaire pour cela de passer par la base.
.
.
180226_temp_arttex_2
.
.
Pour créer ce métier à tisser, il suffit de cranter au ciseau régulièrement (tous les 1 cm par exemple), le carton en haut et en bas (tenu verticalement, c’est à dire en format portrait). Ensuite il faut insérer le fils de chaine dans ces crans.
.
.
FiberArt_993flou
.
.
Partager mon expérience du tissage et des arts textiles est une chose qui me plait beaucoup. J’ai pu animer des ateliers régulièrement et ponctuellement avec des publics différents. La seule contrainte est d’aimer un minimum les travaux manuels ou d’être curieux sur la façon dont sont construits les objets du quotidien, c’est à dire le tissu, que l’on retrouve partout autour de nous. Cela favorise la dextérité, le sens de la composition, du rythme, des couleurs mais aussi des matières dans une dimension tactile du réel, dont on manque souvent dans nos sociétés de consommation. Cela oblige un minimum la concentration et la patience, même si l’on peut aisément discuter et se détendre pendant l’activité sur des formes simples.
.
.
180226_temp_arttex_6
.
.
J’ai remarqué que le public était souvent curieux face au tissage, et cela de façon inter-générationnel. Beaucoup de personnes ont des souvenirs quant à cette pratique, souvenir de famille, professionnel, créatif, etc… Le besoin d’échanger des souvenirs est très palpable et intéressant. Le tissage est une pratique à la mode, les entreprises de loisirs créatifs l’ont très bien compris. Cela peut être un loisir, une passion, comme de la création ou une profession artistique ou artisanale. Le monde contemporain a un grand besoin de créer par soi même des objets facile à faire. La satisfaction de créer des choses est une véritable demande, il n’y a qu’à voir le nombre de livres et de kits qui ressortent depuis quelques années sur le sujet.
.
.
180226_temp_arttex_3
.
.
fiberArt_049det
.
.
Le tissage peut être décoratif, accroché sur un mur de type tissage mural, grand ou petit. Il peut servir à être cousu en accessoires : pochettes, bijoux, ou intégré dans des travaux plastiques.
.
Cet atelier durait deux heures, permettant de repartir avec ses créations décoratives. Selon les matières utilisées, le tissage pourra être éphémère (pour décorer Noël par exemple) ou permanent.

.

.

180226_temp_arttex_5

.

.

fiberArt_047

.

fiberArt_049

.

.

Les journaux l’écho des Vosges, Vosges Matin et le web-journal epinalinfos avaient partagé cet événement :

.

.

161103_VosgMatin

.

.

 

161102_EpinalInfo

 

 

 

 

 

Marché de Noël de Plombières les Bains

Marché de Noël de Plombières les Bains

J’ai visité Plombières les bains, une ravissante ville perdue dans une vallée des Vosges aux accents de parfums du passé.

 

plombiere389

 

plombiere396

 

plombiere394

 

On sent une belle activité XIXème siècle entre architecture Second Empire et Arts Nouveaux. Comme son nom l’indique la ville est réputée pour ses thermes d’eaux chaudes.

 

plombiere409

 

 

 

 

 

 

plombiere407

 

Plombiere

 

plombiere415

 

plombiere410

 

J’aime bien ces petites animations de « fermes », je suis comme une enfant devant les animaux.

 

Quelques images video :

 

 

On trouve trace également d’exploitation de ces eaux dès la période gallo romaine.

Comme beaucoup de ville thermale, on y trouve un casino, qui a pris place dans l’ancienne gare, construite en 1878 et fermée un siècle plus tard. A l’époque on pouvait rejoindre Paris en 6h.

 

plombiere403

 

plombiere424

 

plombiere420

 

plombiere423

 

plombiere444

 

 

Malheureusement, malgré une activité présente concernant des galeries d’art et d’antiquité, la population semble baisser et abandonner les belles demeures.

 

 

 

 

 

plombiere397

 

plombiere429

plombiere439

 

plombiere449

plombiere452

plombiere453

plombiere454

plombiere456

plombiere457

plombiere463

plombiere465

plombiere467

plomiere419

 

Exposition place des Vosges – Ete des artistes I

Exposition place des Vosges – Ete des artistes I
Samedi 20 août 2016 avait lieu ma première participation à l’événement « l’été des artistes », sur la place des Vosges d’Epinal.
.
.
1608_etedesartistes612
.
Moi et mon stand.
.
.
1608_etedesartistes592
.
.
C’est l’association Pigment’T qui organise chaque été un rendez vous sur cette place emblématique de la vieille ville tous les samedis de juillet et août.
.
.
1608_etedesartistes643
.
1608_etedesartistes647
.
.
.
J’aime beaucoup le charme de cette place entourée d’anciens bâtiments comme la Galerie du Bailli de style renaissance (XVIIème s.) classée monument historique ou encore dans un style « arts nouveaux » la pharmacie conçue par l’architecte François Clasquin en 1904 qui a aussi créé le marché couvert, également classée. Si vous êtes de passage dans les Vosges et êtes amateur de patrimoine, n’hésitez pas à vous poser à la terrasse de la Brasserie du Bailli ou de la Brasserie du commerce ou encore manger des crêpes (bretonnes) pour admirer cette place.
.
.
panorama-sans-titre1
.
.
Place des Vosges Epinal
.
.
Nous étions plusieurs artistes et artisans d’art à exposer dans des stands. Voici le mien.
.
.
1608_etedesartistes565
.
1608_etedesartistes572
.
1608_etedesartistes574
.
1608_etedesartistes576
.
1608_etedesartistes579
.
.
On pouvait voir mes dernières peintures à l’huile, ainsi qu’une gouache, des estampes de gravures et autres produits dérivés (cartes postales, miroirs, badges,…).
.
.
1608_etedesartistes596
.
1608_etedesartistes598
.
1608_etedesartistes602
.
1608_etedesartistes603
.
1608_etedesartistes607
.
.
J’avais commencé à dessiner la rue pour une aquarelle, à l’instar des « peintres dans la rue » de Bourbonne les Bains.
.
.
1608_etedesartistes653
.
1608_etedesartistes609
.
1608_etedesartistes614
.
.
Il y avait également des photos de Laurent Braun à côté de ma gouache « Esturgeon » et de mes travaux de Fiber Art « third eye » et « Kybele« .
.
.
1608_etedesartistes620
.
1608_etedesartistes625
.
.
Ce jour là une petite pluie rafraîchissait l’été.
.
.
1608_etedesartistes628
.
J’ai réalisé des photographies panoramiques.
.
.
1608_etedesartistes640

Exposition 2016 à la galerie du Bailli (photos)

Exposition 2016 à la galerie du Bailli (photos)
Voici un compte rendu en images de l’exposition à la galerie du Bailli à laquelle j’ai participé dernièrement et qui s’est terminée le 10 janvier 2016.
.
.
IMG_20151230_183340
IMG_20151230_183859
IMG_20151230_184832
J’ai présenté deux dessins à l’encre de Chine et lavis, un estampe de gravure sur zinc et une estampe de linogravure.
 946751_811512808971169_7151452494469006933_n
1451398_811516098970840_4993764053753733047_n
1606902_811512465637870_2080094927183782113_n
1918207_811512598971190_6152625443599598661_n
L’exposition avait pour fil conducteur le noir et blanc, il y avait des dessins, des gravures, de la sculpture, des photographies, de la céramique et du fiber art (ou art textile).
.
.
.
IMG_20151230_183149
IMG_20151230_184825
 .
 .
C’était d’ailleurs l’occasion de présenter notre atelier Fiber Art Epinal avec Sophie qui nous a fait un discours. Cet atelier est actuellement déjà commencé et mis en place et je suis excitée par la direction qu’il prend, m’encourageant moi même à créer d’avantage avec ce media textile que j’aime tant.
.
.
1930583_811512028971247_3603920544772960017_n
exposition Holy Mane
.
.
Extrait de la présentation de l’atelier Fiber Art Epinal lors du vernissage de l’académie d’arts plastiques d’Epinal à la maison du Bailli le 30 décembre 2015 par Sophie.
.
.

.
.
IMG_20151230_184345
IMG_20151230_183906
exposition Holy Mane Bailli
 .
 .
 .
Moi qui fait la pose dans la galerie vide.
.
.
IMG_20160105_155828
IMG_20160105_160223
IMG_20160105_160404
 .
 .
Les photos sans logo sont celles de Skapal.

summertime happiness

summertime happiness

J’aime beaucoup l’été, surtout après ce premier hiver dans les Vosges où je ne pouvais quitter mes sept épaisseurs de vêtements. Il fait froid en hiver mais également très chaud en été, la canicule n’épargne pas l’est de la France.

Le rebord de ma fenêtre :

plants_027

 

Mon basilic pourpre (qui ne l’est plus vraiment).

plants_880

plants_883

 

Profiter des bois est un bonheur incroyable, ça me délasse de l’écran de l’ordinateur et des impératifs du quotidien. (En ce moment je prépare une journée d’exposition de mes récents dessins dans un parc et les préparatifs sont un peu épuisants). Cela m’aide à mieux dormir, à mieux respirer, à être mieux et enfin je me répète, la nature est une source d’inspiration incroyable, et elle se renouvelle à chaque instant. Récemment, sur une plage de rochers près de chez moi, j’essaie d’observer la Moselle et de voir venir les esprits des eaux. Je travaille ma sensibilité, j’ai encore du chemin à faire pour cerner l’invisible. Il faut que je leur dédie des peintures.

 

Sur les bords de la Moselle

nature_372

nature_380

 

nature463

 

Une plage de caillou

nature_394

 

nature_445

nature_400

 

 

nature_480

nature_415

 

nature_467

 

nature_493