Marché de Noël de Plombières les Bains

Marché de Noël de Plombières les Bains

J’ai visité Plombières les bains, une ravissante ville perdue dans une vallée des Vosges aux accents de parfums du passé.

 

plombiere389

 

plombiere396

 

plombiere394

 

On sent une belle activité XIXème siècle entre architecture Second Empire et Arts Nouveaux. Comme son nom l’indique la ville est réputée pour ses thermes d’eaux chaudes.

 

plombiere409

 

 

 

 

 

 

plombiere407

 

Plombiere

 

plombiere415

 

plombiere410

 

J’aime bien ces petites animations de « fermes », je suis comme une enfant devant les animaux.

 

Quelques images video :

 

 

On trouve trace également d’exploitation de ces eaux dès la période gallo romaine.

Comme beaucoup de ville thermale, on y trouve un casino, qui a pris place dans l’ancienne gare, construite en 1878 et fermée un siècle plus tard. A l’époque on pouvait rejoindre Paris en 6h.

 

plombiere403

 

plombiere424

 

plombiere420

 

plombiere423

 

plombiere444

 

 

Malheureusement, malgré une activité présente concernant des galeries d’art et d’antiquité, la population semble baisser et abandonner les belles demeures.

 

 

 

 

 

plombiere397

 

plombiere429

plombiere439

 

plombiere449

plombiere452

plombiere453

plombiere454

plombiere456

plombiere457

plombiere463

plombiere465

plombiere467

plomiere419

 

Oilpainting Dendrobate

Oilpainting Dendrobate

Comment survivre dans la jungle quand on est un petit lapin ?

Je vous présente une peinture à l’huile réalisée l’année dernière entre le mois de mai et juin 2015. Je pensais faire une note après l’avoir encadré, mais je ne l’ai toujours pas fait donc je la partage maintenant (ce qui n’est pas trop tôt).

.

.

15_dendro

 

 

 

 

.

.

Je travaille toujours sur plusieurs projets en même temps et organise mon emploi du temps pour pouvoir faire un maximum de choses, la peinture à l’huile est une discipline qui prend énormément de temps quand on aime peindre dans le détail et le réalisme comme je le fais. C’est pourquoi cette note aurait du être écrite il y a plusieurs mois et qu’il y a beaucoup d’autres créations qui attendent d’être publiées ici, et pourtant je trouve que je prends déjà beaucoup trop de mon temps pour gérer ma communication. Malheureusement c’est le minimum et la priorité de nos jours quand on est artiste.

.

.

15_dendro-det

.

.

L’hyper-réalisme est un style qui me fascine, j’ai bien sur bien entendu mes leçons d’arts plastiques me demandant de répéter que la peinture n’était plus en quête de réalisme depuis l’invention de l’appareil photo, que le concept prévalait, que le geste et l’impulsif était « mieux », que le style devait être reconnaissable et simple voire brut pour le public, mais j’ai préféré écouter mes émotions toutes impressionnées devant la technique de certains peintres du passé et contemporains.

.

.

Work in progress :
.

2015-05-09-18.23

.

.

Cela ne m’empêche pas d’avoir un style graphique bien à moi, mais j’ai du mal à me répéter dans une recette commerciale toute trouvée, je préfère repousser mes limites techniques, graphiques, explorer des voies, pour moi c’est cela la création, ce n’est pas la répétition. Bien sur pour vendre il faut savoir s’adapter à ses clients, mais l’un n’empêche pas l’autre. Certaines mauvaises langues aimeront à dire que je n’ai pas « trouver mon style », mais en effet pourquoi s’enfermer dans un truc qui n’évolue plus par prétention d’imposer une formule à la mode ? Dans le travail d’un artiste, et surtout dans celui d’un designer (d’un technicien des arts appliqués en sorte), il est important de faire un travail commercial mais aussi en parallèle un travail personnel. C’est pourquoi je peux très bien m’adapter à une demande en matière de pattern design (ou design textile) tout en gardant ma passion et mon plaisir dans ma création mais aussi avoir le goût du perfectionnisme démodé en gravant des plaques ou en peignant à l’huile comme je le fais.

.

.

2015-05-09-21.54

.

.

Je me suis inspirée de plusieurs éléments pour réaliser cette peinture, tout d’abord je cherchais à m’identifier à un petit animal d’apparence inoffensive sans l’être. Quand je me promène dans la rue et que je suis dans la foule, (magasins, transports,…) arrive souvent ce moment où quelqu’un s’approche trop près de moi, parfois se frotte ou me bouscule complètement. Si vous faites moins d’1m 70 ou moins de 55 kilos ou que vous êtes une femme, vous devez probablement savoir de quoi je parle, évidemment ce genre de choses arrivent rarement à un mec hyper musclé avec un sourire à l’envers, bizarrement. Je ne suis pas en train de me plaindre, je dresse objectivement le décor de ce qu’il se passe dans la rue. Il suffit de se placer à un endroit et de regarder, j’ai souvent assisté à ce genre de scènes dans le métro. Les gens sont conditionnés à être polis mais on remarque vite avec un peu d’observation qu’ils sont souvent, derrière leurs sourires hypocrites, frustrés de ne pas pouvoir montrer un signe de domination et de sadisme. Certains s’achètent des grosses voitures, d’autres vont vous doubler à la boulangerie avec un air incompris tout en vous marchant sur les pieds « sans faire exprès ». Les gens. Bien évidemment il existe aussi des gens qui ne sont pas ainsi, qui créent sans abuser de personne, et ces gens m’inspirent.

.

.

2015-05-09-22.47

.

.

De ce constat, j’ai voulu me concentrer sur un animal qui se défend quand on le touche. J’arrive à me projeter dans les animaux qui ne sont pas des prédateurs et j’aime assez observer leurs comportements. J’ai donc pensé à cette magnifique petite grenouille bleue qui s’alimente de plantes lui permettant d’avoir une peau venimeuse. Certaines personnes possèdent des terrariums avec ces créatures, mais leur nourriture « reconditionnée » réduit leurs venins.
Pour me sentir protégée, je devais donc m’inspirer de ces batraciens et leur donner vie par la peinture.
.
.
2015-06-11-17.57
.
.
J’ai également voulu mettre dans ma peinture des moments importants pour moi. Je travaillais sur une régression, sorte de rêve éveillée et j’ai eu une vision très étrange. J’étais dans une forêt luxuriante, je semblais vieux, avec une peau sombre, je ramassais des feuilles et veillais à ce que personne ne me voit. J’ai regardé la rivière et j’y ai vu une créature très étrange, cette créature c’était également moi, et elle se transformait de façon indescriptible un peu comme si Tetsuo d’Akira rencontrait des divinités précolombiennes. J’ai interprété cette vision comme étant en amazonie, j’étais une sorte de shaman guérisseur qui se transformait (en ayant consommé ou non). C’était une vision tellement hallucinée qu’elle m’est apparue comme importante. Du coup je me suis d’avantage sensibilisée auprès des peuples amazoniens malheureusement menacés.
.
.
Les personnages de ma vision ressemblaient à ce peuple, les Yanomami.

oilpainting dendrobate

.

.

J’ai vu le travail d’une peintre qui m’a interpellé car ces personnages ressemblent assez à celui de ma vision. J’aimerai savoir ce qui la pousse à peindre cela, également j’aime bien sa technique, mais bizarrement je suis moins touchée par son style moins sensible. Elle s’appelle Hannah Faith Yata.

.

.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

.

Ma peinture représente une sorte de shaman pouvant se transformer en grenouille venimeuse face aux prédateurs de la jungle. La grenouille n’attaque pas mais se défend, c’est quelque chose que j’essaie d’intégrer en moi avec ce processus magique et artistique.

.

.

2015-06-11-20.29

 

2015-06-11-20

 

 

 

Peinture à l’huile – « Cavalière »

Peinture à l’huile – « Cavalière »

Je n’avais pas encore publié ici ma peinture à l’huile nommée « cavalière ».

.

cavalière peinture à l'huile

.
.
Elle m’est chère car c’est la première peinture que j’ai réalisé l’année dernière, ma reprise de l’huile après plusieurs années de pause. Pour certains la pratique de la peinture est une évidence, une facilité, mais pour moi chaque chose que je fais est soumis à de grandes réflexions et hésitations. Je me disais qu’il fallait que je produise plutôt des objets d’arts appliqués que des objets d’arts plastiques, car je n’osais pas m’affirmer en tant qu’artiste plasticienne (alors qu’il y a quelque chose de moins prétentieux de se définir en tant que technicien du design).
C’est aussi mon milieu social plutôt populaire et très peu réceptif à l’art qui m’a mis en tête que l’art n’était pas un vrai métier, à peine une occupation qui en vaut la peine. Il a été très difficile pour moi de m’autoriser à écouter qui j’étais, c’est à dire une créatrice. L’étiquette d’artiste est également floue, remplie de préjugés et d’amalgames, et c’est finalement en observant la place que les artistes occupaient dans d’autres pays que je me suis dit qu’il ne fallait pas que je me soucie trop de ces « on dit » typiques à la France et d’autres pays qui délaissent leur histoire et leur civilisation.
.
.
cavalière peinture à l'huile
.
.
La pratique d’un art est autant difficile dans sa technique, son sujet que dans sa réception dans une société matérialiste.
J’ai donc réussi à me libérer de certaines censures en me lançant de nouveau dans la peinture à l’huile, qui demande une quantité d’heures de travail pour un résultat souvent incertain. (Comme la broderie d’ailleurs).
J’ai ici débuté par l’exercice de reproduire un paysage de forêt d’automne. Le paysage est souvent un sujet mineur, mais c’est important de le maitriser un minimum. J’ai réussi à laisser le pinceau improviser le feuillage, je suis passée par le couteau pour tenter des effets plus graphiques, puis je suis revenue au pinceau. J’ai également suivi les conseils d’une artiste peintre de la région.
.
.
.
cavalière peinture à l'huile forêt automne
.
.
Quand cette forêt était terminée je n’ai pas pu m’empêcher de lui ajouter un personnage, que j’ai voulu quelque peu mystérieux. Je travaillais déjà sur une gravure à la pointe sèche de cavalière, exposée en décembre dernier et j’ai voulu la représenter ici dans une toute autre technique. Je lui ai ajouté un halo rouge pour faire ressortir ce côté étrange et fantomatique.
.
.
.
cavalière gravure
.
.
.
J’ai terminée cette peinture en hiver et je l’ai présenté à l’exposition de la Maison des Associations d’Epinal à la place de « Dendrobate » car celle ci était encore trop fraiche pour être exposée dans un lieu où je ne pouvais maitriser la qualité et le soin de l’accrochage et du déroulement de l’exposition. (Le professionnalisme et le soin des expositions est un vaste sujet auquel j’ai malheureusement du faire face pour une exposition à Paris).
.
.
cavalière peinture à l'huile forêt automne
.
Cavalière, 2014.
Peinture à l’huile
29cm x 39 cm.

« Natures délicates » dessins de Manoly aka Holy Mane

« Natures délicates » dessins de Manoly aka Holy Mane

Ce jeudi 18 septembre 2014 avait lieu a Epinal l’inauguration de mon exposition au bar de l’Hôtel le Carabas, 7 rue Paul Doumer.

expoHolyMane_6121

expoHolyMane_6054

J’ai sélectionné une quinzaine de mes dessins, de mes plus récents à des plus anciens de quatre ans. Il y a des dessins à la plume (animale et métallique), en noir et blanc ou en couleurs, réalisés à l’aquarelle ou colorés numériquement. Il s’agit donc d’originaux et d’impressions couleurs de la taille A3 au format carte postale. Ces dernières sont au prix de quatre euros, trente pour les impressions A3 et cela va jusque 180 pour une aquarelle originale en couleur.

expoHolyMane_6075

« fille et pieuvre »
« visage et pistolet« 

expoHolyMane_6088

« Chrysanthème Jourdan« 

expoHolyMane_6050

« Hedi NB« 

On peut voir en majorité des portraits dans un style réaliste, associé avec des éléments décoratifs naturels (végétaux, animaux,…). Tout cela s’exprime dans une ambiance poétique et mystérieuse, à la fois délicate et élégante, ce qui a donné le titre de l’exposition « natures délicates« . J’imagine qu’on remarque mes inspirations, comme les anciennes gravures (Van Dyck), les préraphaélites (Waterhouse), la Belle Epoque, les dessins de mode rétro (Erté, Gruau) et actuels, j’aime les choses anciennes et les atmosphères nostalgiques et intemporelles. J’aime aussi imaginer un monde de l’enfance doux avec des animaux qui seraient des sortes d’esprits totem présents pour nous protéger ou nous accompagner dans notre quête de nous-mêmes.

expoHolyMane_6039

« axo« 

expoHolyMane_6172

« petite chèvre« 

La nature est très inspirante pour moi, elle m’apaise et me stimule. Je pensais auparavant (habitant la région parisienne) être une éternelle citadine, mais ma nature profonde a besoin de se connecter à des aspects plus puissants et authentiques. J’aime la vie ici, celle qui se ressent entre le fleuve et les forêts. Cela crée un lieu vibrant, on peut aussi sentir la force des montagnes éloignées. La nature peut redonner l’humilité à l’homme et lui permettre d’aller puiser au fond de lui ses inspirations plutôt que de s’aligner à un rythme déshumanisant.

expoHolyMane_6025

accrochage

expoHolyMane_6071

J’aime beaucoup l’ambiance du Carabas, à la fois chic, capitonnée, accueillante et chaleureuse avec ces tables de belles ferronnerie et de marbre vert, ses chaises en bois et ses banquettes de cuir couleur chocolat. Situé au cœur de la ville des images, le long de la Moselle, disposant à la fois d’une grande baie vitrée laissant pénétrer le soleil et de banquettes arrondies dans des alcôves plus intimistes. Ce lieu ressemble à un décor de films ou de romans et j’y ai été surtout très bien reçue (ce qui est, ceux qui me connaisse le savent, un point très important).

expoHolyMane_6077

« fille lys« 

expoHolyMane_6063

expoHolyMane_6130

J’ai d’ailleurs été surprise de réaliser une vente dès les premières minutes, je suis toujours touchée de voir des personnes ayant des coups de cœurs pour une de mes créations.

Le Carabas est également un lieu de vie : un lieu où se crée la vie, où se croisent des personnes, où se tissent des liens. C’est idéal pour une exposition, pour les personnes désireuses de voir mon travail de leurs propres yeux, sans écrans interposés, de manière frontale et encore une fois vivante. J’espère vous croiser là bas, surtout n’hésitez pas à venir visiter cette jolie ville qui avance doucement vers l’automne.

    expoHolyMane_6057     expoHolyMane_6086  expoHolyMane_6089

expoHolyMane_6093

expoHolyMane_6097

entre la place des quatre nations et la place Jeanne D’Arc.

expoHolyMane_6120

expoHolyMane_6185