Illustration dystopique 2 La machine à bébés

Illustration dystopique 2 La machine à bébés

Retrouvez la première partie ici.
Deuxième partie

.

.

Voici ce que j’écrivis sur les réseaux sociaux pour expliquer mon illustration :

Je peins cette illustration en décembre 2018.

La terre mérite des personnes qui la protège, pas des exploiteurs, la seule méritocratie que je respecte est celle de la terre. J essaie de dessiner ce qui me dérange a cause d un texte sur Deep Green Resistance disant qu un artiste se devait de se soumettre au combat politique… Je déteste les propositions d art engagé, trop faciles, impersonnelles, hypocrites et récupérées par les institutions donc consensuelles. Je préfère dessiner la beauté, mais j ai cette rage en moi que je dois matérialiser d une façon et je ne sais pas le faire par la violence. Au lieu de représenter la laideur du capitalisme j essaie de représenter des héroïnes qui se battent contre ce soit disant « progrès », sabotent le système répressif dans lequel un humain sensible et honnête ne peut avoir une vie décente s il n a pas les capitaux ou l esprit sociopathe de dominateur.

.

IMG_20181126_152606

.

Le besoin de s en prendre a la biotechnologie tant que le capitalisme ne nous y a pas encore rendu dépendant. Car ce n est pas la technologie ou l industrie que je critique mais son application par le capitalisme (la marchandisation) voire le militaire.

Ce matin j entends sur France inter que la Chine aurait mis au monde les premiers bébés génétiquement modifiés, en même temps que je faisais cette illustration, pour moi ce n est pas une simple synchronicité, car je travaille depuis plusieurs année au développement de ma sensibilité et de mes émotions dans le but d être encore plus sensible, c’est à dire de sentir l invisible et de travailler comme William Blake a un art de visions. Ces visions sont pour le moment émotionnelles et peu intelligibles par ma raison, mais je sais que ces émotions sont capables de sentir des choses (notamment l intention de certaines personnes).

On m a reproché qu on ne savait pas trop ce que voulait faire mon personnage, que c était problématique, qu il faudrait rajouter des slogans par exemple. Mais c est justement le fait de ne pas savoir, de douter, de se poser des questions qui est important, intéressant. Le fait de questionner la société est important. Il faut s opposer au prêt a penser et aux idéologies toutes faites. Si on se questionne sur « veut elle tuer des bébés ? » ou « veut elle saboter l usine a fabrication biotechnologique d humains ? Pourquoi ? » c est apporter une vision aux individus et leur proposer après leur réflexion une analyse de la situation et des propositions pour en sortir. Le monde est plus complexe que des slogans publicitaires. Questionner, douter, rechercher, trouver des réponses alternatives est plus important qu affirmer sans étudier sans « se poser de questions ».

.

IMG_20181125_202503

.

Critique de la bio-technologie

Je suis parti d’un article et de ce texte de Théodore Kaczynski pour orienter mon sujet vers la critique de la bio-technologie et plus particulièrement l’idée transhumaniste de créer des vagins artificiels (soit disant pour libérer la femme, alors qu’on lui prive de ce qui la distingue de l’homme : son potentiel à être une mère. L’une des rare chose que les plus sexistes des sociétés ne pouvaient lui retirer. Le transhumanisme infusé dans la publicité médiatique en faveur du transgenrisme tente d’enlever dans l’opinion publique cette particularité féminine (la maternité). Heureusement que certaines personnes transgenres voient cette récupération et ne veulent pas y être associées).

.

IMG_20181126_005124

.

Voici un extrait du texte :

.

« 6/ Les radicaux doivent attaquer le système aux points névralgiques.

Pour travailler efficacement à l’élimination du système techno-industriel, les révolutionnaires doivent attaquer le système sur les points où il ne peut s’autoriser à céder de terrain. Ils doivent attaquer ses organes vitaux. Bien entendu lorsque je parle d’attaque je ne songe nullement à une attaque matérielle, mais exclusivement à des formes légales de contestation et de résistance.

Les organes vitaux du système sont, entre autres :

  1. L’industrie électrique. Le système est totalement dépendant de son réseau d’approvisionnement en électricité.

  2. L’industrie des communications. Le système est incapable de survivre sans moyens de communication rapide tels que le téléphone, la radio, la télévision, le courrier électronique et ce qui s’en suit.

  3. L’industrie informatique. Nous savons tous que le système s’effondrerait rapidement sans ses ordinateurs.

  4. L’industrie de la propagande. Elle comprend l’industrie des loisirs, le système éducatif, le journalisme, la publicité, les relations publiques et l’essentiel de la politique et l’industrie de la santé mentale. Le système ne peut fonctionner sans que les gens se montrent suffisamment dociles et se conforment aux comportements dont il a besoin. C’est la fonction de l’industrie de la propagande que d’enseigner aux populations ce type de pensées et de comportements.

  5. L’industrie des biotechnologies. Pour autant que je sache, le système n’est pas encore matériellement dépendant de la biotechnologie. C’est toutefois un sujet sur lequel il ne peut se permettre de céder car il revêt pour lui une importance critique, comme je vais essayer de le prouver à l’instant.

 

 

 

IMG_20190509_134904
.

« 7/ La biotechnologie pourrait être la meilleure cible pour une attaque politique.

L’industrie biotechnologique est probablement la cible la plus prometteuse sur ce terrain. Bien que les révolutions soient généralement portées par des minorités, il est fort utile d’avoir un certain degré de soutien, de sympathie ou au moins d’acquiescement de l’ensemble de la population. S’assurer de ce genre de soutient ou d’acquiescement est un des enjeux de l’action politique.

Si on menait une attaque politique sur l’industrie électrique par exemple, il serait extrêmement difficile de s’assurer quelque soutien que ce soit, en dehors d’une minorité de radicaux, parce que la plupart des gens résistent à tout changement de leur mode de vie, et particulièrement aux changements qui pourraient les gêner personnellement. C’est pourquoi peu nombreux sont ceux qui souhaiteraient renoncer à l’électricité.

Mais les gens ne se sentent pas encore aussi dépendants des biotechnologies qu’ils le sont de l’électricité. Éliminer les biotechnologies ne modifiera pas radicalement leur existence. Au contraire, il pourrait être possible de leur montrer que le développement continu des biotechnologies transformera leur mode de vie et anéantira les plus anciennes valeurs humaines. Aussi, sur ce terrain, les radicaux pourraient-ils être à même de mobiliser en leur faveur la résistance humaine naturelle au changement.

«

.

IMG_20181126_

.

La maternité comme humanisme et non transhumanisme

.

Ici l’idée de maternité, de la capacité de la femme a pouvoir donner la vie est questionnée. Sa réappropriation par la machine (la bio-technologie) est représentée de façon froide et agressive (les pinces pour s’occuper des bébés fabriqués). La femme se réapproprie son pouvoir d’enfantement par le sabotage de la machine (représenté par le couteau). La capuche renvoie à la fois à une tenue de saboteur et à la Vierge Marie qui a donné naissance à Jésus Christ et qui est un des thèmes majeures de l’art occidental et fait ainsi parti de notre culture voire de notre inconscient collectif. Elle incarne l’image de la mère sacrée. Cette image de la déesse mère, déesse de la fertilité est bien évidemment présente dans toutes les autres cultures, sous d’autres formes et d’autres noms comme un fondement sacré de l’humanité. Sans ce pouvoir, certaines sociétés machistes pourraient reprendre le pouvoir de la femme, la rendre remplaçable par la machine, mais la femme et la mère ne sont pas que des corps reproductifs, ils sont aussi des individus nourrissant, élevant et guidant l’enfant. Ce que la machine ne peut remplacer.

.

J’ai exposé ces deux illustrations lors de ma grande exposition au Centre Culturel d’Epinal en mai 2019 dans le cadre du festival de littérature de l’Imaginaire Les Imaginales.

.

IMG_20190513_171025

 

.

IMG_3498

Illustration dystopique 1 La panthère-robot

Illustration dystopique 1 La panthère-robot

Première partie

IMG_20190108_3

.
William Morris

Je suis très sensible à l’écologie et à la critique du capitalisme qui exploite et aliène les travailleurs, encourage les consommateurs à l’égoïsme matérialiste, extrait les ressources, pollue la terre,… En effet William Morris, artiste, auteur, socialiste (à l’origine le socialisme s’intéresse à améliorer la condition sociale des travailleurs et des ouvriers en particulier, il combat la pensée et les abus de la bourgeoisie. Par bourgeois j’entends ici ceux qui ont la mentalité de ou font la réappropriation du travail d’autrui pour son profit personnel, l’appropriation des (biens) communs comme la terre et ses extractions, l’eau, le bois, aujourd’hui la Lune ou Mars par les millionnaires Elon Musk, ceux qui pensent aux autres qu’à travers la manière de mieux les exploiter, leurs productions ou notre environnement, ceux qui gaspillent les ressources pour créer une marchandisation ou une spéculation etc. Une personne de la classe bourgeoise ne pense ou n’agit pas spécialement comme un bourgeois de même qu’une personne de milieu modeste peut avoir une mentalité de bourgeois. Le socialisme combat l’exploitation capitaliste. Depuis, le socialisme a été récupéré par le capitalisme pour l’assimiler en neutralisant son combat, il se passe la même chose avec le féminisme et aujourd’hui l’écologie), artisan de l’Angleterre de la fin du XIXème siècle, proche de la pensée de Ruskin, de l’héritage du Romantisme et des peintres préraphaélites de la première vague qui dénonçait déjà l’industrialisme bourgeois. William Morris constitue la pierre majeure à l’édifice que représente mes tendances politiques et sociales.

.

.

2006_morris245

Portrait de William Morris que j’ai illustré en haut à gauche et quelques livres sur ses motifs (pattern design), discours politiques et romans.
.

.

Il étudia les mythes anciens, la sociologie contemporaine, écrivit et édita des essais et des romans et donna des conférences pour avertir des méfaits de l’industrialisation du travail qui aliène l’humain et crée des objets laids à la chaîne. Pour lui, l’humain doit s’épanouir au milieu de beaux objets non obsolescents, que chacun transmettra fièrement à ses enfants, créés par les mains d’amoureux de leur travail. L’artisanat, inspiré des guildes du Moyen-Age était très important et il fut le plus actif représentant du mouvement Art & Craft, qui influença par la suite le style Art Nouveau. Il écrivit des romans inspirées de textes antiques et médiévaux (L’Énéide de Virgile, L’Odyssée d’Homère, le poème épique anglo-saxon Beowulf, Old French romances ) et des saga islandaises qu’il traduisit («  Völsunga Saga » pour renouer avec l’épopée mythique déjà en vogue avec le pré-Romantisme un siècle avant inspiré par Ossian. (Les modes ne sont pas linéaires, mais plutôt cycliques et contemporaines d’autres modes plus ou moins opposées). Ces romans replaçaient le sens du sacré et de la nature au premier plan et ont inspiré des auteurs comme J.R. Tolkien et ensuite le style littéraire de la Fantasy (qui fut ensuite réapproprié par le capitalisme qu’il dénonçait). Dans le seigneur des anneaux, J.R. Tolkien décrit la Comté, village des hobbits fait de prairies verdoyantes, de potagers et de petits paysans comme fut l’Angleterre avant son industrialisation par les routes et les usines polluantes. A l’opposée, il dresse le portrait de Saroumane, esprit du rouage et du métal levant des armées d’orcs aliénés travaillant avec des machines et créant des armes en avalant les arbres et la forêt pour les remplacer par une terre stérile d’où émane des fumées noires toxiques. C’est la métaphore du monde techno-industriel et du mal (Saroumane devient aliéné par la rancoeur, la conquête et le matérialisme dans le Silmarillion) cherchant à envahir la terre. Le marketing, c’est à dire le capitalisme, a transformé une œuvre dénonçant de façon évidente l’industrialisme, en marchandise devenue culte pour des consommateurs perpétuant ce que Tolkien détestait. On encourage même les fans à récupérer eux-mêmes les œuvres en bannissant leurs auteurs (Lovecraft, J.K. Rowlings,…). William Morris s’inspirait du passé et tentait de construire le futur dans des conférences (« comment nous pourrions vivre ») ou des romans d’anticipation (« Nouvelles de Nulle Part »).

.

IMG_20181231_134715

.

L’anticipation

Vivre mieux, pour la majorité des humains et du vivant autour d’eux (ce qui les environne, c’est à dire), est une question qui m’obsède. Pourquoi est ce que je souffre ? D’où viens-je, ou vais-je ? Se poser ces questions et chercher telles les pérégrinations des héros mythiques sont ce qui nous permet de devenir des adultes, le commencement de l’humain accompli. C’est l’archétype du roman de chevalerie, la quête personnelle de chaque individu vers un être plus adulte, plus responsable, plus accompli. Il est sain d’écouter ses pensées intérieures, aussi noires peuvent elles nous sembler (ou sembler à la société qui rejette toute obscurité et lui préfère la médication, le rejet ou la destruction des émotions) et de construire une voie pour que nos actes puissent se réaliser dans une certaine harmonie avec notre environnement. Hélas le chemin est difficile tant les obstacles sont nombreux, mais ce qui importe est de tracer son propre sillon, celui qui nous mènera au coeur du labyrinthe initiatique, c’est à dire au coeur de nous-même. Etre un individu est important pour rester intègre (l’individualisme philosophique n’est ni l’égoïsme ni le nombrilisme mais la capacité à rester maître de soi-même au sein d’une communauté ou non, j’écrirai une note prochaine sur le sujet).

.

IMG_20190102_182121

.

.

Comme dirait Michel Onfray, on peut vivre dans cette société en tentant de cultiver son propre potager dans son coin, mais est ce que cela ralentira le monde horrible que les capitalistes dominants nous imposent ? Non. Alors c’est difficile, mais il faut aussi, pouvoir rester debout, fort, courageux et enraciné face à cette réalité pénible qui extermine le vivant à coups de spams publicitaires chargés de personnages colorés et souriants. Aussi mignons et bienveillants peuvent ils se prétendre, ils ne sont pas nos amis.

Imaginer le futur est important. De nombreux auteurs de sciences-fiction ou de cyberpunk nous ont averti des dangers qui guettaient la société. 1984 d’Orwell ne nous montre pas qu’il avait tout anticipé, mais montre que nous n’écoutions pas ses avertissements. Nul besoin d’être devin pour comprendre les intentions de ceux qui en ont les moyens (Elon Musk, Jeff Bezos, les GAFA…). La manière dont ils exploitent leurs travailleurs et se servent de leurs consommateurs révèlent qu’ils n’ont rien d’humanistes, alors pourquoi croire qu’ils vont nous apporter la technologie pour sauver le monde ?

.

.

IMG_20190104_2IG
.

Deep Green Resistance

Ces dernières années (été 2018), j’ai trouvé du réconfort intellectuel et des réponses dans le mouvement écologistes Deep Green Resistance. J’apprécie beaucoup leurs positions qui m’ont permis d’interroger ma vision du monde. Je suis nourrie de leur combat, mais pour autant existent aussi de fortes contradictions entre nos visions (ça ne sert à rien de les expliquer ici). Il y a beaucoup plus de choses qui nous rassemblent que de choses qui nous divisent. Et je trouve cela important d’écouter des opinions, même quand on ne les partage pas toutes entièrement.

Je suis d’ailleurs très inspirée par des textes de Théodore Kaczynski, et encore une fois je ne partage pas tout ce qu’il dit (je travaille sur le féminin sacrée, l’émotion, la sensibilité,… (chez la femme comme chez l’homme) contrairement aux choses qu’il défendait).

.

IMG_20190222_DGR

.

Un article de DGR expliquait que c’était impardonnable si on était artiste et qu’on ne mettait pas notre art au service du combat écologique (de destruction de la société industrielle).

Mais en des temps comme ceux-là, pour un artiste, ne pas consacrer ses talents et ses énergies à la création d’armes de résistance culturelle est une trahison de la plus haute magnitude, un signe de mépris envers la vie elle-même. C’est impardonnable ».

. Pourtant, au fond de moi, je suis une personne pacifiste et j’aime dessiner ce qui est beau à mon goût, c’est à dire sombre, doux, mélancolique, romantique. Mon art n’a pas le style de l’art engagé conventionnel. Ce que je dessine est plus proche du Romantisme et du contemporain « pop-surréalisme ». Pourtant le Romantisme constitue en son essence une critique de la société industrielle, seulement c’est peut être trop « conceptuel ». L’idée de ce que je me fais du style engagé, (alors que je me sens moi même engagé) est un style niais, naïf et bourgeois. Je n’aime pas les « chansons engagés », le « street art engagé », je trouve ça souvent pauvre artistiquement et complaisant et ça ne subvertit rien. Cela décore les salons des riches bobos quand une médaille du bien-pensant ne leur suffit plus.

.

.

IMG_20190104_230842

.

Je préfère dessiner le beau comme des motifs de William Morris (qui est en soi un combat à mener contre un monde laid) plutôt que le laid qui dénonce (malheureusement une grande partie de la gauche politique associe le « beau » (c’est à dire l’ensemble du travail subjectif et technique que des artistes ont consacré pendant toutes leurs vies à construire, réfléchir, étudier, peindre et transmettre pour atteindre un sens esthétique supérieur et harmonieux, incluant divers débats et querelles millénaires pour les transcender et y ajouter la philosophie de l’incarnation de l’auteur, souvent maudit par ses contemporains matérialistes et peu sensibles) comme quelque chose d’offensant car « maîtrisant » ce qu’ils ont étudié et pratiqué mieux que ceux qui ne l’ont ni étudié ni pratiqué, le maître étant une figure « réactionnaire et fasciste » impliquant une hiérarchie (à combattre à gauche) ou une manifestation de la civilisation (à combattre chez les écologistes radicaux – qui m’inspirent néanmoins, refusant les communautarismes partisans). Lire ma note sur ce sujet. Mais je me suis mise au défi (c’est horrible d’écrire avec le vocabulaire du capitalisme) de réfléchir à créer des illustrations plus éloquentes quant à mes critiques du monde industriel et bio-technologique que les capitalistes nous imposent (à coups de marketing et produits « doudou » rassurants notre nombrilisme d’enfant client roi).

.

.

Résistante contre le monde à venir

.

Je voulais donc ensuite peindre une autre (voir partie 2) héroïne du futur, en l’imaginant conduire une panthère blanche robotique (vu que la société industrielle aura tué tous les animaux et le vivant), coiffée du bonnet frigien des esclaves antiques affranchis repris par des révolutionnaires du XVIIIème siècle. Leur combat étant malheureusement récupéré par la classe bourgeoise et n’ayant en rien arrangé le sort du peuple, si ce n’est le rendre encore plus dépendant du travail industriel, continuellement réprimé par la République.
.
IMG_20190104_1
.

Cette héroïne combat sous un étendard de résistance face à la dictature technologique écocide. J’ai utilisé un symbole que j’ai construit à partir de symbole Vénusien et Neptunien pour charger l’idée de l’Art comme combat en étendard.

J’ai exposé ces deux illustrations lors de ma grande exposition au Centre Culturel d’Epinal en mai 2019 dans le cadre du festival de littérature de l’Imaginaire Les Imaginales.

.
.

IMG_3505

Peinture : Fleur bleue

Peinture : Fleur bleue

2005_fleurbleueNovalis

Romantisme
.
Cela fait plusieurs années déjà que je visite la période Romantique en y découvrant des choses particulièrement troublantes : moi-même.

Ma démarche étant la recherche du moi profond, afin de le dévoiler et de le faire exister dans ce monde, actuellement hostile au romantisme, aux artistes et aux personnes sensibles et introverties, j’aime m’y baigner comme dans une source qui soigne mon âme et mon esprit des blessures de la civilisation moderne matérialiste et de ces injonctions à l’utilitarisme, la productivité de masse pour le profit d’un riche possédant, la vente de soi-même comme produit de divertissement (« se vendre »), convaincre non pas par nos savoir-faire, mais par notre attitude prétentieuse « winner » et sans émotions, si ce n’est bien-pensantes hypocrites. L’aube du Romantisme dans le crépuscule du XVIIIème siècle résonne en moi, mieux que les tendances populaires déversées par les médias appartenant aux castes des milliardaires de la planète.
.
Ainsi Novalis et la fleur bleue. L’importance de la nature et de sa rencontre par les promenades et pérégrinations du français Jean Jacques Rousseau, ou encore son journal intime comme introspection rendue publique. Les sentiments personnels de Goethe. Et les artistes poètes, graveurs et peintres comme William Blake et son ami d’origine suisse Johann Heinrich Füssli.

.
Le Romantisme protéiforme rassemble aussi bien la puissance, parfois dévastatrice et suicidaire des émotions et des sensations, le lointain et l’ailleurs dans l’espace et le temps : la beauté des ruines du passé (pas celles qu’on détruit, mais celles qu’on respecte qui témoignent d’un temps ancien), l’histoire et l’archéologie, le moyen-âge, ses romans et ses légendes arthuriennes ou de chevaliers (Byron), les grands écrivains du passé (Dante, Shakespeare,…), les anciens mythes et mythologies, l’exotisme des autres civilisations, les voyages et l’orientalisme (Byron, Delacroix), la haine du monde industriel (et du capitalisme) qui détruit les campagnes, le monde rural paysan et la nature, l’intérêt pour les petites gens, les gens du peuple, les marginalisés avec la création du folklore, la recherche des traditions et des contes populaires (frères Grimm), la nature dans ce qu’elle a de plus monumentale et parfois tragique, qu’ils s’agissent des grands glaciers ou des tempêtes maritimes (Turner), la puissance des émotions, de l’intime et des pensées personnelles et individuelles, le sacré, la spiritualité et le sensible, le fantastique et les choses étranges qui apparaissent dans le monde quotidien (apparitions, spectres, fantômes, lutins, petits peuples, fées,…), l’inspiration et les muses, le rêve et « l’inconscient »(théorisé plus tard par Freud, et utilisé par les surréalistes du début du XXème siècle), les choses sombres, bizarres et étranges dont le XIXème siècle se réapproprie et raffole (Baudelaire, Poe,…),…

Toutes ces choses constituent un chemin que les anciens ont construit, que je me dois de prendre et de partager en invitant chacun à s’y rendre, comme une révolte contre le monde moderne. Ce chemin vers le sensible, est le chemin sacré vers nous-même en tant qu’humain et non en tant qu’esclave, bientôt machine du capitalisme, déjà représenté dans Metropolis de Fritz Lang au début du XXème siècle, mais aussi présent chez de nombreux auteurs, comme Clive Barker (Hellraiser) ou les mangas Berserk. N’hésitez pas à consolider cet héritage en partageant en commentaire, les artistes, auteurs, musiciens, cinéastes qui vous semblent oeuvrer dans cette noble voie.

.

.

salondautomne_270

.

.

Ma peinture

J’ai créé cette peinture à l’acrylique lors d’un marché d’artistes l’été 2018. J’aime bien peindre en public, à condition d’avoir préparé au préalable dans le silence et la solitude le sujet de mon tableau. Je suis mieux inspirée isolée, car j’ai trop d’empathie et je ressens trop de choses extérieures m’empêchant de me concentrer. Je ne parle pas non plus de tout le travail technique réalisé avant pour obtenir un résultat satisfaisant. J’ai remarqué que beaucoup de personnes se savaient pas comment une peinture se faisait, certaines m’ont demandé s’il s’agissait de collage, et ils ne réalisent ainsi pas le travail qu’il y a. C’est pour ça que c’est important de montrer au public tout le processus et le temps fourni dans une image. C’est aussi pourquoi je fais des vidéos de mes dessins que vous pouvez retrouver sur ma chaîne You Tube.
.
Une fois, le visage peint, je ne voulais pas me contenter de cela. Je n’aime pas l’idée que n’importe qui peut faire la même chose que moi. Pas dans le sens où je me situe à un niveau supérieur à n’importe qui, mais dans le sens où, en tant qu’individualiste (ce qui n’est pas « égoïste » et encore moins « nombriliste »), je considère que chacun, ou n’importe qui est un individu, c’est à dire une personne unique avec son propre goût, sa propre expérience, sa propre sensibilité. Et en tant qu’individualiste, je me dois d’encourager chacun à être soi-même et non une copie de quelqu’un. Et je souhaite encourager la créativité personnelle, les émotions et les sensations pour chacun. Chaque personne est unique. Comme on dit, à force de vouloir rentrer dans le moule on fini par ressembler à une tarte. Rien de plus beau que l’authenticité, et donc le respect des autres dans leurs différences.

.
Pour cette peinture, il me fallait ajouter des choses plus intimes, révélant mes recherches et mes sentiments du moment. Comme le dit le peintre romantique Caspar David Friedrich que j’aime citer (à peu près) : « l’artiste doit pouvoir représenter ce qu’il a face à lui, mais aussi ce qu’il a au fond de lui. » Il y a des lignes sinueuses rayés et chevronnées. Celles ci évoquent une sortie du corps particulièrement forte et marquante que j’avais fait. Il me semblait que mon corps traversait des vortex, des couloirs avec ce genre de motifs, pendant que j’entendais comme des sons de radio. Il y a des petits chevaux, déjà présents dans une autre peinture, évoquant le chevauchement vers d’autres mondes, à l’instar d’animaux psychopompes. Il y a la constellation de la licorne, présente à un point particulier au moment de ma naissance, signifiant une certaine capacité au soin apporté aux autres (ce qui en tant que féministe ne me plait pas particulièrement car je n’aime pas être réduite à cela sauf pour ceux que j’aime). Cette constellation est brodée sur la toile. Il y a une citation de Novalis de l’oeuvre Henri d’Ofterdingen associée à la fleur bleue qui se situe dans les cheveux de la femme.
.
.

1807_eda792

.

.

Fleur Bleue
.

L’expression « fleur bleue » signifie aujourd’hui dans notre monde industriel matérialiste ce qui est niais, car sentimental et féminin, « gnangnan » voire geignard et plaintif. Aujourd’hui on dirait « fragile » ou « snowflake ». Mais justement, je choisis de défendre ces idées. La « fragilité », face à la brutalité n’est pas la chose la plus vile et haïssable de ces deux idées selon moi. Ce monde pue car il accepte trop, voire glorifie et encourage la brutalité, le crime et la délinquance et ringardise la bonté, l’honnêteté, le respect. Une société d’enfants-rois capricieux biberonnés à leurs smartphones et aux symboles capitalistes comme McDonalds, Apple, Amazon, qui ne rêvent qu’à la compétition et la destruction de l’autre pour se sentir plus puissants, affichant fièrement leur mépris de la culture, et de la sensibilité.  Je préfère défendre les animaux rares, les guépards (en référence au film de Visconti parlant de la chute de l’aristocratie) plutôt que ceux qui pullulent et « s’adaptent » : les cafards. Le sur-homme darwinien ressemble plus à ces insectes se complaisant dans la fange et la crasse que de celui qui a besoin de terre et de rivière. Mais face à l’agression je n’appelle pas non plus à la non violence, car celle-ci protège le système de la loi du plus fort. Ma philosophie qui n’engage que moi est la loi inspirée d’Hamurabi : Oeil pour Oeil, Dent pour Dent, non à la soumission ! Je continuerai donc de développer ma sensibilité, d’encourager les autres à le faire et de la propager du mieux que je le puisse.
.
La fleur bleue : L’extase de la beauté poétique inspirée par les muses de l’Amour et son parcours initiatique pour y accéder. Cette idée a été sali par la bourgeoisie, qui par essence se réapproprie les créations et travaux d’autrui pour les copier (« l’ère de l’ersatz et autres textes contre la civilisation moderne » est le nom donné à un recueil de textes politique de William Morris qui explique l’aliénation du travailleur pour l’objet industriel sans âme), les industrialiser, les vider de leurs substance, pour en faire un produit marchand, de masse, de mauvaise qualité pour un usage obsolescent, exploitant et aliénant au passage l’ouvrier qui l’a produit, polluant la terre et volant les ressources. Ce qui est le contraire des valeurs du romantisme. Le Romantisme, les sentiments et les émotions sont à peu près des ennemis de la pensée bourgeoise capitaliste. C’est pour cela qu’il tente de décrédibiliser tout ça et n’hésite pas à réduire cela à des « affaires de bonnes femmes », là où la majorité des romantiques sont des hommes, le XIXème siècle accordant peu de place aux femmes, si ce n’est Mary Shelley (Frankenstein) parente de ce mouvement romantique à travers son mari Percey et de ses amis Lord Byron et Polidori (le vampire).
.

La fleur bleue est une expression utilisée dans Henri d’Ofterdingen de Novalis. Elle symbolise un passage initiatique que l’auteur associe parfois au culte d’Isis, amenant vers une pensée plus spirituelle et moins matérialiste et « quotidienne ». Elle est l’âme du poète qui rencontre l’amour, la quête du jeune garçon devenant un homme,… L’importance du monde sensible et inspirant, de la nature et des rêves. Un rite initiatique développant la sincérité, l’ ouverture d’esprit, la capacité à comprendre les forêts de symboles nous amenant vers la plénitude d’un amour pur (que certains associent au désir sexuel voire sa consommation, pour faire plus trivial donc vendeur).
.
Voilà tout ce que j’essaie de transmettre dans toute une série de peinture. Mais sans l’aisance du verbe parlé et de la représentation tournée en acte de divertissement public, l’image peut-elle éveiller à tout ce que je viens d’expliquer ?

Idéologie Contre l’ ancien monde

Idéologie Contre l’ ancien monde

A propos de la peinture et de l’art (de nos) contemporain(s)

Idéologie Contre l’ ancien monde

Depuis plusieurs années, je lis des propositions d’une idéologie qui s’installe à gauche. Elle ressemble à celle de DAESH avec un voile de bienveillance, mais proposant tout de même des moyens d’actions comme le sabotage de projets de personnes qu’elle considère et dénonce être ses ennemis : les artistes, auteurs, plasticiens. Surtout ceux qui ont l’outrecuidance de représenter des femmes (avec des morceaux de peau dessus) en image, (ce qui est mon cas. Le fait d’être moi-même une femme « racisée » pauvre, issue de milieu précaire et populaire de parent immigré, vivant en milieu rural ne change rien, ce qui prouve l’hypocrisie de cette mascarade).

.

bain-turcf

.

Ingres
https://www.lepoint.fr/monde/un-prof-renvoye-pour-avoir-montre-des-tableaux-d-ingres-et-de-modigliani-08-01-2018-2184897_24.php


J’ai de plus en plus souvent des liens suggérés sur les réseaux sociaux de révisionnisme historique. Le XIXème siècle est particulièrement bien ciblé. Tous
ses grands auteurs, ses grands peintres sont dressés comme les plus grands oppresseurs du monde. Je ne dis pas qu’ils étaient tous des saints, mais que leurs œuvres constituent un héritage que nous devons connaître à défaut d’aimer. Qui de Victor Hugo est un misogyne imposant à sa maîtresse qu’elle ne voit d’autres hommes que lui, qui de Delacroix peignant des femmes marocaines ou algériennes, en les objectivant fatalement de son male gaze, tout cela expliqué par des stars populaires du football offrant la visite aux jeunes défavorisés des quartiers au musée Delacroix. Les exemples sont nombreux et j’essaie de les oublier pour ma santé mentale. Lors de l’incendie de Notre Dame, quel enthousiasme devant la chute du clocher d’Eugène Viollet le Duc, probablement un violeur car c’est écrit dans son nom. Généralement les arguments sont de ce type, voire plus loufoque. Comment exploiter l’oeuvre (mentalité des plus bourgeoise) de Lovecraft alors qu’ »il était raciste ». (Je mets des guillemets pour dire que je ne veux pas rentrer dans ce débat là, mais dans celui de sa réappropriation alambiquée en même temps que sa condamnation). Un article très consulté nous donne l’argument suivant pour démontrer le racisme de Lovecraft. « Il avait peur de la mer, or c’est de la mer que vient les migrants ». « Il a écrit une nouvelle intitulée « la couleur tombée du ciel », la couleur, tout est dit ». Plus les arguments sont faibles et simplistes, à l’instar des sites conspirationnistes (nous apprenant que le monde est dominé en cachette par une race d’homme-reptiles) plus ils reçoivent d’enthousiasme auprès d’un public identitaire (se cherchant une identité sociale) réduit à approuver et répéter les codes imposés pour avoir l’espoir de faire parti d’un groupe, d’une culture, d’une identité.

.

delacroix-femmes-alger

.

Femmes d’Alger, Delacroix

.

Féminisme, écologie, critique du capitalisme et récupération politique

Me sentant moi même féministe, car  je refuse qu’on réduise, prive de droits une personne en fonction de son genre, que je suis pour l’épanouissement physique, intellectuel, professionnel, social d’un individu, pour sa libération envers ses devoirs (et sa place physique) domestiques, conjugaux, familiaux,… que je défends son droit de porter des jupes, d’avoir des relations sexuelles entre adultes consentants, que je suis contre les abus, les harcèlements, les agressions, je lis des critiques féministes. Je ne suis pas d’accord avec toutes, car il existe plusieurs tendances au sein des milieux, créant parfois désaccords, parfois haine ou violence. Ce milieu est de plus en plus phagocyté par une mouvance anti-blanche (contre les femmes blanches), notamment via des médias originaires du Qatar comme Al Jazeera et son habillage cool sur les réseaux sociaux AJ+ expliquant en quoi les suffragettes demandant le droit de vote au début du XXème siècle ne sont que des racistes qu’il faut dénoncer. Cette vidéo a beaucoup circulé, vous l’avez peut être vu. La stratégie est souvent la même : défendre le droit des opprimés, pour rallier ceux (comme moi) qui pensent cette lutte légitime, puis accuser sa cible. La cible étant la civilisation occidentale, la femme blanche, l’homme blanc, les hétérosexuels. Bien évidemment, prendre la défense des homo n’est qu’une manœuvre politique, car on sait bien combien de nombreuses personnes des pays arabes condamnant de prison ou de mort les homosexuels, aiment les balancer le haut des immeubles. Quant à la liberté des femmes ou le sort des travailleurs étrangers, je vous laisse vous renseigner.

.

baigneusesCourbet

.

Courbet (mort pendant la Commune lorsque les bourgeois républicains ont tiré sur le peuple)

Je suis aussi très concernée en matière d’écologie (pas l’écologie capitaliste greenwashing) et j’ai pu voir là aussi, un discours contre l’homme blanc occidental, sa civilisation et sa culture. L’argument paraît simpliste : ce sont des hommes blancs qui polluent le plus, donc tous les hommes blancs polluent par nature. Faire des généralités négatives sur une race est interdite et punit par la loi, mais là on peut en faire, car magie, le racisme anti blanc n’existe pas. Pourtant la haine des blancs existe, sauf qu’on nous apprend qu’elle est légitime, nécessaire. Mais là, ce n’est pas non plus un appel à la haine.
J’ai grandi en France et j’ai pu recevoir une éducation grâce au système public des écoles, j’ai pu découvrir des livres en allant gratuitement dans des bibliothèques, j’ai pu être soigné parce qu’il existe un système de santé protégeant ses citoyens. Mes parents ont perçu des allocations sociales en faisant des enfants et aujourd’hui ils ont droit à une retraite, après avoir pu percevoir de l’argent quand ils étaient au chômage ou reçu un salaire juste avec des
congés payés, des droits sociaux et même des tickets restau. J’ai pu aller gratuitement dans des musées, aller à des concerts ou des cinéma plein air grâce à toutes ces choses que je trouve essentielles. Et contrairement à ce que les capitalistes tentent de nous faire croire, ceci n’est pas le progrès technologique. Tout ceci sont issus de luttes sociales, anti-capitalistes. Ce sont des choses précieuses et menacées par les capitalistes, c’est à dire les patrons (MEDEF, lobby, think tank…), le gouvernement et les médias à qui ils appartiennent. C’est notre héritage le plus précieux et nos droits sociaux les plus menacés. Et ils sont aussi menacés par ces personnes qui parasitent les milieux de gauche, souhaitant la destruction de notre système social, mais pas de notre système capitaliste. Les gens privilégiés de gauche soutiennent largement les destructions des biens publics dans les « quartiers », incendie de bibliothèque, théâtre, gymnase, école,… Après je suis consciente que la gestion de ces lieux est souvent confiée à des « amis » privilégiés des élus, que ceux-ci seront directeurs de telle institutions puis d’une autre etc, prenant l’argent et distribuant les offres de projets à leurs amis, famille, portefeuille de privilégiés, et que cela est problématique. Mais ces personnes seront peu impactées par la destruction de ces lieux, au contraire des travailleurs, du public et du contribuable. Ce ne sont pas ces personnes, cette gestion, ce management qui est remis en cause (alors qu’il le faudrait), les casseurs veulent juste s’attaquer symboliquement à ces lieux publics partageant la culture, la connaissance et le savoir.

Parce que, on nous explique que la culture, la connaissance et le savoir sont offensants, racistes, homophobes, validistes, patriarcaux, néo-colonialistes, etc,…

Alors que toute cohabitation avec des dealers, agression physique ne sont pas offensants, on l’a cherché en portant une jupe trop courte, en marchant sur un trottoir trop étroit, à sortir trop tard, etc,…

.

Annotation 2020-06-05 194352

.

émeutes à Rennes en 2018

Professionnels de l’art politiquement correct

Je voudrais présenter l’analyse d’un article lu récemment, reprenant cette idéologie. On pourrait penser que ce sont des extrémistes isolés qui n ‘ont aucun poids, mais c’est tout à fait faux. Cet article a été partagé dans des groupes d’entraide aux artistes, réunissant professeurs, professionnels, représentants politiques, etc,… Ce genre d’idéologie révisionniste, visant à nier la culture, réécrire l’histoire pour expliquer en quoi elle est offensante et dominante et donc à condamner au bûcher et donc détruire la culture occidentale est présente et responsable de par exemple la loi Haine, (proposée par une femme tenant des propos racistes envers les asiatiques, parlant de « amendement des pédés » ou traitant de « putes » ses homologues féminines,…) visant à censurer tout contenu d’idées alternatives à celles imposées par le gouvernement et ses médias. Par exemple, les seules personnes qui résistent réellement contre la domination et l’oppression et qui condamnent la monté des prix et des taxes, la diminution des droits sociaux, l’exploitation du travail par la casse des droits des travailleurs, réunis sous la bannière des gilets jaunes, seront censurés, sans parler des lanceurs d’alerte, des écolos condamnant les pratiques écocides des entreprises, etc.
Ces personnes (gilets jaune,…) sont largement boudés par « les artistes », c’est à dire les personnes qui adhèrent à cette idéologie de destruction de la culture et de l’art, et qui se sont installés dans les lieux « dominants » de la culture et de l’art (prof, élus, responsable de musées, artistes,…) pour les détruire de l’intérieur. Lorsque de vrais artistes sincères et aimant l’art défendent ces causes sociales, les médias font de leur mieux pour les nier, car on ne donne la parole qu’aux « artistes » privilégiés, riches, politiquement correct, bourgeois. Les autres, c’est à dire la majorité des personnes devant déclarer et être taxé sur la vente de leurs œuvres (« artistes-auteurs plasticiens » administrativement et fiscalement) ne sont jamais entendus et sont toujours marginalisés. [Je parle de cette catégorie car c’est celle que je connais, mais bien évidemment il existe d’autres catégories dans le même cas].

.

genevievelegay1

.

Geneviève Legay manifestante Gilets Jaunes

.

genevieve legay

.

violences policières juste après la photo précédente

Pour les artistes de gauche, elle fait partie des boomers et du monde d’avant. Peu de défense de la part des bourgeois et des artistes privilégiés.

Exemple concret avec un article :

https://www.contretemps.eu/rhetorique-art-contemporain-acceleration-conservatrice/

Donc cet article s’intitule « « Sauver l’art ». Les rhétoriques de l’art contemporain au service de l’accélération conservatrice »

> « En cette période trouble, j’aimerais m’interroger sur la formulation de ces nombreux appels ici et là à « sauver l’art » et/ou lui conférant une vertu salvatrice. En effet, au prisme d’une approche historique et matérialiste des conditions de production de l’art occidental, ces sollicitations m’apparaissent aussi choquantes que les appels au sauvetage des banques au lendemain de la crise des subprimes de 2008. »

Déja, il prétend combattre toute forme de domination, par exemple celle d’un artiste intervenant en milieu scolaire proposant la création d’une œuvre collaborative. L’auteur s’indigne que l’artiste (de sa propre expérience) soit payé et non les élèves, système affirmant ainsi la domination de l’artiste sur les élèves en milieu carcéral (le collège). Je rappelle que ce texte était partagé sur un groupe de soutien aux artistes, c’est à dire souvent sur la manière de se faire reconnaître en temps que travailleur méritant rémunération. Cette domination démontrée, cela ne l’empêche par de l’exprimer dans un style, qui chez moi s’appelle de la branlette intellectuelle, mêlée d’expression idéologique bien reconnaissable (on sent les études à papa de droits et les aspirations politiques). Aucune sensibilité, juste le rabâchage du package sans la moindre logique. Réduire un atelier créatif à « des rapports sociaux de classe, de race, de genre, de sexe » est tout bonnement ridicule. J’ai moi même proposé des ateliers à des élèves, je n’ai pas été raciste, misogyne, classiste (discrimination envers les classes populaires) mais apparemment, grâce à l’art et mon statut d’artiste, je l’étais.

> «il m’est arrivé récemment d’intervenir auprès d’élèves d’une classe ULIS1 dans le cadre d’ateliers organisés par une association. Cet organisme invite chaque année des artistes à produire des « œuvres collectives » avec les élèves. Dans le cadre de ce projet, seul·e·s les artistes sont rémunéré·e·s pour le travail effectué en vue de la production de ces œuvres dite « collectives », déniant aux élèves leur droit à revendiquer la valeur de leur travail. De ce rapport inégalitaire donnant lieu à du travail gratuit découle un rapport d’autorité au profit de l’artiste, une stature renforcée par les récits mystificateurs des institutions détentrices des moyens de production du projet (l’association et les financeurs publics et privés) à propos de l’art : une activité prétendument créatrice de lien social. «

.

> « Très vite je faisais l’expérience d’un projet qui ne pouvait qu’aboutir à un processus civilisationniste d’occultation de l’hétérogénéité des sentiments et des sensibilités des élèves. Malgré des bons moments passés avec les élèves et mes tentatives de faire infuser des outils d’autogestion autour du budget alloué au projet, la puissance du cadre institutionnel nous condamnait tou·te·s à partager un temps contraint par le travail pour moi (nécessité de gagner ma vie) et par le régime disciplinaire du collège pour les élèves (les élèves n’avaient pas le choix de participer ou non à cet atelier) entretenant des rapports sociaux de classe, de race, de genre, de sexe déjà lourdement à l’œuvre dans la classe. »

.

1136_libertemodif

.
Delacroix, la liberté guidant le peuple

> « Le récit fictif sur les vertus émancipatrices de l’art formulé par l’association en réponse aux attentes de ses financeurs (État, entreprises privées), l’univers carcéral du collège, les attentes des élèves eux·elles-mêmes à propos de l’art inculquées par les artistes des ateliers précédents, ma propre appréhension du contexte ont finalement conduit à ce que chacun·e soit assigné·e à son rôle social dans la reproduction des rapports de domination : subventionneur publics et sponsors privés sur l’association, association employeuse sur l’artiste employé, le collège sur l’artiste employé, l’artiste sur les élèves, tout cela sur fond de validisme, sexisme, homophobie et racisme structurel. »

.

> « Il me semble que la totalité des contextes institutionnels dans lesquels je suis intervenu dans le monde de l’art, souvent pour des raisons alimentaires, est gouvernée par de tels récits mystificateurs. Ces systèmes de croyances prédéterminent les agent·e·s de l’art à agir dans le déni des enchevêtrements qui se tissent entre les conditions de production de leur art, la classe, la race, le sexe et le genre, un déni omniprésent dans le cadre de pratiques artistiques formalistes valorisant la forme pour la forme. »

(à répéter en boucle)

Stratégie d’endoctrinement :

Même exercice de manipulation, au début on répète de larges lignes, pour créer l’adhésion. Le conservatisme est ainsi définit comme étant le capitalisme (alors que le capitalisme est plutôt le monde moderne techno-industriel progressiste), l’état pénal et policier, les démantèlements des droits sociaux (pratiqué par le capitalisme et non le conservatisme),…


>
« Il me semble donc utile de se livrer à un exercice de démantèlement sémantique de ces discours en se posant la question de savoir ce qu’on désigne précisément lorsqu’on prononce le mot « art » en relation avec l’art contemporain à l’aune de l’accélération conservatrice en cours (sauvetage de l’économie capitaliste, intensification de l’état pénal et policier, démantèlement du droit du travail, etc.) «

Une fois qu’on est d’accord avec ces valeurs, on nous explique que l’art c’est le conservatisme : donc si on aime l’art, on aime la police etc,… (tout ce qui vient d’être dénoncé plus haut). Rappelez vous que si vous trouvez l’oeuvre de Delacroix « la liberté guidant le peuple » inspirante, vous participez à « l’économie capitaliste, intensification de l’état pénal et policier, démantèlement du droit du travail, etc. »

Ainsi vous pouvez zapper le début pour entrer dans le vif du sujet.

> « S’il est évidemment urgent de plaider pour une réponse de gauche à la crise dans le milieu de l’art en soutien aux travailleur·euse·s les plus précaires, mais surtout les plus exploité·e·s par les institutions (vacataires, gardien·ne·s de salle, agent·e·s de nettoyage, stagiaires, volontaires en service civique, travailleur·euse·s non ou peu rémunéré·e·s…), il me semble aussi primordial de ne pas le faire au nom de l’art. »

On adhère à telle lute, on nous propose une solution qui n’a rien à voir et qui défend notre idéologie. Ainsi on pourrait dire : « il est important de sauver les éco-systèmes de notre terre, subissant de toute part l’agression polluante, il semble ainsi primordial de relancer l’économie et d’ainsi injecter 4 milliards de vos impôts à l’industrie automobile ». Bon en fait, c’est un peu ce que nous disent les ministres, mais il faut comprendre la manipulation.

> « Derrière l’art se cachent toujours des systèmes d’oppression.«

Annotation 2020-06-05 194319

> « En un sens, la sociologie de l’art développée par Pierre Bourdieu opère à la manière d’un hommage à l’art occidental et à ses métamorphoses endogènes. En s’appuyant sur le cas d’Édouard Manet, le concept de révolution symbolique se limite à décrypter les bouleversements des ordres esthétiques internes au champ de l’art sans forcément proposer une réflexion critique à propos de l’art en tant que fait civilisationnel. Son approbation subjective de ce qu’il perçoit comme une peinture hérétique et subversive chez Édouard Manet, tend à consolider des croyances en la peinture, au format de l’exposition, ou en la figure de l’artiste propres aux sociétés européennes sans s’aventurer dans une mise en question plus globale à propos de la valeur de l’art dans la société coloniale, patriarcale, hétéronormée et capitaliste de l’époque. «

Traduction : Un mec (blanc hétéro) qui, depuis fait référence en art, a osé parlé d’une peinture sans critiquer la société colonialiste, patriarcale, hétéronormée et capitaliste de l’époque.

J’ai souvent lu également, en quoi les artistes étaient d’horribles personnes ( colonialistes, patriarcales, hétéronormées, sexistes, homophobes, validistes et capitalistes) dès lors qu’ils dessinaient, autre chose que des images dénonçant très très explicitement sans nuances ni ambiguïté le colonialisme, patriarcat, hétéronormisation, sexisme, grossophobie, homophobie, validisme et capitalisme). En gros, si tu ne te rends pas utile à la propagande, tu es un ennemi et on doit brûler ta création et toi même. Un peu comme ce que faisait Adolf Hitler avec l’art dégénéré et les artistes non conformes et musiciens dans les camps. C’est vrai quoi, un violoniste tzigane n’est pas meilleur, même s’il pratique et étudie le violon depuis 30 ans qu’un enfant de 10 ans venant pour la première fois de faire une « note » avec un violon, qui d’ailleurs est un instrument de musique oppressif de dominant. Le seul instrument autorisé étant le djembé (mais pas joué par des blancs car c’est de l’appropriation culturelle).

Ensuite l’article dénonce une personne (Heinich) en accord avec le type (Bourdieu) qui parle du mec qui a peint (Manet) une meuf à poil (Olympia) sans dénoncer la société colonialiste, patriarcale, hétéronormée et capitaliste de l’époque. Cette personne a écrit un article en 2016 contre le prosélytisme extrémiste et sexiste en pleine affaire du burkini. Ca prouve donc que l’art c’est tous des fachos !

Mais gardons un style plus branlette pas du tout dominant parce que luttant contre les idées colonialistes, patriarcales, hétéronormées et capitalistes.

> «En outre l’une des légataires de ce courant de pensée les plus établi·e·s et les plus académiques, Nathalie Heinich, s’est illustrée par des prises de position réactionnaires révélant les nombreux présupposés et les impensés auxquels peut parfois mener cette méthode sociologique. Face à ces constats d’autres approches relevant plutôt du matérialisme historique peuvent quant à elles s’avérer fortes utiles dans la perspective d’un démantèlement progressif des institutions culturelles. »

.

> « Ces luttes [ les mouvements des droits civiques aux États-Unis, les luttes décoloniales d’inspiration tiers-mondistes, les mouvements féministes et lgbtqia+ d’inspiration marxiste ] et les nouveaux outils qu’elles ont engendrés ont notamment conduit à dévoiler l’aspiration universaliste et essentialiste de l’hégémonie occidentale et sa vocation à contraindre l’ensemble des corps [physiques] aux formats du capitalisme blanc hétéro patriarcal érigé en système-monde. «

.

SCH-16_012L-1024x749

.

Dana Shutz (voir le lien plus bas)

.

Même l’art engagé à gauche est de l’art, donc fasciste :

Ainsi titrée, la position est claire et extrême mais pourtant partagée par des professionnels de l’art, l’auteur étant lui même artiste exposant dans des institutions culturelles (cela rappelle les blancs qui accusent tous les blancs de racisme, les hommes féministes qui accusent tous les hommes dont eux-mêmes, etc,…) et c’est ce partage par le milieu lui même qui est inquiétant.

Destruction de la culture occidentale

> « La figure de l’artiste engagé et la critique institutionnelle : des positions conservatrices contre des stratégies effectives de lutte « 

> « L’histoire des luttes a prouvé à maintes reprises en quoi ces stratégies – la critique institutionnelle et l’art engagé – sont vouées à l’échec et intensifient des mécanismes de reproduction et de reconfiguration des rapports de domination. De fait, les régimes de représentation du champ de l’art s’adressent principalement aux personnes privilégiées et à leurs régimes d’affects, limitant le spectre des publics pouvant accéder à leur message. «

Plutôt que de cultiver les personnes non privilégiées, autant brûler l’art et la création contemporaine, pour la remplacer par la culture de masse capitaliste du divertissement. C’est pareil avec l’école en fait : si tu ne comprends pas, ne cherche pas à comprendre, brûle l’école, car tu as la science infuse : la terre est plate et dominée par des reptiliens pédophiles. (ces derniers mots m’assurant un meilleur référencement sur google, merci la connaissance « intuitive » libérée de la domination systémique des anciens. ) De même que de corriger l’orthographe des gens est maintenant oppressif et très mal vu, heureusement que les émoticônes remplacent la langue française, cette domination oppressive sur laquelle il faut faire pression pour la réformer.

Ce paragraphe rappelle combien l’appropriation culturelle des artistes est colonialiste, patriarcale, hétéronormée, sexiste, homophobe, validiste, classiste et capitaliste. Vivement que les tenants de cette idéologie instaurent des acronymes comme LGBTqia+^ parce que la longueur de mon article dissuadera le lecteur fou et conservateur qui s’y risque, si la loi anti Haine et les bloqueurs le permettent. (peut on dire « Inch anti haine »?)
Cela rappelle qu’un artiste blanc ne peut pas peindre une personne noire. Mais si elle peint une personne blanche, elle participe à la domination des blancs. Donc en fait, elle ne peut pas peindre tout court. Etre artiste, être peintre est déjà un délit en soi si tu n’est pas noir (car les asiatiques on s’en fout sauf quand ça sert les intérêts). En revanche tu peux à la limite faire de l’abstrait, car délivré des normes oppressives, à l’instar des gens qui n’ont jamais peint, car c’est là que le talent est à son paroxysme : quand il n’est pas développé, quand il est nivelé par le bas. Autant t’amputer les mains, et ton art sera moins validiste (discrimination des personnes non valides, anciennement appelées des handicapés, mais c’est un peu offensant).

11dana-schutz1-superJumbo

Dana Shutz (elle est blanche donc ne peut « se réapproprier » le combat contre les violences envers les noirs en peignant une victime noire)

Pour le coup, je suis d’accord avec le constat ci dessous. Mais ma lutte des inégalités ne passe pas par la censure de l’art et la stigmatisation de l’artiste. Les cibles ne sont pas les mêmes. Pour moi c’est la capitalisme, pas l’art.

> « Il est important de rappeler que ces processus de dévoiement du langage de l’émancipation brandi à la façon d’étendards n’ont jamais produit de réels changements structurels et ne se basent sur aucune feuille de route en vue d’agir concrètement contre l’oppression. Cette appropriation des formes de la contestation tend au contraire à invisibiliser et freiner les groupes investis dans des luttes plus radicales en leur déniant le droit de protester au prétexte que le changement serait déjà en cours et pris en charge par les institutions elles-mêmes. «

.

> «  il me semble évident que l’art contemporain, ses institutions et ses acteurs·rice·s jouent contre l’émancipation.«

Donc, ensuite viennent les propositions d’action contre l’art qui est par essence colonialiste, patriarcale, hétéronormée, sexiste, homophobe, validiste, classiste et capitaliste.

> »Ce texte énumère les luttes qui ont opté pour des stratégies confrontationnelles en rupture nette avec le système en procédant à des sabotages de vernissages, des occupations, des grèves, des actions, des boycotts, des campagnes de shaming et de callout à l’instar du collectif Decolonize This Place. Les deux auteur·e·s font remarquer que ces tactiques engageant des rapports de force réels avec les institutions sont particulièrement fertiles parce qu’elles se construisent en convergence avec des luttes exogènes au milieu de l’art (anti-racisme, anti-sexisme, anti-classisme). «

Et ensuite, l’article espère que les musées disparaissent et propose comment le faire.

> »À bien y regarder, les institutions d’art contemporain sont relativement récentes, et face aux défis auxquels elles sont confrontées, leur survie semble précaire. »

.

>« Malgré quelques années d’écart et aux vues des nombreuses crises en cours dans le champ de l’art contemporain, une telle destinée institutionnelle apparaît fort probable, ou du moins souhaitable. Ce phénomène est d’ailleurs déjà plus ou moins en puissance s’agissant des grands événements internationaux de l’art contemporain à l’instar des biennales. »

.

>« Les grèves, les boycotts et les occupations sont autant de phénomènes qu’il place sous le signe de l’exode et de la suspension des formes politiquement et intrinsèquement corrompues de l’art.«

.

> »Pratique des assemblées, appels au boycott, cortèges de manif, sabotages de vernissage, auto-enquêtes, groupes de travail et d’autodéfense, tous les ingrédients sont aujourd’hui rassemblés au sein de ce mouvement pour envisager une mutation vers un retrait productif et la constitution d’institutions hybrides. Et si la mutation n’opère pas cette fois-ci, il est désormais évident que la contestation et le retrait des institutions culturelles s’organisent, se densifie en France et c’est une excellente nouvelle !«

.
5747884800_fe4e97115d_o
Hylas et les nymphes  John William Waterhouse (retiré un moment de son musée pour avertir sur le sexisme).
.

.

En résumé

>« De ce point de vue et au-delà des cas individuels, l’art est aujourd’hui un problème majeur au sens où il contribue activement à stabiliser l’ordre établi du monde. Toute position visant à relativiser cet état de fait agit sous la forme d’un discours éminemment réactionnaire contre la vérité de la généalogie politique de l’art, notamment lorsqu’elle émane d’un·e directeur·rice d’institution, d’un·e mécène ou encore d’un·e artiste ou d’un·e commissaire d’exposition qui tirent des privilèges de ce système. Plutôt que d’alimenter des conversations propres à leurs récits au sujet des conditions de la survie de leurs institutions, il me semble plus stimulant de commencer à discuter des modalités de leurs démantèlements progressifs. «

Je n’ai honnêtement pas compris comment des personnes se revendiquant professionnels de l’art peuvent partager un tel point de vue. Et j’ai bien évidemment commenté cet article avec ma voix dissonante des autres commentaires tels que « texte parfait », mais néanmoins cordial et sans style (m’étant déjà fait reproché mon cynisme sur ce groupe). Mais je n’ai eu aucune réponse et je pense que le débat ne ferait qu’empirer ma profonde tristesse face à ce gâchis.

Je comprends maintenant pourquoi il y a si peu d’émotion lorsque DAESH bombarde et détruit des constructions (pourtant non blanches occidentales) et des sculptures de son patrimoine, que ce soit la cité antique de Palmyre, les Bouddha d’Afghanistan (par des talibans), ou dans le musée d’Irak. Je comprends pourquoi les gens sont heureux de voir Notre Dame brûler comme ils jubileraient devant des autodafés nazis (c’est pour le référencement). Je comprends pourquoi on n’encourage plus la culture, ou plutôt qu’on la remplace par des produits de consommations de divertissement. La haine de la culture, le mépris des artistes, le dégoût du beau, du savoir, de la connaissance, remplacés par la promotion de la bêtise, de la vulgarité, du bruit sont des choses face auxquelles je me sens démunie et isolée. Je ne vois même pas la possibilité de lutte ou de préservation. Je suis assez défaitiste sur ces sujets.

.

notredame

.

Des alliés à droite ?

Certains se diraient que j’ai un discours de droite ou d’extrême droite, vu que « si on n’est pas avec eux, on est forcément des fascistes ». Que les opinions, même si elles sont les mêmes, ont des étiquettes différentes avec les modes. Par exemple, « être Charlie » et défendre la liberté d’expression était vu comme quelque chose « de gauche » et c’était largement populaire quand des islamistes ont assassiné les dessinateurs du journal. Aujourd’hui, c’est devenu suspect, Zineb El Rhazoui, ancienne porte parole du mouvement féministe de quartier « ni putes ni soumises » travaillant chez Charlie Hebdo, reçoit régulièrement des menaces de mort et est perçue de droite. Sur twitter, on voit bien que plus beaucoup de personne  sont « Charlie ». Avant, dénoncer l’extrêmisme religieux et le sexisme des religions étaient vu de gauche, maintenant c’est le contraire. Avant, défendre la liberté sexuelle des femmes, le fait de se mettre en mini jupe ou faire du monokini sur la plage, c’était vu comme de gauche, maintenant c’est le contraire. Bientôt, alors que défendre le droit à l’avortement est perçu de gauche, ça finira par devenir de droite et ce sera interdit par la « nouvelle gauche ». La gauche de la censure, du puritanisme et de la culture populaire capitaliste, aujourd’hui incarnée par des bourgeois et des privilégiés crachant sur des ruraux gilets jaunes.
Personnellement, je pense qu’un individu peut défendre le droit des humains et l’art, la beauté et la culture. Je ne me sens pas partisane d’un bord ou d’un autre, mais j’essaie d’écouter toutes les voies et de ne rejeter personne pour faire mon opinion. (Et c’est pourquoi malheureusement je lis ce genre d’article qui souhaite détruire tout ce que je suis et que j’aime, pour tenter de comprendre).

Concernant la droite, je lis souvent dans ses lignes des choses auxquelles je ne peux adhérer, elle est majoritairement capitaliste et rejette les droits sociaux, souvent climatosceptique et antiféministe, on retrouve chez eux également un package aussi ridicule qu’à gauche. Je ne peux apprécier que les individus avec des pensées, des sensibilités et des réflexions et non les idéologies.
Quant à la religion c’est pareil. J’admire la spiritualité, la Foi, l’art, l’histoire, les mythes et la culture, mais la moralité et le comportement identitaire (suivant un package idéologique fermé) me pose problème.

Ce qui est malhonnête est de vouloir faire croire qu’en dénonçant les ravages d’une idéologie, je fasse partie des défenseurs (ce n’est pas le cas je dois le préciser) des hommes dominateurs qui abusent de leurs privilèges et de leurs autorités, des harceleurs de rue ou des adolescents misogynes accrocs aux jeux vidéos et aux stages de « séduction ».

Me mettre (moi même ou par d’autres) dans le même sac que des personnes qui ont besoin d’un code couleur capillaire pour comprendre l’orientation politique ou sexuelle d’une personne ou plus bêtement et réalistement « dans quel camp idéologique » une personne se situe, c’est assez offensant. Pour parler d’art contemporain, je lis la presse, les sites et les groupes spécialisés, c’est rarement à droite que je rencontrerai quelqu’un d’enthousiaste pour aller m’accompagner à une biennale d’art contemporain ou au planning familial pour une IVG. Mais maintenant ils sauront qu’ils ont des alliés chez les artistes contemporains conceptuels eux-mêmes. L’extrême droite a des alliés à l’extrême gauche. Peut être est ce le début d’une entente harmonieuse.

.

DVAp9GhVwAERqR4

.

Une marionnette devant l’origine du monde de Gustave Courbet

Stratégie du politiquement correct

En fait, on peut se questionner sur la sincérité de ces gens tant les propositions «bien-pensantes » sont grotesques. Pourtant il en existe des combats à mener, mais inventer des oppressions parce qu’une peinture figurative représente une femme, c’est un peu déplacé par rapport aux femmes qui galèrent en demandant un travail justement rémunéré pour nourrir leurs enfants .

C’est tellement gros de cracher dans la soupe ainsi que tu ne peux que voir la supercherie. (Mais vu la popularité du truc, tu constates que non, comme la théorie des homme-reptiles). Qu’un homme blanc cisgenre bourgeois t’explique à ce point que «  l’art est aujourd’hui un problème majeur au sens où il contribue activement à stabiliser l’ordre établi du monde. Toute position visant à relativiser cet état de fait agit sous la forme d’un discours éminemment réactionnaire contre la vérité de la généalogie politique de l’art », tu comprends que sa grande souffrance c’est d’avoir grandi dans un milieu bourgeois où ses parents l’obligeaient à faire des études de droit (ce qui en soi peut être difficile à vivre, mais est ce comparable à ceux qui se font systématiquement insulter et dépouiller violemment en sortant de chez eux parce qu’ils ne vivent pas dans des quartiers bourgeois, et qui n’auront jamais d’autre avenir que celui d’enchaîner les missions interim sous payées si leurs corps le leur permet). On peux ainsi comprendre qu’on n’affiche pas nos idées sincères, mais une propagande d’État, permettant, elle seule, à intégrer le système discriminatoire mais avec des bougies et des nounours (ou des babyfoots et des consoles de jeux, comme je le vois dans certaines propositions d’emploi cool cachant un management connard) permettant d’exister.

La sincérité n’est plus une valeur depuis longtemps, bien qu’elle fusse un noble sujet au XIXème siècle (Flaubert, Courbet,…) soit disant offensant. Il faut afficher cette idéologie, tel le code d’entrée permettant l’accès à ce qui devrait être modestement « des droits égaux pour tous les citoyens vivant sous la bannière des droits de l’homme » : Un accès à un emploi honnête, justement rémunéré, la possibilité de travailler dans des secteurs réservés à la caste des bourgeois (la culture), la liberté d’expression, etc,…

Je suis d’accord avec Yves Michaud, l’art (et tout contenu « culturel ») se doit aujourd’hui d’être bankable, il doit remplir ces trois critères :

- être rentable

- être populaire

- être bien pensant

https://www.youtube.com/watch?v=gL1vImUnBO0&feature=youtu.be

Conclusion

Bref les artistes ne sont soutenus ni à droite ni à gauche. Pourtant l’art et la culture rendent les gens moins cons. Mais je comprends qu’il est préférable pour les idéologies d’avoir des masses stupides à contrôler et dominer.

Edit : J’ai écrit ce texte le 23 mai 2020, depuis l’actualité a engendré plus de tensions sociales et raciales. Les bien pensants tentent de diviser les gens : noirs contre blancs, blancs contre noirs, là où il faudrait logiquement plus d’harmonie. Cette stratégie vise à substituer les luttes sociales par des luttes raciales, pour ne plus attaquer les patrons créant les inégalités mais attaquer « le racisme » (ce qui est vague et moins nominatif). Les injonctions reçues des bourgeois blancs bien pensants, les appels aux dons pour des associations, l’appel aux lynchage de ceux qui ne sont pas des « alliés », rendent les choses plus virulentes.
Cliver les gens, faire de la ségrégation, appeler à la haine des blancs ou de la culture « blanche », censurer (ou condamner si on ne cède pas à l’auto censure) ne fait finalement que participer à la montée du vote Rassemblement Nationnal. Si je ne vois pas d’alliés à droite, eux en ont à gauche.
J’ai hésité à publier ce texte, sachant qu’il me condamnerait au bûcher et me fermerait plus de portes professionnelles, mais cette idéologie m’en a t’elle déjà ouverte ? Non elle n’en ouvre qu’aux bourgeois blancs, elles s’en fout du libre arbitre des femmes racisés pauvres. Elle ne fait que créer des histoires (success stories) et des récits (storytelling) d’entraides envers ceux qu’on exploite ou rejette, pour cacher le système inégalitaire que cette idéologie (partagée par les médias dominants, ça devrait nous avertir) protège. Puis avec le contexte, la délation et la suppression d’un de mes contenus se moquant gentiment de la bien-pensance, je ne peux avoir envie que de m’exprimer plus.

.

Annotation 2020-06-05 185755

.

video « draw with me » The House

video « draw with me » The House

Je vous partage aujourd’hui les vidéos de la progression (work in progress) d’une de mes récentes illustrations.

2003_hous
Je dois avouer que je publie peu sur mon site, habituée par l’interaction des réseaux sociaux. Pourtant la temporalité des sites internet me parait plus apaisante que celles des fils d’actualité très rapide, rendant le contenu obsolète très rapidement, et influençant le cerveau à avoir de moins en moins de temps de concentration ou d’attention, ce qui est alarmant (Bernard Stiegler l’explique très bien) sur la façon dont la population traite les informations qu’elle perçoit.

 

2003_hous_det3

 

En ce début d’année, je me suis remise à travailler sur la perspective et à y inclure des personnages. J’ai étudié avec plus d’attention les façades des bâtiments, j’ai même ressorti quelques unes de mes photos de voyage. J’aime de plus en plus les arts décoratifs, ce qui me gênait quand j’étudiais un peu plus l’art contemporain vers mes 20 ans car on associe à tord le décoratif à du superflu ou du superficiel alors que la beauté dans les détails nous permet de mieux vivre lorsque nous la croisons. Dans un monde à l’environnement de plus en plus gris, fait de bretelles d’autoroute pollué et d’entrepôts en tôle ondulé, la coquetterie d’une forme gracieuse ou les couleurs de fleurs sauvages est une inspiration d’air pur salvatrice.

J’aime beaucoup les vidéos comme vous avez pu le voir sur ma chaine Youtube. Mais cela demande un temps incroyable à faire. Si vous aimez ce travail, n’hésitez pas à laisser un pouce bleu pour m’encourager à faire d’autres vidéos. Ou alors je continuerai d’en sortir deux par an. Mais je me demande si vous préférez voir le seul résultat final, ou si la phase de création vous intéresse ?

 

2003_hous_det1

 
Le support est sur papier A3 et la couleur est principalement faite à l’aquarelle. Les contours sont faits à la plume et à l’encre de Chine noire. Le fond est à l’encre violette colorex, ce qui n’est pas indélibile.
Je voulais donner un style inspiré des années 60 aux vêtements. J’ai intitulé cette illustration « the house » car je travaille un peu plus le décor et le fond de mes illustrations.
La vidéo est en deux parties :

 

A propos des privilèges

A propos des privilèges

Au début du confinement, j’ai écrit un texte par rapport à l’indécence de certains bourgeois qui ne comprennent pas en quoi c’est problématique de se réjouir de ne pas être logé à la même enseigne que les pauvres.
http://diglee.com/indecence/
« Je sors de mon silence pour contrer cette vague de haine et vous dire que moi, eh bien je suis ravie de savoir que certains ont des jardins et peuvent admirer le printemps qui fleurit.
Je suis ravie de savoir que des enfants peuvent encore courir libres dans une prairie couverte de jonquilles, soulagée que tous, nous ne soyons pas logés à la même enseigne, celle d’être confinés dans de minuscules appartements ternes perchés sur le bitume gris des villes. »
.
Pour nuancer et expliquer au mieux le propos, le développement peut paraître long mais nécessaire pour tenter d’être plus claire. Je l’ai partagé sur Facebook mais je le partage maintenant ici. Etant souvent touchée en tant qu’artiste, femme et métisse par les discriminations liées au travail, j’ai beaucoup lu (et écouté des vidéos, conférences,…) sur les questions d’inégalités, sur la critique du travail gratuit, la nécessité de valoriser le travail artistique, la précarité, l’uberisation proche du statut de free-lance, la défense des acquis sociaux,… Je les partage sur ma page Facebook.
.

Témoignage de la vie réelle
.
Il y a quelques années en 2008, avait eu lieu à Paris une exposition des photographies de André Zucca intitulée « les français sous l’occupation ». C’était une exposition montrant photos et objets des années 39-45 témoignant comment certains parisiens tentaient de vivre, certains profitaient bien, sous ce climat particulier. A l’époque bien évidemment personne ne savait comment allait se terminer la guerre et beaucoup pensaient à leur survie, cela signifiait pour beaucoup devenir collaborationniste avec l’ennemi nazi. Cette exposition avait choqué car elle refusait de montrer que les français n’étaient pas tous de courageux résistants et libérateurs de la France. Des pressions ont été faites pour annuler cette exposition, mais elle est restée en changeant le titre « les français… » par « des français sous l’occupation ».
.
Rue de Rivoli 1941 ZUCCA
Andre Zucca Rue de Rivoli, Paris, 1941
.
.
Inégalités
.
Comme le soulignent légitimement de nombreux articles, la crise du coronavirus aura montré les inégalités. Nous ne sommes pas tous logés en confinement à la même enseigne. J’espère que nous serons plus nombreux à voir le problème de ces inégalités, qui sont là le reste du temps, criés en manifestation, en billets sur internet, dans des livres ou des journaux,…
Ces inégalités ne sont pas dues, comme tentent de le faire croire ceux à qui cela profite, au fait que des fainéants n’ont pas eu envie de travailler ou que d’autres ne savent pas « saisir leurs chances », comme j’ai encore pu le lire sur les réseaux sociaux aujourd’hui, mais plus à des entreprises qui licencient pour du profit, qui piétinent le droit du travail par un management sauvage, à celles qui marginalisent et privent d’emploi certaines personnes, etc,… La chance n’est pas la même dès lors que nous disposons de capitaux, économiques, sociaux ou culturels différents comme l’expliquait déjà Pierre Bourdieu.
.
Indécence
.
Evidemment la société est composée d’individus tous différents, il n’y a pas les gentils précaires, certains en effet sont fainéants et fraudeurs, et les méchants riches, certains et j’en compte parmi mes amis ont une conscience qui ne s’arrête pas à leur compte en banque. De même que l’égoïsme et l’égocentrisme n’a pas de classe (dans les deux sens du terme).
Mais l’indécence chez les privilégiés est de se complaire dans l’illusion qu’ils sont au dessus des autres et qu’ils ont un droit quasi divin, comme le pensaient les monarques de pouvoir plus profiter du luxe ou de simplement des produits de base ou même de la nature, de la santé ou de la sécurité, pendant que les autres ne pourront ni se les offrir ni les rêver. Je n’ai aucun problème avec le luxe, le confort ou l’argent. Si des parents aisés ont voulu donner à leurs enfants toutes les chances et les gâteries qu’ils pouvaient, je trouve ça bien car pour moi c’est le rôle des parents de leur apporter ce qu’ils peuvent (sinon ils ne devraient pas faire d’enfants). Ce qui me dérange en revanche c’est de se vanter de ses privilèges, de narguer les autres tout en continuant à véhiculer ce qui crée les différences de moyens, tout en les encourageant, en faisant s’accroître ces écarts de richesse, en pratiquant la ségrégation économique…
.
ob_0b4775_slimani-2
.
.
Le mécanisme de la précarité
.
Car ces inégalités sont pour la majorité fabriquées de toute pièce par ceux qui veulent garder le pouvoir et la richesse. Comment faire pression sur les salariés si on ne peut les mettre en concurrence avec l’armée de réserve que constitue les chômeurs, eux même mis en concurrence avec les SDF, mis en concurrence avec les immigrés ? Ils défendent leurs intérêts, quelque part je les comprends, bien que ça ne puisse que créer une pauvreté et une insécurité qu’ils se prendront tôt ou tard à la gueule. Ces inégalités ne sont pas juste le fruit de la chance ou du mérite. Les personnes plus riches attirent les contacts, elles ont plus de contacts, de services gratuits et de passe-droit. Elles se marient et se reproduisent entre elles et lèguent leurs capitaux à leurs enfants, qui peuvent bénéficier d’éducation privilégiée, de métiers privilégiés, de clients, de nouveaux contacts, d’expérience (tourisme,…) privilégiés.
.
.
Se rendre compte des privilèges
.
Avez-vous déjà remarqué sur internet une personne poster le compte rendu en images d’une soirée privée, une entrée VIP à tel événement, des vacances offertes par des compagnies touristiques, des cadeaux de produits de beauté offertes par des marques de luxe, un partenariat pour travailler avec telle entreprise qui vous fait de la publicité et étoffe votre CV, un test du corona-virus. Vous êtes-vous un jour demandé « pourquoi pas moi après tout ? » La réponse est que vous êtes pauvres, issus d’un milieu modeste ou ne savez pas développer la logique capitaliste visant à prendre ce qui appartient à tous, écraser les autres pour se hisser au sommet, mentir et tricher (comme on le voit chez les concurrents des télé réalité) etc,… Dans un sens on vous apprend qu’être modeste ne vous mènera nulle part, mais qu’avoir une attitude de requin (même si les requins sont moins féroces) peut parfois être récompensé. Je trouve ça dommage d’encourager les individus dans cette voie, cela crée une société d’égoïstes infantilisés immatures et irresponsables (et non individualistes qui sont des individus et non des accumulateurs de possessions). Certains en lisant cela se diront surement « je ne suis pas d’accord, j’ai une bonne situation, j’ai travaillé dur pour cela et je n’ai pas la mentalité capitaliste », et pourtant, vos parents vous auront peut être payé un loyer dans Paris pour que vous puissiez développer votre réseau ? Comme je l’ai dit plus haut, cela ne fait pas de vous un salaud, mais un privilégié et il faut s’en rendre compte. Les privilégiés ne sont pas tous des tyrans, mais la plupart continuent de discriminer les pauvres, de ne pas vouloir travailler avec eux ou les payer honnêtement pour leur travail, voire de les penser comme des larbins,… Quand ils le font, ils pensent faire de la charité et ne manquent pas de montrer à la terre entière à quel point ils sont de bonnes personnes, parfois ils portent même des badges « Amnesty International », c’est à se demander ce que cela cache. Seulement voilà, le fait de penser qu’on aide quelqu’un, alors qu’on travaille avec cette personne est déjà une mentalité de subordination ou de hiérarchie où le client prestataire est « inférieur ». Lorsque vous travaillez avec un client privilégié, vous ne vous posez pas en sauveur, vous trouvez ça juste normal, c’est du business.
Ecoutez Juan Branco, les Charlot-Pinçon et bien d’autres en témoigner.  Et non, tout cela n’est pas due parce que les privilégiés sont des êtres exceptionnels, plus intelligents, malins ou meilleurs que les autres, cela est due à une richesse (et donc des réseaux que celle-ci attire) de base.
.
.
2003_confinementbourgeois
.
.
Normes
.
Encore une fois je ne juge pas le fait de bénéficier de tous cela, mais je juge le fait d’agir pour conserver et exacerber ces inégalités, ne serait-ce en imposant son concept de « normalité ». La norme est une construction sociale, mais elle semble aussi une construction de classe. Un enfant qui grandira entouré de femmes de ménage à qui donner des ordres, réussira mieux qu’un enfant qui grandira à devoir s’écraser et faire la femme de ménage. Cela s’appelle le savoir-être, qui fait parti du capital culturel. Je ne pense plus qu’aujourd’hui connaître les oeuvres de Wagner, de Dante ou de Delacroix contribue à réussir car les nouveaux riches ont imposé leurs nouvelles cultures dénuées de raffinement, en revanche savoir parler avec confiance et autorité à quelqu’un que l’on interrompt sans cesse, que l’on n’écoute pas ou qu’on ignore ostensiblement, pour obtenir quelque chose est ce qui marche le plus dans notre société aujourd’hui. Et de la même façon, ne pas écouter une personne introvertie, trop polie ou respectueuse fait partie de la nouvelle donne. « Il faut s’imposer », c’est à dire être grossier, fermé aux autres et sans gêne. Ce qui crée une société mal éduquée agissant de plus en plus de façon violente et triviale où la loi du plus fort est de mise.
Pour le Docteur Raoult, c’est normal que des milliers de personnes meurent chaque année de maladies liées au monde moderne (problèmes respiratoires liés à la pollution, obésité, cancer, problèmes cardio vasculaire liés à la mauvaise nourriture, dépression et addictions , virus liés à l’exploitation animale industrielle,…). Sa norme, ce sont les statistiques des années précédentes. Mais est ce une norme éthique, une norme doit-elle éthique ? On peut voir que ces normes sacrifient les individus pour des masses.
De la même façon, pour les bourgeois, c’est à dire une majorité de personnes ayant vécu avec des privilèges et d’autres personnes, issues de milieux modestes mais qui ont la mentalité capitaliste (concurrence, abuser des autres, s’imposer, opportuniste menteur et tricheur, …), il est normal qu’il y ait des « faibles » qu’on abuse et des « forts » qu’on respecte. Mais cette normalité est elle vraiment juste ? Est elle normal pour ceux qui souffrent des inégalités et ceux qui restent honnêtes et polis ? A mon sens, non. Nous n’avons pas la même vision de la normalité car nous n’avons pas la même éducation, la même sensibilité ou la même empathie.
.
91386930_2946446475581599_3656691093744910336_n
.
.
Expliquer à un bourgeois que sa conception n’est pas « normale » ou juste, sera difficile à faire entendre, quand de base ces gens rejettent toute forme d’empathie et classe même cette faculté dans la case « faiblesse ». Le bourgeois prend, s’approprie, vole, c’est sa norme. Il se sert des autres, se fait servir et abuse des autres. Ce n’est non seulement une norme, mais c’est un sentiment de plaisir, un sentiment de domination qui lui fait se sentir au dessus des autres. Comment lui faire entendre que cette façon d’être et de penser, même si c’est celle qui domine dans les médias et la société,qui est encouragée dès l’école puis dans les entreprises est problématique ? Pour les laissés pour compte, les perdants, les invisibles, les parias, les bourgeois ne peuvent avoir aucune empathie ou compréhension car cette « caste inférieure » leur est utile symboliquement (pour se sentir dominant) et matériellement (financièrement et d’un point de vue utilitariste, c’est à dire de l’abus et l’exploitation de l’autre). Ceci est une tendance humaine innée chez certaines personnes, comme le fait de vouloir tuer des gens par exemple. Ils vivent ensuite dans une société avec des lois et des limites (l’homicide étant interdit par la loi) et se comportent en fonction. Si la société non seulement autorise la pensée capitaliste (nombriliste, d’accumulation par le vol du bien commun, de tendance à exploiter les humains, le vivant, les ressources,…) mais en plus l’encourage, les individus qui ont ses traits bourgeois ne peuvent entendre que cette mentalité capricieuse et nombriliste est problématique, mais ils savent aussi qu’ils doivent avoir une image publique opposée à cette attitude.
Au temps de la monarchie, il n’était pas normal qu’un simple paysan puisse s’adresser à un noble. Ces normes étaient faites par et pour les dominants. Expliquer qu’il n’est pas normal pour un noble de maltraiter un esclave et il réagira comme les privilégiés d’aujourd’hui, avec déni, mépris et arrogance. Ces gens ne changeront peut être pas, même si certains ont plus de coeur que de besoins de dominer. J’écris donc cela pour les dominés, ceux qui applaudissent les bourgeois, qui ont de la tristesse quand ils leurs arrivent un petit bobo, qui sont prêts à les soutenir quoi qu’il en coûte. Ne soyez pas aveuglés par leurs systèmes de castes, ne soyez pas leurs fanatiques, ne soyez pas leurs laquais. Privilégier ceux qui ont de réels mérites, ceux qui n’ont pas d’attaché-presse ou de financeur pour « réussir », ceux qui n’écrasent pas les autres pour se montrer important comme Nabilla ou comme « une star mondiale dans son domaine« , comme dirait le Docteur Raoult.
.
.
Le contraire du ruissellement de l’argent
.
Etre privilégiée n’est pas un problème, consommer des produits luxueux ou high tech, montrer des beautés de ce monde via ses réseaux sociaux non plus, mais il faut être reconnaissant des moyens financiers (attirants des réseaux et des cadeaux) que l’on a. Ces moyens viennent souvent du fait de les avoir pris, exigé, volé à d’autres (en exploitant des ressources ou des ouvriers par exemple). Se sentir plus malin ou plus intelligent parce qu’on vole l’autre n’a rien d’admirable. L’emploi que vous avez gagné est aussi celui que vous avez pris à un autre, qui en avez peut être plus besoin. L’argent qui revient aux plus riches est celui pris aux plus pauvres, il est cette économie, ce manque ayant contribué à la dégradation de nos services publics (personnels soignants, professeurs, chercheurs, agents culturels,… ces gens que vous méprisez car n’exhibant pas assez de formes extérieures de richesse) pour faire fructifier les entreprises possédantes et leurs actionnaires. L’argent que vous gagnez naît souvent de l’exploitation salariale des ouvriers plus précaires, faisant un boulot dont vous avez le privilège de pouvoir refuser sans que cela n’affecte vos soucis de payer votre loyer, remplir votre frigo, rembourser vos prêts d’étude et payer tous les abonnements horribles que la société capitaliste nous impose doucement. Des centaines de milliers de français n’en peuvent plus, certains dorment dehors et tentent de se défendre en manifestant pour protéger leurs retraites, leurs chômages ou leurs aides sociales (APL,…) des coupes organisées par l’Etat corrompu par les patrons et les marchés dont sont issus peut être vos proches. Vous vanter de ce que vous avez le loisir de manger pendant que des milliers de personnes ont peur de ne plus pouvoir s’acheter des pâtes, est indécent et ignoble.
.
.
privilèges
.
.
Le bourgeois n’est pas systématiquement un salaud.
.
Je conseillerai même que quand on a les moyens, on devrait consommer plus équitablement, veiller à ne pas faire appel à l’uberisation qui précarise encore plus, ne pas acheter sur Amazon quand on a le choix de faire vivre du commerce de proximité, ne pas encourager les entreprises qui délocalisent, licencient en masse pour le profit, polluent, déforestent, assassinent les animaux sauvages ou les humains qui vivent sur leurs terres de ressources que ces entreprises cherchent à exproprier, ne pas prendre la place de ceux qui peuvent moins exister, leur laisser la parole éventuellement, la chance de pouvoir avoir accès à des études ou un métier qu’ils aimeraient faire, notamment en les engageant plutôt qu’en engageant des personnes de votre « réseau » de privilégiés, etc,…
.
Arrêter de légitimer ceux qui achètent des marques ou des produits (dont le tourisme) onéreux et traitent de « prolo » ou de « clodo » ceux qui ne le peuvent pas (mentalité qu’on impose dès l’école et qui brime dans la cour de récréation), arrêter de traiter les gens comme des serviteurs mais leur rendre la dignité d’être humain en considérant leurs paroles et leurs savoir-faire sans condescendance, arrêter d’exiger  comme un enfant gâté à ces gens de faire du travail gratuit (rendre des services, donner des choses alors qu’ils ont peu) tout en les méprisant parce qu’ils ne gagnent pas assez d’argent (car on leur demande de toujours faire du travail gratuit), le genre de service ou de sacrifice que vous n’oseriez pas demander à quelqu’un qui a plus de moyen, pour vous faire bien voir ou pire, faire de la spéculation sociale, c’est à dire vous montrer généreux entre personnes dont vous vous êtes assurés qu’ils pourront rendre (en leur demandant ce qu’ils « font dans la vie » qui veut dire « combien gagnent ils »). S’entourer de gens sur lesquels on spécule et se croire généreux est comme se croire généreux d’acheter des parts de marché. Peut être avez- vous été élevé en ayant du personnel travaillant pour vous et un sens de la hiérarchie et que cela est votre « normalité », celle de donner des ordres à des gens qui doivent en recevoir tout en partageant publiquement une image de star hollywoodienne à un gala de charité ou donnant un discours en recevant un prix en robe Haute-Couture, « être charlie » et écrire de la bien pensance sur le respect de la démocratie et votre combat contre les inégalités, signer des pétitions virtuelles, tout en perpétuant les valeurs de la croissance, la croissance des inégalités dont vous jouissez.

Illustration – Dans les bois

Illustration – Dans les bois

J’aurai pu appeler cette illustration d’une question qu’on me pose souvent « Pourquoi avez-vous choisi de vous installer dans les Vosges ? », mais je crains que l’humour et le second degré ne fassent place à la parano, la suspicion et la xénophobie.

2003_rondedesbois

 

 

Ces derniers jours, je travaille sur des compositions de personnages dans des atmosphères nécessitant de pratiquer la perspective. J’en suis assez contente. Ici j’ai l’impression d’avoir réussit à mélanger soucis du détail et stylisation rapide.

 

2003_rondedesbois_det2

 

Ce dessin est peint à l’aquarelle (avec quelques retouches numériques) sur du papier A3, 180g.

Il s’inspire du style horor folk, où se mêlent paganisme, sorcellerie, féminité, nature, contes, folklore et romantisme.

 

2003_rondedesbois_det1

 

 

Exposition de février au Bailli

Exposition de février au Bailli

J’expose à partir du vendredi 7 février 2020 quatre illustrations de formats A3.
Cette exposition collective est à la galerie du Bailli, place des Vosges d’Epinal, elle se termine le mercredi 12 janvier.

Vous êtes invités au vernissage qui aura lieu le vendredi à 18h30.

 

 

Cette illustration est la plus ancienne des quatre, elle date de 2017.

« Trèfles »

170801_illus_SoraChoitrefle

 

 

 

 

 

 

Cette illustration est la plus récente, elle a été réalisé en janvier 2020. On pourra y voir un ajout sur le fond de lignes libres décoratives, inspirées de mon travail aux feutres pour Edding.

« Cheveux au carré »

 

2001_cheveux-carre_traitslibres72 2001_cheveux-carre_traitslibres72det

 

 

Ces deux dernières illustrations ont été réalisé vers décembre 2018.

Je travaillais la texture du fond de façon « sales », en recherche de grains ajoutant un peu de caractère.

« Cheveux roses néon »

 

2001_cheveuxmagenta73

2001_cheveuxmagenta73det

 

 

« Lapin bleu »

 

2001_lapinbleu76 2001_lapinbleu76det

 

 

Ces quatres peintures sur papier sont disponibles à la vente au prix de 250 € (sans cadre). N’hésitez pas à m’écrire si cela vous intéresse, mais je ne fais pas d’envois postaux. Je suis toujours disponible si vous êtes une galerie ou un agent désireux de travailler avec moi. N’hésitez pas à me contacter.

 

Je serai à la galerie le vendredi 7 et le mercredi 12 à partir de 13h.

Cartes de Voeux Holy Mane

Cartes de Voeux Holy Mane

Vous l’avez probablement vu sur mes réseaux sociaux, j’ai créé des cartes de voeux et elles sont disponibles depuis quelques temps dans la rubrique boutique.

Si vous voulez vous démarquer et témoigner du soutien, de l’intérêt ou de l’amitié à une personne, choisissez de lui écrire un mot personnalisé sur une jolie carte. (Vérifiez quand même l’orthographe, on ne sait jamais).

 

IMG_5488

 

Je propose des cartes pour les fêtes d’hiver ou la célébration de certains événements tout au long de l’année. La plupart reprend mes motifs répétés (pattern design).

 

191125_carte_celebra9dev

 

IMG_5468

 

Certaines sont plus classiques avec un texte « Joyeuses Fêtes », mais certaines sont plus « rock’n roll » avec un texte « stay weird » (restez bizarre) ou « be strange » (sois étrange) approprié pour résister au conformisme qui nous pousse à laisser de côté notre créativité pour rejoindre une norme qui ne convient pas à tout le monde. Il y a un petit côté humour par détournement des conventions. Mais dans tous les cas, donner des occasions pour faire la fête c’est bien et important.

 

 

IMG_5493

 

IMG_5485

 

 

 

Remercier les bons moments, les bons amis, profitez des bonnes choses !
Vous pouvez offrir ces cartes ou les garder pour vous. Elles sont pliées, permettant d’écrire un petit mot personnalisé à l’intérieur.

Cela permet aussi de les faire tenir toute seule, posée en décoration sur une étagère par exemple.

 

IMG_5478

IMG_5475

 

191125_carte_celebra4dev

 

IMG_5473

 

IMG_5461

IMG_5463

 

191125_carte_celebra3IG

 

IMG_5455

IMG_5445

 

 

 

 

 

Ambassadrice Tombow et Edding

Ambassadrice Tombow et Edding

J’ai le plaisir d’être ambassadrice pour des feutres de la marque Tombow et Edding pour une journée de démonstration.

Pour cela j’ai réalisé toute sorte de décorations et d’illustrations sur différents supports.

 

 

IMG_5584

 

1912_Edding586

 

Pour me voir, essayer ou me poser des questions sur ses feutres, ça se passe demain samedi 7 décembre de 9h à 12h et de 14h 19h dans le magasin Bureau Vallée de Saint-Nabord.

 

 

1912_Edding545

 

1912_Edding581

 

1912_Edding585

 

La marque Tombow est une marque japonaise de feutres aquarellables. J’utilise beaucoup l’aquarelle, mais je n’avais pas encore testé en dehors des godets de peinture. Il se trouve que c’est également très beau et unique car les « pigments » sont beaucoup plus fins, ce qui permet une belle luminosité aux couleurs. Les amateurs de couleurs pastels comme moi seront ravis.

 

1912_Edding587

 

1912_Edding588

 

La marque Edding offre plusieurs types de feutres selon les supports choisis :

1- Des feutres pour textile, et vous savez comment le textile est très important pour moi. Vous pouvez customiser des tote bag, des trousses, des T shirts ou tout type de tissus clairs. Une fois repassé, le tissu peut être lavé sans que le dessin ne disparaisse. Je ferai une démonstration de ces feutres.

 

2- Des feutres pour porcelaine. Cela permet de personnaliser sa vaisselle ou autres objets en porcelaine ou en verre. Une fois dessiné, il suffit de les cuire au four à 150° et ça résiste au lave-vaisselle. Pour ma part, j’ai testé avec des tasses, un petit pot de lait et un vase et je pense que 140° aurait été mieux pour le vase. On peut dessiner à main levé, si on se trompe, on peut essuyer le feutre quand il n’est pas encore sec. J’adore dessiner des éléments décoratifs sur des supports en volume, j’adore dessiner des motifs répétés ou pattern design.

 

1912_Edding568

 

1912_Edding570

 

1912_Edding562

 

1912_Edding565

 

1912_Edding583

 

1912_Edding560

Dans le four.

 

1912_Edding579

J’ai dessiné des arcanes de Tarot.

1912_Edding578

 

1912_Edding593

 

1912_Edding595

 

 

3 – Des feutres pour surfaces lisses comme le verre, le plastique, le métal,… J’ai décoré des pots en verre et j’aime beaucoup la texture glissante contre le verre. La texture est plus épaisse qu’avec les feutres précédents. Ils sont différents et complémentaires. J’ai dessiné des petites runes sur des éléments décoratifs en verre et le résultat est très bien (les runes peuvent être utilisées pour la décoration, le tirage divinatoire, la méditation ou comme accessoire pour du Jeu de Rôle par exemple). La texture épaisse permet de faire sortir des couleurs pastels sur des supports sombres, ce qui est très intéressant. J’ai aussi testé sur des plumes que je ramasse lors de mes balades en forêt et le résultat est très bien aussi !

 

1912_Edding574

 

1912_Edding576

 

1912_Edding577

 

1912_Edding529

 

1912_Edding502

 

1912_Edding510

 

1912_Edding538

 

1912_Edding550

 

Honnêtement, je recommande ces feutres pour l’usage indiqué, ils sont très pratiques et de bonnes qualités. (Ceci est mon avis personnel, je ne suis pas payée pour le dire).

A demain !

Holy Mane au marché d’automne

Holy Mane au marché d’automne

Comme l’année dernière, je serai présente pour le Marché d’Automne qui se tiendra le week end prochain !

 

visuelsalondautomne_270

Je présenterai de nombreuses cartes postales, (comme celles sur les signes astrologiques) et cartes de voeux pour les fêtes. J’exposerai également quelques peintures nouvelles et des livres de coloriage qui peuvent être de bons cadeaux pour les achats de fin d’années !

Ou ? : 

Centre Culturel d’Epinal

4 rue claude gellée 88000

Quand ? :

samedi 9 Novembre de 9 h à 19 h
et dimanche 10 Novembre de 11 h à 17 h 00

 

Voici comment cela se passait l’an dernier :

 

salondautomne_243

 

salondautomne_270

salondautomne_244

 

salondautomne_264

salondautomne_245

salondautomne_249

 

 

salondautomne_278

 

 

Cartes postales Astrologie

Cartes postales Astrologie

Vous pouvez maintenant vous procurez mes illustrations sur les douzes signes du zodiaque en impression format carte postale !

Elles sont imprimées sur papier mat et mesurent 14 x 10,7 cm.

00_4976

Chaque signe astrologique à sa particularité que j’ai retranscrit dans l’illustration.

Vous pouvez retrouver cela dans ma rubrique « boutique », sur le menu de ce site.

Bélier :

01_4990

Ces illustrations ont été utilisé pour mon livre DIY de coloriage, également disponible à la vente !

171104_marchedautomne708

Trois signes ont été imprimés en grands formats et plusieurs fois exposés ! (saurez-vous les reconnaître ?)

exposition

Cartes postales astrologie

Poissons :

12_4980

Verseau :

11_4979

Capricorne :

10capricorne

Sagittaire :

09sagitaire

 

 

 

Scorpion :

08scorpion

Balance :

07_4987

Vierge :

06vierge

Lion :

05_4984

Cancer :

04_4989

Gémeaux :

03_4985

Taureau :

02taureau

(le gros logo dessus m’a été motivé par le fait d’avoir retrouvé un de mes designs non crédité utilisé par un obscur site chinois pour vendre un T-shirt.

Stand Holy Mane pour l’été des artistes

Stand Holy Mane pour l’été des artistes

Voici l’été qui s’affirme et comme chaque année depuis 2016, je participe à animer le quartier de la vieille ville d’Epinal et sa magnifique place des Vosges avec l’association d’artistes Pigment’ T.

Voici quelques photos de l’été dernier :

.

1807_eda771

 

exposition Holy Mane

1807_eda773

.

Cette année vous pourrez retrouver mon stand avec mes peintures, mes illustrations, mes posters, mes cartes, mes bijoux,… ce samedi 6 et 27 juillet, et 24 août. Nos stands vous attendent de 9h à 18h !

.

.

 

.

1807_eda778

.

1807_eda761

.

1807_eda779

 

.

.

L’année dernière j’avais commencé à faire des démonstrations de peinture en public ! Les réactions étaient positives et je le referai le 27 juillet ! J’hésite encore à le faire ce samedi car la canicule ne facilite pas la démonstration.

.

.

1807_eda792

1807_eda757

 

1807_eda794

 

.

.

Vous pourrez découvrir cette démonstration dans une prochaine petite vidéo !

 

Holy Mane à la Fashion Night

Holy Mane à la Fashion Night

Chaque année, la ville d’Epinal organise une soirée où les commerces ouvrent jusque minuit, des défilés sont organisés, des célébrités sont invités, des artistes sont exposés, des DJS animent les rues etc,…

 

1805_fashNight328

 

Cela s’appelle la Fashion Night qui a pour but de mettre en valeur la mode et la beauté en permettant aux spinaliens et visiteurs de passer une bonne soirée, tout en faisant un peu de shopping.

 

1805_fashNight322 1805_fashNight328crop

 

Il y a deux ans, j’avais participé en exposant quelques illustrations au marché couvert.

L’année dernière, j’avais en plus d’une exposition au marché couvert un stand présentant mes créations.

 

1805_fashNight344

J’exposais à côté du stand du tourneur sur bois Achille Créations et ses magnifiques lampes !

 

1805_fashNight359

 

 

 

 

Et cette année je recommence l’événement avec une nouvelle fois un stand place Pinau !

Cela se passe demain vendredi 17 mai 2019 dans le centre ville d’Epinal. De 18h à minuit.

Et n’oubliez pas, j’ai également une grande exposition au Centre Culturel à quelques mètres de là !

 

 

1805_fashNight354 1805_fashNight369

 

 

L’occasion de vous montrer en vidéo l’ambiance de la soirée !
Pour voir plus en détail certains de mes créations textiles c’est ici.